STORMLORD - Hesperia (Trollzorn/Season of Mist) - 03/10/2013 @ 08h29
Je me moque souvent des groupes italiens que je reçois, mais certains forcent le respect (en plus d’avoir un minimum d’intérêt musical). Je tiens donc à saluer la longévité de STORMLORD, qui compte tout de même 22 années d’existence ! Après avoir fait du Death-Metal à ses débuts, le groupe est devenu un nom apprécié du Black sympho. Enfin, dans le genre le plus accessible (je n’ai pas dit pour trends, je ne l’ai pas dit), ce qui fait que l’appellation Black n’est plus trop à l’ordre du jour. STORMLORD a évolué et tant mieux, car leurs premiers albums et en particulier At The Gates Of Utopia (2001) était assez kitsch. Après le correct The Gorgon Cult (2004), le groupe qui prend son temps entre deux albums avait signé avec Mare Nostrum (2008) un disque plus ambitieux, permettant d’afficher son côté « méditerranéen », aux dépends du pur Black sympho donc. 5 ans après, le groupe italien est tombé chez Trollzorn (le label préféré de Prince de Lu) et continue son chemin, avec Hesperia un album annoncé comme étant le chaînon manquant entre Mare Nostrum et ce qu’ils ont fait avant. Le tout englobé dans un concept très particulier, mettant en musique un poème de Virgil écrit entre 29 et 19 avant J.C. (pour Jean-Claude, probablement).

« Extreme Epic Metal », c’est désormais ainsi que STORMLORD se qualifie. Pour ma part, je dirai que STORMLORD est la version européenne de CHTHONIC, les ambiances asiatiques et la bassiste au décolleté affriolant en moins. Tout y est, les assauts épiques, les riffs et mélodies simples et accrocheuses, même le chant Black de Cristiano Borchi est similaire à celui de Freddy Lim. Certes STORMLORD avait déjà son style avec Mare Nostrum, mais entre temps CHTHONIC a sorti deux albums (l’excellent Takasago Army et le plus moyen Bú-Tik il y a quelques mois) et on sent bien qu’italiens et taïwanais jouent désormais dans la même cour. Bien évidemment, STORMLORD a pour lui son côté méditerranéen qui est amené par les breaks, ambiances et quelques instrumentations, de ce côté nous sommes dans la lignée de Mare Nostrum mais Hesperia est un poil plus simple peut-être, sans renier son côté épique (absolument pas d’ailleurs !). On notera aussi la présence du chant death et aussi du chant d’obédience goth (bien moins présent que sur le précédent effort toutefois), mais pour le reste c’est bien du pur Metal extrême sympho à la CHTHONIC, ce qui n’est en rien un reproche.

Avec une très bonne production, STORMLORD balance ses morceaux épiques à qui veut, et ne lésine pas sur cet aspect pendant les 44 minutes que durent Hesperia. Le départ avec "Aeneas", "Bearer of Fate" et les 9 minutes finales de "Those Upon the Pyre" sont là pour en témoigner. Pour ma part c’est le milieu d’album, avec le très beau et plus atmosphérique "Hesperia" et le percutant "Onward to Roma" (qui me fait penser à du KRÅKE), qui est le plus intéressant. Et le groupe parvient aussi à être convaincant lorsqu’il calme un peu ses ardeurs épiques, grâce au plus direct "My Lost Empire". Pour autant STORMLORD balance aussi des trucs bizarres, ainsi lorsque "Motherland" s’amuse à se baser sur une rythmique syncopée limite néo-djent-deathcore, ça la fout un peu mal pour un groupe sympho/épique quand même… surtout que l’on retrouve encore ce genre de riffs à quelques occasions ("My Lost Empire", "Those Upon the Pyre"). Si les instrumentations méditerranéennes sont bien intégrées, bien qu’utilisées avec parcimonie (c’était la volonté du groupe après Mare Nostrum), on notera quelques légères fautes de goût comme le chant étrange à la fin de "Bearer of Fate". Et l’utilisation des claviers est assez paradoxale, ils sont un peu sous-mixés (étrange pour un tel groupe) mais parfois il y en a de trop, et Hesperia devient vite lassant car à vrai dire, trop d’epicness tue l’epiceness, et le fleuve "Those Upon the Pyre" qui clôt l’album est très bien composé et arrangé mais un peu interminable.

STORMLORD est un groupe (italien) de qualité, c’est indéniable, mais Hesperia est surtout fait pour les amateurs de ce Black sympho gentillet qui a choisi de s’éloigner du Black et de s’étiqueter autrement pour ne plus se mettre les puristes à dos. En ce qui me concerne, Hesperia est une sympathique version méditerranéenne et plus épique de CHTHONIC, mais ça s’arrête là même si quelques moments forts sont présents. Cependant, Hesperia est supérieur au Bú-Tik de CHTHONIC que j’avais trouvé un peu décevant, et ceux qui partagent mon avis trouveront leur bonheur avec ce 5ème album de STORMLORD. Et les fans des italiens seront très certainement comblés par ce nouvel opus, même si à mon sens il n’apporte rien de plus par rapport à The Gorgon Cult et Mare Nostrum, juste de nouveaux morceaux. Il faudra donc être fan pour apprécier Hesperia à sa juste valeur, pour les autres ça sera un album de « Metal extrême sympho » de plus. Bien fait, mais à mon sens rien ici ne crève le plafond et le groupe part parfois dans l’epicness exagérée, mais Hesperia mérite tout de même le coup d’oreille.

http://www.stormlord.net/ - 158 visite(s)

My Lost Empire - 100 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 14.5/20 | Nb de lectures : 14606




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker