STONEBIRDS - Into the Fog...and the Filthy Air (Pink Tank) - 01/09/2015 @ 06h48
Le stoner, s’il est un genre profondément marqué par les plaines arides, les routes interminables et les grands espaces du Sud des Etats-Unis, s’est exporté partout dans le monde avec un certain succès et une vraie reconnaissance. Quoi de plus différent d’un paysage désertique du Dakota qu’une petite contrée bretonne ? Rien. Pourtant c’est bien là que s’est formé STONEBIRDS (patronyme un poil cliché mais bon, on sait d’emblée dans quel genre on va mettre les pieds). Si son nom de scène ne laisse pas de place à la surprise, sa musique, elle, est plus riche et variée que ce que l’on pourrait croire. Si la base est bien évidemment stoner, on y trouve aussi d’autres choses comme du doom psyché, du rock seventies et une petite dose de post hardcore au niveau des guitares qui rejouent encore et encore ce même riff, de façon entêtante, jusqu’à entraîner l’auditeur dans un état proche de la transe et de l’ivresse. Bref, les bretons font du bon son et parviennent à se distinguer au milieu d’un genre bien codifié.

Le son de « Into The Fog… » est résolument old school. Un son made in Père Ducrasse, 100% analogique et DIY qui sent bon les temps anciens avec sa production et son enregistrement à l’ancienne. Une démarche qui doit être soulignée et respectée à une époque où les gros sons bien synthétiques et numériques nivellent les identités sonores de chacun. Ici, on ne mange pas de ce pain là, on fait les choses à la main, en artisan, avec des produits bio, du terroir, et c’est Antonin, qui goûte chaque pot. Ce qui fait la différence dans STONEBIRDS c’est la finesse, la retenue, l’élégance ai-je envie de dire. Élégance que l’on retrouve dans ces riffs éthérés, cristallins mais diablement évocateurs. Tout est dit dès les huit minutes d’« After The Sin », le titre d’ouverture qui laisse une place immense aux guitares tandis que le chant, qui possède ce timbre désertique et désespéré (« Angst Lover »), par moments faussement naïf (les premières lignes de « Into The Fog »), par moments légèrement occulte (« Burned Flesh ») est relégué en arrière, au loin, comme porté devant le micro par les vents mauvais. Sans vouloir forcé l’âme bretonne, on retrouve aussi dans « Angst Lover » ou « Perpetual Wasteland » une petite touche celtique, druidique, empreinte de magie non pas noire mais blanche. Une lumière aveuglante, puissante qui irradie de la musique de STONEBIRDS.

« Into The Fog… » séduit par ses structures post hardcore adaptées au genre stoner. Un mix audacieux et réussi. Le fuzz des guitares danse collé serré avec d’autres notes fragiles comme le cristal et libre comme l’air. Avec par dessus ça, une basse qui n’hésite jamais à sortir les muscles et faire le gros dos comme pour permettre à l’ensemble de s’ébrouer tranquillement. Le grand frère protecteur en somme. On sent planer l’ombre de groupes comme Year Of No Light, Neurosis dans ses parties les plus light, sur les compos des bretons. Bien évidemment les grands noms de la scène stoner ne sont pas loin non plus mais il est toujours agréable de voir qu’un groupe ouvre grand les portes du saloon Stoner pour y laisser rentrer l’un ou l’autre étranger. Alors bien sûr, les vieux de la vieille, les piliers de bar ne verront pas l’arrivée d’un pied tendre d’un bon œil mais comme celui-ci va vite faire ses preuves, après un petit temps d’adaptation, il fera partie de la grande famille stoner. Mais il sera ce petit frère un peu étrange, intellectuel, qui s’intéresse à des choses bizarre pour son âge, qui sort des sentiers battus de la fratrie pour s’émanciper et trouver sa voie propre. STONEBIRDS est ce petit frère qui commence à trouver sa voie et à l’imposer. Doucement au début, un petit album de 5 titres qui n’est, on l’espère que le début d’une grande œuvre parce que, s’il continue de bosser, STONEBIRDS peut aller très loin, très haut.



http://www.stonebirds.fr/ - 107 visite(s)

Stonebirds Bandcamp - 77 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 15.5/20 | Nb de lectures : 7898




Auteur
Commentaire
gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 01/09/2015 à 07h52 - (117708)
La TRES grande classe, oui.



Bagadoom
IP:128.39.243.214
Invité
Posté le: 01/09/2015 à 09h49 - (117715)
Gros riffs, gros son, grosse claque !

ManOfShadows
Membre enregistré
Posté le: 01/09/2015 à 10h04 - (117716)
Je trouve cet album génial, il est quasi-parfait: son personel à la fois éthéré et profond, de belles ambiances et un niveau d'écriture élevé. Mon seul regret est qu'il ne dure pas plus longtemps que 35 minutes.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker