STEEL PANTHER - All You Can Eat (Open E Music/PIAS) - 25/04/2014 @ 08h50
Comment expliquer le succès de STEEL PANTHER en France ? Se résume t-il au simple fait qu'il s'agisse d'un des trop rares groupes de ces dernières années à proposer un hard US de grande qualité ? Nope. Sinon BUCKCHERRY connaîtrait aussi le même succès dans notre pays, par exemple. L'excellente facture du hard rock / glam typé 80's de STEEL PANTHER tient évidemment une part importante, ne leur enlevons pas ce mérite, mais il y a aussi un autre facteur qui entre en jeu : le folklore. Le délire de ce groupe américain est en fait une continuité de ce qu'a pu faire SPINAL TAP : des musiciens atypiques qui proposent un mélange original d'humour et de bonne musique (car le premier album de SPINAL TAP est sacrément efficace dans le genre). La différence étant que pour SPINAL TAP, il s'agissait vraiment d'acteurs-musiciens, alors que pour STEEL PANTHER, ce sont avant tout des musiciens, qui possèdent aussi un humour et un sens de la répartie détonants, que ce soit en concert ou en interview, où ils restent toujours dans leur personnage (un peu comme Joey DeMaio quoi). Et l'autre détail qui diffère, c'est que SPINAL TAP (le groupe et le film) tenait de la pure parodie. Alors qu'avec STEEL PANTHER, on est à la fois dans la parodie (ils reprennent à outrance tous les clichés du triptyque sex, drugs & rock n' roll des années 80) et dans l'hommage, car ces musiciens aiment réellement le genre musical dans lequel ils évoluent et ils tiennent à le perpétuer.

Je disais qu'il ne fallait pas leur enlever le mérite de composer des morceaux de qualité, et je peux poursuivre en affirmant que pour les avoir vus sur scène, à côté du show et des speeches (souvent hilarants) entre les chansons, ces mecs-là sont de sacrés bons zicos ! Ils ne sont pas là juste pour amuser la galerie, ils ont une vraie crédibilité musicale, confirmée par leur excellent DVD live « British Invasion » sorti en 2012. Surtout Michael Starr (chant) et Satchel (guitare), qui sont vraiment des musiciens d'exception. Il faut savoir qu'avant de former METAL SHOP (le premier nom de STEEL PANTHER, à l'époque où ils étaient principalement un groupe de covers à L.A.) avec Lexxi Foxx (basse) et Stix Zadinia (batterie), Ralph Saenz (le vrai nom de Michael Starr) et Russ Parrish (Satchel) avaient déjà pas mal roulé leur bosse. Au sein de L.A. GUNS pour Saenz, en 1997/98, le temps d'un très bon EP (« Wasted »). Et avec FIGHT, le groupe post-JUDAS PRIEST de Rob Halford, pour Parrish (diplômé du prestigieux G.I.T. et petit protégé de Paul Gilbert) sur leur premier -monumental- album « War of Words » (1993) et la tournée mondiale qui suivit.

STEEL PANTHER est apparu en 2009 avec son premier album « Feel the Steel » (à noter qu'ils avaient déjà sorti un opus autoproduit, à l'époque de METAL SHOP, dont on retrouve deux titres sur « Feel the Steel »). Un disque magistral, qui a mis une claque à beaucoup d'auditeurs, car il s'agissait ni plus ni moins d'un des meilleurs albums de hard US des années 2000. Qui proposait en bonus des paroles salaces et un humour irrésistible (et des clips magnifiques !). Un groupe qui arrivait donc à combiner une musique solide avec une imagerie très second degré.
« Balls Out » est venu confirmer tout ça en 2011, en commençant à sérieusement imposer STEEL PANTHER en Europe. Leurs passages dans les divers gros festivals d'été (dont un mémorable concert au Hellfest 2012) ont créé un buzz grandissant autour du groupe, leur permettant ensuite de faire de vraies tournées en tête d'affiche en Europe. Ce qui n'est pas le cas aux Etats-Unis, où ils tournent peu, et où ils sont encore aujourd'hui souvent cantonnés à faire des concerts à Los Angeles ou Las Vegas incluants de nombreuses reprises. Marrant comme STEEL PANTHER, qui est un pur produit US, marche mieux en Europe que dans son pays d'origine...

« All You Can Eat » est la troisième offrande du combo d'Hollywood. Saluons déjà la pochette, très réussie, qui reprend La Cène de Léonard de Vinci mais version STEEL PANTHER (c'est à dire un peu plus fun et sexy). La production et le mix sont assurés par le fidèle Jay Ruston, qui s'était déjà occupé de leurs deux précédents opus. Le gros son est donc toujours au rendez-vous. La panthère d'acier a pour habitude de faire appel à des guests prestigieux, mais ce nouvel album ne compte qu'un seul invité : Vivian Campbell (DEF LEPPARD, ex-DIO), qui est venu poser un solo sur « Gangbang at the Old Folks Home ». Le reste des solos est brillamment interprété par Satchel, qui est quand même un sacré shredder ! Et Michael Starr est toujours un putain de chanteur (un des meilleurs du genre), même s'il faut bien avouer qu'il doit beaucoup à David Lee Roth (et il ne s'en cache pas, c'est son idole), que ce soit dans sa voix ou dans son jeu de scène (ce qui n'enlève rien au fait que Starr soit un super frontman).
La thématique des paroles est toujours la même : ça parle de sexe, de sexe et encore de sexe. Avec un champ lexical à base de fuck, cock, pussy, ass... Et certains textes sont très drôles (« Bukkake Tears », « The Burden of Being Wonderful », « B.V.S. »).
Musicalement, ça n'a pas bougé d'un iota. Les seules petites surprises viennent de l'intro du premier morceau, « Pussywhipped », une entrée en matière acoustique flirtant avec le flamenco (que n'aurait pas renié Steve Stevens) avant qu'un riff bien metal ne vienne nous cueillir; et des violons présents sur « The Burden of Being Wonderful ». Pour le reste, on retrouve ce bon vieux hard US / glam, mâtiné de légères touches de heavy metal 80's. Toujours autant marqué par VAN HALEN (rappelons que Starr et Satchel ont longtemps joué dans ATOMIC PUNKS, un tribute band à VAN HALEN, avant de fonder SP), c'est flagrant sur « Gangbang at the Old Folks Home » et « Ten Strikes You're Out » (avec ces petits cris totalement DLR de Michael Starr).
Les titres sont plutôt bons dans cette première moitié d'album (même si on aurait aimé qu'ils choisissent un morceau plus inspiré et moins facile que « Party Like Tomorrow is the End of the World » comme premier single), avec notamment ce « Gloryhole » très efficace (avec un clip gentiment trash, d'un mauvais goût totalement assumé) et cette merveille de power ballad qu'est « Bukkake Tears » (même si « Community Property » -du premier opus- reste à jamais inégalable).
Le problème c'est que « All You Can Eat » tombe dans les mêmes travers que « Balls Out », à savoir qu'il s'essouffle un peu dans sa seconde moitié. Il y a deux, trois morceaux moyens, qui viennent rendre l'écoute de ce nouveau SP un peu longue et redondante. Et ce qui est d'autant plus fâcheux, c'est que non seulement ce disque ne propose rien de neuf, mais qu'en plus on n'y trouve pas vraiment de futurs classiques comme sur « Feel the Steel » (sur lequel il n'y avait rien à jeter) ou comme « Just Like Tiger Woods » et « 17 Girls in a Row » sur « Balls Out ».

Ce nouvel album de STEEL PANTHER se montre au final assez décevant, et affiche des compositions en pilotage automatique de la part d'un groupe qui se repose un peu trop sur ses lauriers. Et c'est bien dommage, parce qu'au delà du folklore second degré, ce qui reste de STEEL PANTHER c'est la qualité de sa musique. Et sur « All You Can Eat », elle n'est malheureusement que trop partiellement au rendez-vous.
Mais ça n'empêchera pas les futurs concerts de STEEL PANTHER de cartonner. Certains y allant sans doute presque plus pour le délire (et pour mater les nibards des demoiselles exhibitionnistes d'un soir, qui font désormais partie intégrante des shows de SP) que pour la musique. Car c'est évident que le public français de STEEL PANTHER n'est pas entièrement composé de fans purs et durs de hard US / glam, sinon L.A. GUNS (un des très rares grands noms du genre à être encore crédible tant sur album que sur scène) n'aurait pas joué devant si peu de monde à son dernier concert au Forum de Vauréal par exemple.





http://www.steelpanther.tv - 105 visite(s)


Rédigé par : Stéphane | 13/20 | Nb de lectures : 13477




Auteur
Commentaire
Keyser
Membre enregistré
Posté le: 25/04/2014 à 09h03 - (111890)
Très déçu au début puis il passe de mieux en mieux au fil des écoutes, un peu comme "Balls Out" en fait. C'est le moins bon des 3, "Feel The Steel" restant largement le meilleur, mais ça passe toujours bien.



Mickey
IP:90.48.23.117
Invité
Posté le: 25/04/2014 à 10h46 - (111897)
keyser a bien résumé...ça reste idéal comme bande son pour cet été

pamalach
Membre enregistré
Posté le: 25/04/2014 à 11h10 - (111901)
Complétement d'accord avec la chro. J'ai beaucoup de mal à rentrer dans cet album...qui me laisse froid.Je vais essayer de persévérer mais de la part des Panthers, je m'attendais à quelque chose de plus incisif et immédiat.

sid
IP:80.215.195.86
Invité
Posté le: 25/04/2014 à 21h20 - (111911)
Oui c'est marrant en clip
Apres que certains soient que des glamers non assumes, c'est leurs probleme

Albert Petoux
IP:90.39.11.188
Invité
Posté le: 26/04/2014 à 11h00 - (111923)
Ce morceau me fait penser à du Def Lep période Hysteria !

Deathrash
IP:84.103.132.120
Invité
Posté le: 26/04/2014 à 16h13 - (111930)
Quelques titres un peu faibles c'est vrai, je crois qu'on a tous tendance à comparer cet album (Comme le fut Ball's Out) à Feel the Steel qui est effectivement une énorme tuerie, de bout en bout.

Ici, Steel Panther compose toujours de très bons morceaux comme Gloryhole, The Burden of Being Wonderful ou Party Like Tommorow mais aussi quelques titres plus faibles, qui font un peu remplissage, notamment en fin d'album. Mais le groupe, sa bonne humeur, et tout son folklore. Tout ça reste intact et donc j'adore cet album !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker