STATUS QUO - Bula Quo (Earmusic) - 03/10/2013 @ 08h28
Attention dinosaure !
Né à peu près en même temps que les Stones et les Beatles (1962), Status Quo (initialement The Spectres puis The Status Quo) n’a pas connu la même trajectoire que ses compatriotes britanniques. Manifestement, il n’y avait place que pour 2 monstres sacrés durant la décennie qui a vu exploser le rock et leur apparition fracassante a remisé au second plan l’émergence des londoniens.
De la formation originelle, ne restent que le chanteur et guitariste soliste Francis Rossi et Rick Parfitt guitariste rythmique arrivé en 1967. L’autre membre fondateur et bassiste Alan Lancaster a quitté le groupe en 1985.
Tout confondu - albums studio (28), live (3) et compilations (9), pas moins d’une quarantaine d’albums jalonne l’histoire de cette formation adepte de hard-boogie. Tous ne sont pas transcendants mais le Quo est parvenu à faire figurer 60 tubes dans les charts dont 22 dans le Top Ten britannique. Sans compter les disques d’or. Au final, un bilan bien supérieur à nombre de groupes mieux installés.
Durant ces 50 années écoulées, The Status Quo n’a jamais cessé de publier. Certes la décennie 70 est celle qui lui a été le plus bénéfique. Mais durant les 3 suivantes, il a continué d’être prolifique à raison d’un album par an puis tous les 2 ou 3 ans. Le dernier ne date que de 2011 (Quid Pro Quo).

Bula Quo est un double album sorti cette année. Il est en fait la bande annonce d’un film consacré au groupe anglais sur fond de trame policière. Le premier CD est composé de 9 nouveaux titres pour 33 minutes seulement. Rien de « bouleversifiant » dans la musique. Le Quo poursuit son hard-boogie traditionnel qu’il soit soft ("Looking Out For Caroline") ou énervé ("GoGoGo" – "All That Money" – "Never Leave A Friend Behind"). D’autres sont pour le moins déconcertants dans le trip exotique Vahiné et noix de coco ! ("Mystery Island" – "Fiji Time").

D’un format guère plus étendu (44’) la seconde galette est plus anecdotique. Elle se présente sous la forme d’un Greatest Hits dont les choix sont assez curieux. Cela donne l’effet d’un remplissage à la va vite. On trouve 2 versions différentes de "Living On A Island" et de "Rockin’All Over The World" pas vraiment convaincantes et 2 titres tirés de Quid Pro Quo ("Frozen Hero" et "Reality Cheque"). Enfin s’y trouvent également des titres live d’un intérêt plus que moyen et donc réservés aux collectionneurs. ("Whatever You" – "Down Down").

A l’arrivée cela donne un disque en demi-teinte ; quelques bons titres où le groupe renoue avec la fougue de sa jeunesse. D’autres plus faciles trahissent cependant un manque de souffle au niveau des compositions. Mais bon, 50 ans depuis leurs débuts et ils sont toujours debout. On ne peut pas en dire autant de tout le monde. Du trio des sixties, ils sont les seuls qui tiennent la route. Les Beatles ont rendu leur tablier depuis longtemps et les Stones ne sont plus que l’ombre d’eux mêmes. Alors respect !


Rédigé par : Karadok | 12/20 | Nb de lectures : 11658




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker