SPARTA - Welcome to Hell (High Roller) - 21/05/2014 @ 08h24
La NWOBHM (New Wave Of British Heavy Metal) a eu un impact considérable à la fin des années 70 et au début des années 80, le Royaume-Uni a eu une inspiration au sommet et un nombre de groupes marquants absolument énorme, parmi les plus célèbres on y trouve DIAMOND HEAD, SAXON, DEF LEPPARD ou bien encore IRON MAIDEN.

Si ces derniers ont eu une carrière et un succès incroyable, les formations de Biff Byford et Rick Allen malgré des hauts et des bas sont toujours là aujourd’hui, quant à la bande à Brian Tatler elle a explosé aux yeux du monde grâce aux reprises de METALLICA dont Lars Ulrich était un fan absolu.

Et puis il y’a eu des groupes qui ont eu leur petit succès à l’époque mais qui ont disparu sans laisser de traces et dans l’anonymat le plus complet, et SPARTA fait partie de cette dernière catégorie. Pourtant le quintet formé en 1979 près de Nottingham a eu sa petite notoriété à l’époque, assurant les premières parties de LIONHEART, DIAMOND HEAD et aussi BUDGIE, sortant quelques 45 tours et essayant de tenir tant bien que mal jusqu’en 1990 où le split intervient sans qu’aucun album n’ai vu finalement le jour. Et voilà que 35 ans après leur formation, et hormis deux compilations sorties en 2006 et 2011, ils sortent enfin ce premier disque intitulé « Welcome to Hell » (et dont le nom fait penser immédiatement au mythique premier disque de VENOM).

Justement celui-ci est-il à la hauteur de son homonyme de 1981 ? Bien sûr que non, car rien ne pourra jamais égaler l’ambiance et l’aura incroyable de celui-ci, néanmoins on a quand même droit à un bon disque bien qu’il n’atteindra jamais la renommée de ces glorieux aînés.

Tout commence avec le morceau-titre qui s’ouvre avec un peu de Haka néo-zélandais puis un enchaînement de solos et de riffs dignes de la vierge de fer, période Paul Di’Anno, avec une seconde partie de ce morceau beaucoup plus rapide et qui met bien en appétit pour la suite. Justement « Angel of death » est sur la même idée, une variété de tempos intéressants, des cassures de rythmes et un titre bien sympathique encore.

Le quintet sait donc séduire nos oreilles car il propose d’autres chansons assez facilement mémorisables et inspirées avec notamment « Arrow » qui fait penser à du MOTÖRHEAD de la période « Rock N’Roll », ou bien encore « Death to disco » avec son refrain très drôle et qu’on peut entonner en chœur.

Justement la voix et les chœurs parlons-en car c’est un des reproches majeurs de ce disque car le chant n’est pas toujours nickel et parfois même un peu juste dans le ton et le placement, tout comme les chœurs pas forcément toujours très inspirés et qui sentent un peu la naphtaline, le tout couplé aussi à des compositions qui ont tendance à un peu trop s’étirer par moments. On remarque ce dernier point sur « Soldier of fortune » ou sur « Kingdom of the sky » dont l’introduction acoustique ressemble à s’y méprendre à « Beyond the realms of death » de JUDAS PRIEST.

Du bon et du moins bon chez les anglais mais il faut quand même saluer le groupe d'avoir fait le pari de sortir enfin leur premier album alors que ses membres ont pratiquement 60 ans, et même s'il n'est pas exempt de faiblesses il reste quand même une bonne (re)découverte qui rappelle l'âge d'or du metal britannique et une époque désormais révolue.




Rédigé par : GabinEastwood | 13,5/20 | Nb de lectures : 11211




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker