SOUL SECRET - 4 (Golden Core/ZYX) - 28/01/2016 @ 07h02
Comme son nom ne l’indique pas, 4 est le 3ème album de SOUL SECRET, groupe italien existant depuis 2004. 4 cache un concept (que j’avoue ne pas trop avoir creusé…), exercice classique pour du Metal prog vu que SOUL SECRET évolue dans le Metal prog. Le vrai de vrai, celui qui applique à la lettre son petit DREAM THEATER illustré. Flowing Portraits (2008) était en plein dedans (avec un peu d’AYREON tant qu’on y est) mais la formation napolitaine n’allait pas en rester là, développant une certaine modernité dès Closer To Daylight (2011) avant d’enfoncer le clou pour son quatrième troisième album 3 4. Rien que le départ instrumental de l’introductif "On the Ledge" nous montre où le groupe en est, balançant des riffs très mordants et résolument modernes, qui vont d’ailleurs faire une partie de la Force de cet album qui démarre très fort ("Our Horizon") et se montre en bonne forme rythmique à de nombreuses occasions (citons encore "Traces On the Seaside", les riffs qui cognent de "My Lighthouse", et "Downfall"). De DREAM THEATER et AYREON, on passe à VOYAGER et NEVERMORE, pour le plaisir de nos oreilles, grâce à ces italiens assez inspirés.

SOUL SECRET s’affaire donc à appliquer tous les codes du Metal prog moderne, plus technique et fouillé qu’un VOYAGER mais moins branlette qu’un DREAM THEATER (tout est relatif). Tout y est, dans un aspect globalement plus Metal que Rock, entre instrus de haut vol, claviers divers et variés, moments plus intimistes, au sein de morceaux à durée variable (de 2 minutes pour le bel interlude "As I Close My Eyes" à 16 pour le grand final "The White Stairs"), le tout étant surplombé par l’unique chant heavy-nasillard de Lino, pas exceptionnel voire anecdotique mais correct et un minimum maîtrisé. 72 minutes, il y a de quoi faire parmi les 11 morceaux de 4, bien évidemment les riffs couillus façon JEFF LOOMIS retiennent mon attention de metalleux qui aime que ça pulse mais SOUL SECRET a d’autres cordes à son arc. A commencer par des pièces très variées, comme "My Lighthouse", ou très riches qui virevoltent dans tous les sens et en mettront plein la vue aux amateurs de progueries ("Turning the Back Page", "Silence" qui est d’ailleurs 100% instrumental). Bien sûr, tout cela s’enchaîne à une vitesse parfois folle et hormis les riffs les plus percutants il est hélas difficile de retenir quelque chose là-dedans, quand bien même le groupe se pose un peu parfois ("K", "On A Frame", "My Lighthouse" dans une moindre mesure avec un chanteur qui profite de la place faite par les musiciens pour se lâcher un peu) et propose quelques bonnes idées instrumentales (les passages un peu jazzy comme ceux de "Traces On the Seaside" ou "Downfall", les claviers futuristes de "Traces On the Seaside").

Parfois voire souvent jouissif (on frôle ici et là l’énergie et l’inventivité d’un BETWEEN THE BURIED AND ME voire d’un DEVIN TOWNSEND), 4 est forcément « too much » par moments, ne serait-ce qu’à cause de ces solos de synthé Jordan Ruddessiens kitsch au possible ("Our Horizon"), bien qu’heureusement moins présents qu’à l’époque de Flowing Portraits. Reste quelques exagérations ici et là (les sons blip-blip de "Turning the Back Page"), le summum étant quand même le début techno-trance assez risible de "The White Stairs", final fleuve qui sonne comme une tradition pour SOUL SECRET vu que c’est la troisième fois en trois albums que les italiens finissent leur disque par une plage frôlant ou dépassant le quart d’heure. Ici, le résultat est tout de même réussi, résumant bien tout ce que le groupe a à nous proposer, même s’il se traîne en longueur. Vous l’aurez compris, 4 est un bon petit album de « trve » Metal prog, pas aussi cérébral et plus efficace qu’un DREAM THEATER (et jamais trop gnangan), plus touffu et moins tubesque qu’un VOYAGER, donc un peu le cul entre deux chaises (pas assez pour les vrais amateurs de vrai prog, trop pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’autant de richesse instrumentale) mais ça fait son office, bien que l’ensemble souffre d’un certain manque d’originalité pour le genre quand même. Avec tout de même un paquet de bons moments, même s’il faut creuser ces 72 minutes et que ça peut lasser, SOUL SECRET demeure une bonne surprise, grâce à sa bonne progression vers la modernité, nous donnant un album de Metal prog à la fois fouillé (les musiciens en ont dans les mains) et efficace (il y a de sacrés riffs là-dedans). Pas révolutionnaire pour un sou, mais il y a de quoi faire et 4 mérite largement qu’on lui laisse une chance.



http://www.soulsecret.net - 103 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 14.5/20 | Nb de lectures : 6572




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker