SOCIAL DAMAGE - Both Demos (Straight&Alert) - 17/06/2014 @ 07h56
1’05, 0’44, 0’42, 0’45, 0’38 et 1’02 . Voila en minutes, la durée de chacun des morceaux qui composent cette démo de SOCIAL DAMAGE. Pas l’temps d’niaiser, on fonce droit devant pied au plancher. Pas d’intros, pas de samples, pas d’outros, rien d’autres que la musique. Du hardcore old school vif, brut, youth crew et bien évidemment straight edge. C’est certainement ce régime riche en vitamines qui leur donne toute cette énergie car là où la majorité des groupes termine à peine leur intro, eux ont déjà remballé le matos. Emballé c’est pesé. Le 100m à toujours été la reine des disciplines olympiques, le marathon ou les 50kms marche dès potron-minet, mis à part Bernard Faure, ça n’intéresse personne. SOCIAL DAMAHE l’a bien compris. Encore que cette démo débute par « Wrecked », le titre le plus long du disque. Imaginez vous, il dépasse la minute.

Ce disque rassemble les deux démos sorties par le groupe à ce jour. Chaque titre démarre grosso modo par un larsen bien strident suivi d’une cavalcade de batterie, un riff punk hardcore basique et direct soutenu par une basse galopante et sautillante puis la voix criée typiquement youth crew quoiqu’un peu plus grave et profonde que la moyenne. Bon, on n’est pas non plus dans le growl à la Chris Barnes mais habituellement, le genre regorge de voix beaucoup plus criardes, mais ici, ces vocaux permettent au groupe de se démarquer un peu de la masse. Un peu seulement car si leur musique est relativement efficace, on reste dans du hardcore youth crew hyper classique. Avec un son bien chaud, home made, des instruments qui sonnent comme il doivent sonner et pas comme des jolies choses toutes numérisées. Comme la musique, le son de SOCIAL DAMAGE sent la sueur.

Ça donne envie de sauter partout, de courir les 20km de Paris, de suer sang et eau dans la fosse mais une fois le disque arrêté, on n’en retient pas énormément de choses si ce n’est sa courte durée. Mais, toutefois ces cinq minutes de musique envoient du gros et réservent quelques petits breaks fort sympathiques et des two-steps pas piqués des vers comme sur « Forget » par exemple, le meilleur morceau du disque, un condensé de hardcore résumé en quarante-deux secondes. Instantané, brûlant, hyper classique et efficace. Voila, SOCIAL DAMAGE c’est l’équivalent musical de l’orange fraîchement pressée du matin. Ça donne un gros coup de boost sur le moment avant de se faire oublier. Mais comme l’orange pressée, on la ressort tous les matins ou presque.



Ecoute intégrale. - 66 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 3/5 | Nb de lectures : 10884




Auteur
Commentaire
djabtrash
Membre enregistré
Posté le: 17/06/2014 à 13h09 - (112589)
après la madeleine de proust, l'orange pressée de seb

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker