SLEEPING WITH SIRENS - Madness (Epitaph) - 07/09/2015 @ 07h13
Epitaph, what are u doing ? Epitaph ! Plz, stahp !

Mais que ce passe t-il avec les gros labels ricains depuis quelques années là ? Déjà, Victory nous a fait le coup, et puis voilà qu'Epitaph nous sort drôle de truc sur drôle de truc. Après m'être coltiné les starlettes de FALLING IN REVERSE précédemment, voilà que je me tape le nouveau skeud des SLEEPING WITH SIRENS. Bon, faut avouer que sur ce coup-là, c'est quand même moins navrant. Nos Floridiens en sont à leur quatrième opus, succédant à « With Ears to See and Eyes to Hear » (2010), « Let's Cheer to This » (2011) et « Feel » (2013). Pour le style, ça tangue entre le punk-rock à roulette et la pop-rock bien mielleuse dont les américains ont le super secret. Bon, faut aimer les trucs pour midinette quoi. Et par une belle journée ensoleillée, ça passe.

SLEEPING WITH SIRENS nous offre une musique simple, poppy, facilement mémorisable et, il faut bien le reconnaître, fichtrement entraînante. C'est niais, directement sorti d'une comédie familiale US, avec sa banlieue richou, sa famille parfaite, le papa et la maman toujours souriants, le lycée avec ses élèves clichés et son beau temps omniprésent. Bon, comme ça vous situez bien où vous mettez les pieds. Après, on ne va pas cracher dans la soupe, ce que jouent nos petits ricains tout bronzés est du pur entertainment. Ça fait parfois penser à BLINK 182, mais ça n'en oublie pas de balancer la purée, avec des bons gros titres énervés, comme le démontre si justement « Kick Me » en guise d'ouverture.

Bon, après il faut s'habituer à la voix, légèrement efféminée, de Kellin Quinn qui, malgré sa maîtrise, renforce énormément le coté « poppy-candy » du groupe. Mais une fois encaissé, on s'habitue facilement aux bonnes compos que la formation d'Orlando nous couche sur son quatrième album. On peut passer d'un bon punk-rock (« Go Go Go ») à une pop directement inspirée par COLDPLAY (« Gold »), ça le fait tranquillement, avec tout ce qu'il faut de catchy bien évidemment, et on se laisse facilement accrocher par cette musique très simple et happy. La production est à l'image des compos, claires et calibrées, avec tout de même un mix chelou sur certaines parties hurlées qui donne pour effet une vieille saturation. Mais dans l'ensemble, « Madness » se pose comme un bon album « pas prise de tête » et entêtant qu'on se passe peinard pour s'aérer la tête et profiter de la terrasse avec ses ami(e)s sous un bon cagnard.




Rédigé par : Velvet Kevorkian | 13/20 | Nb de lectures : 7185




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker