SLAVE ONE - Disclosed Dioptric Principles (Dolorem) - 09/06/2016 @ 07h07
Le Death Technique est vraiment un style musical ingrat par définition...
Tout impressionnant qu'il soit, il est malheureusement impitoyable, car n'autorise pas le moindre faux pas...
Alors qu'on fait abstraction (potentiellement) de la difficulté - technique et musicale - inhérente à ce style...
Cela ne signifiant pas pour autant qu'il faut verser dans l'indulgence niaise.

En dépit d'un résultat malheureusement inefficace, SLAVE ONE a parfaitement intégré cette difficulté intrinsèque. Car le groupe démontre déjà, pour son premier album, un savoir-faire impressionnant, qui se joue assez bien des difficultés évoquées ci-dessus.
La passion et le professionnalisme du groupe lui permettent ainsi de proposer un album à la fois mature et complexe, guidé par une musicalité forte et présente.

Plus proche d'un OBSCURA et d'un PITBULLS IN THE NURSERY que d'un SPAWN OF POSSESSION, Slave One met en avant son duo de guitaristes pour proposer des mélodies et des envolées guitaristiques qui se veulent voluptueuses. Les riffs ne sont malheureusement pas tous équitables, et si certains passages se révèlent intéressants, d'autres peinent à capturer l'attention. 
Car outre ses riffs technico-mélodiques, Slave One distille également des soli et des leads qui permettent d'admirer les capacités réelles des protagonistes, mais dont la virtuosité masque mal l'absence de feeling... 
Sans être non plus trop technique, loin de là, car le groupe possède justement cette aptitude à éviter la démonstration inutile, et on sent les guitaristes appliqués à ne pas trop en faire. Non, tout cela manque simplement d'accroche... J'aurai aimé égoïstement plus de riffs marquants, de mélodies marquantes, là où SLAVE ONE se perd parfois dans son univers et dans ses méandres conceptuels.

Le groupe se caractérise surtout par son indépendance, et semble être en voie de se bâtir une identité bien particulière. SLAVE ONE a conçu un concept thématique autour de son album, où textes et musique ne forment qu'un. A l'image de la pochette, énigmatique et ambiguë, les morceaux abordent les divinités et la cosmogonie sous différentes approches, historiques ou scientifiques. Une compréhension parfois ardue ou ambiguë des paroles, sans aucune doute voulue, qui va de pair avec l'artwork et l'approche musicale.

Plus qu'un concept, c'est tout l'univers du groupe qui s'inscrit dans cette thématique, évoquant à mon sens l'excellent boulot d'un SEPTIC FLESH ou ORPHANED LAND par exemple. On retrouve un peu de cette approche mystique dans certains passages plus progressifs ou ambiancés, ce qui participe à donner là encore une identité propre à "Disclosed Dioptric Principles".
Mais ces intentions louables ne sont pas toujours associées avec un résultat clair et accrocheur, les structures de morceaux n'aidant pas non plus à se familiariser avec l'album...

Jamais trop violent ni trop posé, le Death Technique des français est pourtant assez bien équilibré sur cet aspect, et les structures sont suffisamment variées pour porter une diversité rythmique intéressante. Même si là encore, l'auditeur manque parfois un peu d’accroche.
Le chant est quant à lui simple mais totalement adapté, les cris rauques et growlés "à l'ancienne" s'avèrent un support idoine pour ces textes alambiqués et intéressants.

Pourtant amateur de Death Metal Technique, j'ai eu beaucoup de mal à pénétrer dans l'univers, hermétique aux chants des sirènes et des 6 cordes.
Et ce n'est tant la complexité technique ou musicale qui m'a perturbé...

En fait, le groupe souffre de son côté trop scolaire ou appliqué, et peine à captiver l'auditeur... Peut être trop élitiste...? Sans doute trop professionnel et pas assez naturel, "Disclosed Dioptric Principles" manque de feeling, tout simplement... Comme si l'album avait été composé selon une formule chimique complexe et non avec les tripes.

La musicalité proposée est travaillée, complexe, mais pas toujours efficace ; un constat sévère, mais qui malheureusement ne laisse pas beaucoup de place à la tolérance. Subjectivité totale, certes, d'autant que j'aurai aimé percer et me repaître de "Disclosed Dioptric Principles"...

N'est pas Atheist qui veut ; SLAVE ONE se bat avec ses armes pour proposer un Death à la fois Technique et Progressif personnel, et c'est tout à son honneur. Mais il lui manque encore beaucoup pour prétendre frapper à la porte des grands.
Le groupe possède un atout indéniable, celui d'avoir dépassé allègrement le niveau amateur, tant techniquement que musicalement. Ne reste plus qu'à SLAVE ONE à prendre un peu de recul, afin rendre son art moins élitiste et plus efficace...





Rédigé par : ..::Ju::.. | 11,5/20 | Nb de lectures : 6175




Auteur
Commentaire
TGW
IP:81.80.112.31
Invité
Posté le: 09/06/2016 à 08h52 - (120361)
Je suis un peu mal à l'aise avec la chronique qui finalement ne fait aucune critique objective et même aucune critique à part: c'est pas bien. Le seul point intéressant soulevé est l'absence de "feeling". Disons que dans le death-metal dit technique, c'est pas vraiment le point fort des guitaristes. Mais finalement peuvent-ils vraiment faire preuve de feeling? L'extrême rigueur métronomique nécessaire pour que tout ne sonne pas comme de la bouillie amène les guitaristes à surtout être extrêmement réguliers ce qui nuit forcément au feeling. Perso, je trouve que le groupe est passez brutal et pas tellement mélodique non plus. Voilà mes critiques.

..::Ju::..
Membre enregistré
Posté le: 09/06/2016 à 22h35 - (120369)
Salut

Merci pour ton commentaire !
J'ai toujours un peu de mal à descendre les groupes amateurs, quand un album est super travaillé, car je porte toujours un respect réel aux musiciens amateurs passionnés qui s'investissent dans leur projet et qui passent un temps non négligeable à le travailler et à le peaufiner. Si c'est nul, je le dirai sans aucun soucis, mais si je n'adhère pas alors que l'album tient la route, j'aurais peut être plus de mal à critiquer gratuitement...
C'est peut être la raison de ton ressenti, car "Disclosed Dioptric Principles" est vraiment très travaillé; on sent que le groupe a le soucis du détail, et je le respecte.

Après, je pense que je suis tout de même explicite dans mes critiques :
- "En dépit d'un résultat malheureusement inefficace"

- "Les riffs ne sont malheureusement pas tous équitables, et si certains passages se révèlent intéressants, d'autres peinent à capturer l'attention"
- "Même si là encore, l'auditeur manque parfois un peu d’accroche."

- "j'ai eu beaucoup de mal à pénétrer dans l'univers, hermétique aux chants des sirènes et des 6 cordes.
Et ce n'est tant la complexité technique ou musicale qui m'a perturbé...

- "le groupe souffre de son côté trop scolaire ou appliqué, et peine à captiver l'auditeur... [..] trop professionnel et pas assez naturel, "Disclosed Dioptric Principles" manque de feeling, tout simplement... Comme si l'album avait été composé selon une formule chimique complexe et non avec les tripes."


A titre personnel, je trouve par ex. que ATHEIST et SPAWN OF POSSESSION (que je considère comme Death dit technique, brutal ou pas) possèdent un putain de feeling.
C'est à dire une capacité à capter l'attention de l'auditeur, avec des riffs marquants et accrocheurs, tout en usant d'une complexité et d'une technique impressionnante.
Le feeling n'est pas du tout incompatible avec la complexité ou la rigueur.
Sans comparer Slave One avec ces deux monstres, ben je ne retrouve aucun feeling dans leurs riffs, je trouve tout ça trop carré, pas en terme de rigueur ou de façon de jouer, mais plutôt dans l'absence de personnalité...

TGW
IP:81.80.112.31
Invité
Posté le: 10/06/2016 à 11h43 - (120375)
C'est gentil de répondre à ma remarque. Je respecte beaucoup ton travail qui est par exemple largement meilleur que celui de Seb on fire dont le niveau d'expression est catastrophique. Disons qu'en musique, "feeling", rigueur, carré, ont un sens précis. Ce sens semble moins précis et différent dans les chroniques.

Kairos
IP:86.220.235.43
Invité
Posté le: 12/06/2016 à 12h06 - (120399)
la note est sévère, il y a bien trop de travail et de savoir faire sur ce premier disque pour qu'on lui attribue une telle note.
Pour ma part, pas très fan de death technique et prog, je trouve que l'album, comme beaucoup dans le genre, manque de mordant et d'efficacité. hormis ce bémol, chaque musicien fait du très bon boulot, ça joue très bien, c'est propre, ça sonne pro, et ça mérite les encouragements du jury.

Crawlingchaos
IP:164.2.255.244
Invité
Posté le: 13/06/2016 à 11h00 - (120403)
Je ne suis pas d'accord quant à dire qu'il manque de feeling sur cet album.
Certains passages en sont gorgés, il suffit d'ouvrir son esprit.
Je pense que la critique relève ici d'un certain hermétisme quant aux mélodies et à la rigueur qui imprègne la musicalité de cet album.
En terme de construction, on aura écouté pire dans l'histoire de la musique mais si effectivement on est habitué à écouter du grindcore ou du old-school, on peut se sentir perdu. Pourtant quand on connaît Death, Cynic et consorts, alors on a les armes pour décrypter la musique.
Bien sûr, j'ai adoré cet album, à la fois léger et brutal, à la production qui aurait cependant mérité un peu plus de pêche, mais en même temps qui ne contribue pas à cette foutue loudness war.
J'ajoute aussi que les passages marquants, il y en a. Pour un peu qu'on soit réceptif. :)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker