SLAVE ONE - Cold Obscurantis Light (Autoproduction) - 06/12/2012 @ 08h01
Et si la scène extrême française n'avait jamais été aussi fertile ? Et si, contrairement à ce qu'on pourrait penser en raison de la très forte exposition d'une poignée de groupes, elle regorgeait de petites formations composant et enregistrant des albums ou EP qui n'ont guère à rougir face aux réalisations des stars du style ? Et si certains chroniqueurs (ouais, je parle de moi là...) ne mettaient pas six mois à écrire les quelques lignes qui peuvent permettre à ces mêmes formations de bénéficier d'une plus grande exposition ? Hein ? Et si...

Et si « Cold Obscurantis Light » était un sacrément bon EP ? Certainement quelque peu déroutant pour ceux qui ont connu le groupe avec sa première démo, plus Death Old School alors que nous sommes ici dans un univers plus technique, voire techno, avec quelques ambiances orientales fort bien intégrées, mais très facilement assimilable malgré sa richesse. Les cinq morceaux qui le constituent sont en effet complexes, avec beaucoup de changements de rythmes, mais on ne sent aucune course à l'ultra technicité. Technique et complexité sont au service des morceaux, comme ce pouvait être le cas chez DEATH, dont on sent l'influence. La basse six cordes, très présente, renforce ce sentiment de faire un voyage dans le temps, celui du Technodeath, où les plans jazzy d'un CYNIC ou d'un ATHEIST révolutionnaient le style.

SLAVE ONE n'est pourtant pas une copie d'un des groupes précités, et il s'en rapproche d'ailleurs plus dans l'orientation générale que dans la composition pure. « Cold Obscurantis Light » est une création originale, surprenante de maîtrise, dont la production à la fois synthétique pour la batterie et plus chaude pour les guitares participe souligne l'ambivalence du groupe, partagé entre désir d'assommer et d'aller plus loin dans l'expérimentation. Une production qui, d'ailleurs, permet d'apprécier tous les instruments, dont cette basse dont nous parlions plus haut et qui est, avec la batterie l'un des points forts du EP.

L'artwork est l’œuvre de Trëz (DILUVIAN) et représente un homme, mi-animal, mi-dieu, qui illustre des textes centrés sur la cosmogonie hindoue dont on regrette de ne pas avoir l'intégralité sur l'exemplaire promo fourni car s'ils sont de la même qualité que la musique composée, il y a matière à faire un beau voyage... Alors même si cette kro arrive un peu tard et que SLAVE ONE a déjà débuté la composition de nouveaux morceaux qui nous emmèneront peut-être encore dans un autre univers, allez découvrir « Cold Obscurantids Light », il en vaut la peine !

MySpace - 135 téléchargements


Rédigé par : Dungorpat | 08/10 | Nb de lectures : 12696




Auteur
Commentaire
Demaquillator
Membre enregistré
Posté le: 06/12/2012 à 10h14 - (104985)
Dans le 2e morceau The Cold Obscurantist Light, très fort , il me fait penser aux sonorités Loudblast, tandis que le passage chitares claires a Gentle Giant. Excelent !



slave1
Membre enregistré
Posté le: 06/12/2012 à 18h48 - (104992)
Merci Demaquillator pour ce commentaire
Merci a dungorpat pour la chronique
et n'hésitez pas à nous ajouter sur Facebook
Seb et SLAVE ONE



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker