SLAVEATGOD - The Skyline Fission (No Regrets) - 02/06/2014 @ 07h44
Vous faites du Metalcore/Groove/Djent lambda, vous venez d’un pays qui n’est pas franchement réputé pour ce genre (la Grèce, c’est plus une terre de Black ou de Death épique), vous avez sorti un premier album assez moyen en autoproduction, et vous cherchez à franchir un palier sans plus attendre ? Embauchez un chanteur de renom pour vous faire remarquer. C’est ce qu’a fait SLAVEATGOD en dégotant Jon Howard, le chanteur de THREAT SIGNAL, pour son second opus The Skyline Fission. Opportuniste, facile, osé ? Déjà on ne pourra pas reprocher à Jon Howard d’aller prêter main forte à un groupe qui était jusque-là inconnu au bataillon et qui a peu de chances de faire des ventes énormes, surtout quand le tout sort sur un petit label, la démarche semble donc tout ce qu'il y a de plus sincère. Et tant que le résultat est bon, qu’aurait-on à en redire ? La collaboration entre ce groupe grec et le vocaliste canadien va donc être auréolée d’une certaine réussite, nous donnant tout simplement un bien bon album.

SLAVEATGOD est un groupe athénien existant depuis 2007 qui avait signé en 2010 Blank Core Inn, un premier album autoproduit peu convaincant, complètement noyé dans le flot de toutes les sorties Metalcore/Deathcore et souffrant de quelques défauts de jeunesse, notamment au niveau du chant d’ailleurs. A l’époque le groupe œuvrait plutôt dans une sorte de Mélodeath groovy, avec The Skyline Fission il va plutôt passer dans le domaine de ce qui est grossièrement appelé le « Metalcore progressif », soit un Metal moderne groovy teinté de Djent et de Metalcore mélodique. SLAVEATGOD n’est pas un pur groupe de Djent et seules les habituelles grattes syncopées sont typiques du genre, en plus de quelques influences. Pour le reste, on se rapproche plus de, justement, THREAT SIGNAL et en particulier de ce qu’avaient proposé les canadiens sur leur dernier album en date, éponyme. Bien évidemment la voix de Jon Howard y est pour beaucoup mais également le son, produit en Grèce mais mixé/masterisé au Canada ; à côté de ça on peut aussi trouver une proximité avec pêle-mêle le Sumeriancore, des touches atmosphériques à la TESSERACT ou encore les groupes « Djent mais pas vraiment » comme HORD et TEXTURES. Le résultat n’est absolument pas révolutionnaire mais convainc sans trop de mal.

Portées par une grosse production, les rythmiques djent et groovy pètent admirablement bien et rendent certains passages diablement efficaces. Mais SLAVEATGOD n’est pas là pour balancer du Math-Metal torturé et complexe mais bien pour créer des morceaux accrocheurs, avec des structures simples brodées autour de refrains imparables. C’est là qu’intervient Jon Howard qui tire clairement The Skyline Fission vers le haut. Le bougre a encore progressé depuis Threat Signal qui date d’il y a 3 ans maintenant et son chant est parfait, facilement reconnaissable malgré le style peu original, totalement maîtrisé que ce soit dans les hurlements ou dans ce chant clair très prenant (le début de "Corridors’ Swirl" est magnifique). Dommage que les lignes vocales claires soient similaires d’un morceau à l’autre et qu’on a au final l’impression d’entendre toujours le même refrain, mais la mayonnaise gréco-canadienne prend grâce à de très bons morceaux, directs ("The Weakened’s Rest", "Downcast Parade", "Guilding Blight") ou plus travaillés avec force instrumentations plus atmosphériques ("Wreck Age", "Corridors’ Swirl", "Ceased the Days"), le groupe s’autorisant également quelques incursions électroniques du plus bel effet. Sans en faire des tonnes et en restant à l’essentiel sur la base d’influences connues, SLAVEATGOD a réussi à pondre un album hautement sympathique de Metalcore groovy teinté de Djent mi-percutant mi-aérien.

Le reproche à faire, au-delà du fait que l’ensemble soit finalement bien peu original et que ce groupe n’aurait probablement pas plus fait parler de lui si Jon Howard ne s’était pas joint aux réjouissances, est que The Skyline Fission est franchement court : 32 minutes en comptant l’intro et l’outro (qui comportent cependant des riffs croustillants), ça fait light, en enlevant lesdites intro et outro on en arrive à 6 morceaux pour même pas une demi-heure. Jon Howard avait peut-être d’autres chats à fouetter (il n’a d’ailleurs pas écrits les paroles de cet opus qui sont de l’œuvre du guitariste lead Sinnik Al), mais il y avait de la place pour faire un morceau ou deux de plus sans lasser. On se contentera donc du matériel proposé, qui de toute façon est de qualité et se suffit à lui-même. Sans révolutionner son monde et en choisissant une voie plus portée sur les ambiances feutrées, mettant en exergue le chant clair, tout en balançant quelques riffs djent bien sentis, SLAVEATGOD a livré un bon petit album de Metalcore moderne, bien dosé et accrocheur, porté par un chanteur intègre et passionné qui a la classe. S’il peut surtout servir à meubler en attendant le prochain THREAT SIGNAL, The Skyline Fission est un album qui se laisse facilement adopter.




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 10633




Auteur
Commentaire
cyril_glaume
Membre enregistré
Posté le: 02/06/2014 à 12h31 - (112340)
Perso leur mélange djent-metalcore m'a vraiment hérissé le poil !!



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker