SKINLESS - Only the Ruthless Remain (Relapse) - 17/06/2015 @ 07h24
Neuf années après le décevant « Trample the Weak, Hurdle the Dead » revoilà la formation new-yorkaise qui a vécu durant cette longue période des moments assez agités, car après une séparation entre 2011 et 2013 elle a vu revenir l’historique Sherwood Webber au micro (à la place de Jason Keyser parti dans ORIGIN) et du coup elle retrouve son quatuor d’origine (avec en prime un deuxième guitariste du nom de Dave Matthews). Faisant partie des anciens de la scène de la grosse pomme SKINLESS n’a pourtant jamais eu le succès de SUFFOCATION et d’IMMOLATION et fut cantonné au second plan (à l’instar de PYREXIA qui lui est très ressemblant musicalement) malgré des disques de qualité (cependant en dessous de ceux des « gros » groupes de la ville chantée par Franck Sinatra) où l’influence hardcore se mélangeait à la brutalité et la vitesse.

Si l’annonce de ce nouveau disque n’a pas déclenché d’enthousiasme débordant c’est peut-être aussi lié à cette pochette absolument immonde ainsi qu’à une setlist composée uniquement de 7 titres d'une durée totale d’à peine 35 minutes. Certes ses prédécesseurs n’étaient jamais très longs ni remplis de compos à ras-bord mais là on a droit à l’album le plus court depuis « Progression Towards Evil » en 1998 et finalement tant mieux. Le groupe n’a pas changé son fusil d’épaule, on reconnaît facilement sa patte d’autant plus que l’équipe historique est de nouveau réunie mais cependant la production manque d’épaisseur et se retrouve mixée de manière un peu aléatoire, car si le son est plus propre qu’auparavant la voix est mise trop en avant et cela se ressent sur les parties extrêmes et violentes où les guitares ont un peu de mal à exister.

Du coup pas de surprises quand retentit « Serpenticide » qui marie avec pêche blasts, lourdeurs et rythmique rapide et furieuse même si la majorité du temps reste sur du technique et écrasant, qui débute cet opus de la meilleure des manières tout comme « Only The Ruthless Remain » qui nous fait revenir une quinzaine d’années en arrière avec ses passages hardcore inspirés et massifs pour briser la nuque de l’auditeur et qui comporte des variations ravageuses. Ces dernières sont d’ailleurs toujours aussi efficaces sur la plage suivante qui porte le nom du désormais quintet et où Bob Beaulac derrière son kit montre que les années n’ont pas d’emprise sur son jeu ni sur son envie de se défouler. Cependant plus on avance et plus on s’aperçoit que malgré l’homogénéité générale (sauf sur « Funeral Curse » qui s’épuise vite à cause d’un manque de brutalité, d’une répétition générale et surtout d’une longueur trop conséquente) il manque le petit quelquechose qui fait la différence.

Certes les mecs n’ont pas perdu la main et peuvent surprendre encore (le groovy et dynamique « The Beast Smells Blood » en est le meilleur exemple), les solos sont inspirés et l’ensemble tient largement la route mais il manque un titre vraiment marquant et qui servirait surtout de locomotive. Car là malgré de la bonne volonté évidente le tout reste en deçà de ce qu’ils ont pu proposer par le passé, mais c’est quand même supérieur à son prédécesseur, et le fait que son chanteur emblématique soit de retour n’y est sans doute pas étranger, même si à l’instar de ses compères il n’a plus la force et la puissance d’antan il reste cependant bien meilleur qu’une majorité des frontmen du genre.

Un retour donc en demi-teinte (certes convenable et dans la moyenne mais dont on pouvait logiquement espérer mieux) et qui confirme hélas que les américains n’atteindront sans doute jamais le niveau et la notoriété des bandes à Franck Mullen et Ross Dolan, même si les vieux fans passeront un bon moment et apprécieront sans doute cette galette il sera sans doute plus difficile pour le quintet d’en décrocher des nouveaux et de pouvoir viser plus haut.




Rédigé par : GabinEastwood | 14/20 | Nb de lectures : 8648




Auteur
Commentaire
RBD
Membre enregistré
Posté le: 17/06/2015 à 21h01 - (117017)
Cette chronique résume bien mon propre sentiment sur ce groupe et ce que j'ai écouté de cet album.

Gégé
IP:90.24.220.146
Invité
Posté le: 17/06/2015 à 21h09 - (117018)
J'avais pas mal écouté From Sacrifice to Survival, le reste m'a moins marqué. Si j'ai l'occasion d'y jeter une oreille, pourquoi pas...

Tetanos
Membre enregistré
Posté le: 18/06/2015 à 16h05 - (117025)
J'ai arrêté de lire à Neuf années après le décevant « Trample the Weak, Hurdle the Dead »...
Je me ferais une idée seule pour le coup.
Pour une fois que j'allais me re-mettre a lire les chro.

hasmodees
IP:193.251.89.243
Invité
Posté le: 20/06/2015 à 17h13 - (117043)
Heu.. il avait eu une bonne note pourtant Trample the Weak, Hurdle the Dead, Moi en tout cas, c'est l'album qui m'a fait m'intéresser à ce groupe, alors que les autres m'en avaient touché une sans faire bouger l'autre... comme quoi..
Je m'en vais jeter une oreille sur celui-ci

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker