SKILTRON - Beheading the Liars - The Clans Have United - The Highland Way (Trollzorn) - 12/08/2015 @ 09h16
Après Downfall of Nur, c’est désormais Skiltron – argentin d’origine – qui s’avance sur la scène. Le spectacle sera toutefois de moins grande qualité que leurs confrères. A la différence des sorties récentes en la matière, Skiltron officie dans un folk metal mâtiné non de death ou de BM mais clairement de heavy voire de power… ce qui n’est guère ma chope de bière. Mais peu importe, tentons d’analyser objectivement les bêtes, car il y en a trois. En effet, Trollzorn a décidé (chacun jugera de cette opportunité) de rééditer les trois premiers albums du groupe, y incluant moult bonus matériels (soit quand même entre 5 et 7 chansons nouvelles par album, qui issues de démos, qui issues de live, qui issues de versions non réalisées !). Alors que penser de tout ceci ?

Beheading the Liars, l’album le plus ancien, joue à fond la carte de la musique celtique. Le son est plutôt puissant, conforme aux canons du genre ; la cornemuse est de sortie, les grosses guitares aussi. Et si le rythme est globalement élevé, le groupe n’hésite pas non plus à ralentir la cadence pour affirmer son propos. La voix, de son côté, puise en plein dans le heavy le plus classique, ce qui pourra en rebuter certains. Certains phrasés me rappellent le old Helloween, parfois un peu Skyclad (par exemple sur "Praying is nothing") et le tout, finalement, n’est pas vraiment désagréable. Ce premier album accentue très fortement le côté celtique des compos : le violon, la cornemuse et d’autres instruments traditionnels irlandais occupent une grande partie de l’espace sonore ("Skiltron", "The Beheading", "I’m what you’ve done", "Calling out"). Le plus souvent, ils constituent la base même des titres ("Hate Dance", "Signs"…). Et si l’on peut regretter certains titres plus mainstream ("Let the Spirit be" ou "Crides" par exemple), parfois, le propos se fait plus vif, un poil plus thrash, où le groupe se révèle d’ailleurs presque plus à son avantage ("The Vision of Blind Harry", "Fast and Wild"). Ce premier album est finalement annonciateur de la suite que rendra le groupe et dans l’ensemble, il devrait contenter sans difficulté les fans du style.

The clans have united reprend en effet peu ou prou les mêmes recettes. On note simplement une tendance, sans doute discrète mais tout de même présente, de renforcer les aspects sombres de la musique. Ce que traduit l’intro de "Tartan’s March". Le son est également plus puissant, plus net aussi. Les compos baignent plus généralement dans une atmosphère plus nettement guerrière ("By Sword and Shield", "Across the Centuries"). L’influence old Helloween est plus prégnante à mon sens ("By Sword and Shield", "Stirling Bridge"), ce qui en soi est plutôt une bonne chose car le thrash est plus souvent convoqué que le heavy stricto sensu. La place des instruments traditionnels est toujours très présente mais ils viennent plutôt, cette fois-ci, en soutien des guitares ("Sixteen Years after", "This Crusade"). Les mélodies sont entêtantes, le rythme est le plus souvent important. La cornemuse occupe toutefois encore l’espace de façon conséquente, comme la flûte irlandaise ("Rising soul", morceau plus calme, axé sur la mélancolie comme "Pagan Pride") ou le bouzouki ("Coming from the west") mais plus à titre d’enjolivement des morceaux que de structures à proprement parler. Là encore, ce second album satisfera sans difficulté les fans. Les titres sont solides et l’écoute se révèle agréable même si la longueur moyenne des titres pourra en rebuter certains.

The Highland Way, le troisième album, joue une carte encore différente, celle de l’emphase. La cornemuse – instrument clé du groupe – est encore très présente mais au service de compos plus posées ("One Way Journey", "A last regret", "Through the Longest Way"), plus maîtrisées. Le son est toujours très net et très puissant, organique aussi. La dynamique est également élevée ("Awaiting your Confession"), sans que les morceaux ne virent au dansant bas de gamme ("Bagpipes of war", "The Bonfire Alliance"). L’atmosphère guerrière nappe encore les compos ("Between my grave and Yours", "Join the Clan"). La voix revient à un registre très heavy, classique.

Au final, la réédition de ces trois albums permet de mettre en valeur un groupe finalement peu connu et dont les réalisations méritent une attention particulière. Le fan de folk metal bien réalisé devrait se retrouver sans problème dans ces compos.

http://www.skiltron.net/ - 153 visite(s)

Albums en écoute sur Deezer - 94 téléchargements


Rédigé par : Raziel | 14/20 | Nb de lectures : 8044




Auteur
Commentaire
forlorn
Membre enregistré
Posté le: 12/08/2015 à 21h02 - (117517)
En fait le 1er album de Skiltron c'est The Clan Have United, qui a également la réputation d'être le 1er album de folk metal argentin.

The Clan Have United est d'abord sorti en 2006 avec Javier Yuchechen en tant que chanteur de session (il oeuvrait déjà sur la Demo - voir kro Remember *). C'est cette version qui a été rééditée par Trollzorn.

Skiltron n'a complété son line-up que plus tard. En 2010 The Clan Have United a été réenregistré avec les nouveaux membres, dont le nouveau chanteur: Diego Valdez.

En 2011 les Argentins se sont embrouillés. Le duo fondateur a gardé le contrôle de Skiltron, les 4 membres les plus récents (dont Diego Valdez) ont fait leurs valises et fondé un autre groupe: Triddana.


* Lien vers la chronique de la Demo Gathering the Clans:
www.vs-webzine.com/METAL.php?page=REMEMBER&id_news=723

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 12/08/2015 à 21h18 - (117518)
Le 2ème album Beheading the Liars se distingue par l'implication de nombreux guests.

On retrouve notamment:
- Jonne Järvelä (chanteur de Korpiklaani) sur Praying is Nothing.
- Steve Ramsey, Georgina Biddle et Kevin Ridley de Skyclad apparaissent sur Signs, Symbols and the Marks of Man
- le dernier morceau de l'album Crides est une version occitane de Calling Out. Les Argentins ont fait appel à 2 des 3 membres fondateurs de Stille Volk: Patrick Lafforgue et Patrice Roques.

Emilio Souto et Matías Pena sont de grands fans de Skyclad et de Martin Walkyier. A tel point que Skiltron a servi de backing band à l'ex-Skyclad pour une tournée européenne. Martin Walkyier leur a aussi renvoyé l'ascenceur en chantant leurs compos en 2012. S'il n'y avait pas cette distance géographique, Skiltron serait probablement devenu The Clan Destined.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker