SKEPTIKON - Pandimensional Chaos (Metal Venom) - 09/09/2014 @ 07h35
On connait principalement la Touraine pour ses châteaux et toute son histoire liée à la royauté, on connait moins les régionaux de SKEPTIKON qui cependant valent tout autant le détour. Le quatuor s’est formé à Tours durant le froid hiver 2012 avec une passion commune pour le black et le death ce qui a eu pour effet de créer un mélange à la fois classique sur le fond mais original dans la forme puisqu’on y trouve également de la boîte à rythmes en lieu et place d’une vraie batterie et quelques synthés et samples bien trouvés.

En à peine un peu plus d’un an d’existence les voilà déjà avec un EP et nous démontrent sans peine qu’on peut faire vite et bien au niveau création et inspiration car le quartet aurait presque pu faire un album entier car là ça n’est pas moins de 41 minutes de gros son (pour 7 titres, dont une reprise) dont nous gratifie le combo.

Le concept global de celui-ci est le Chaos sous toutes ses formes et il tire son inspiration de la science, de la mythologie ancienne, de nos psychoses et émotions, de la manipulation mentale, ainsi que d’œuvres célèbres dont notamment celles d’Howard Phillips Lovecraft.

L’ensemble de ces idées est palpable dès « Dark Matter » qui mélange les rythmes et les ambiances, tout comme le chant super inspiré qui alterne le black crié et le growl death pur et dur, et les nappes de synthé très cosmiques peuvent faire penser à LIMBONIC ART. L’ambiance est d’ailleurs identique pour le morceau-titre qui varie habilement les ambiances, le riffing et l’alternance entre lourdeur et vitesse, le tout avec un vrai côté planant et un sens de la mélodie bien foutu. « Rising Black Flame » montre que les guitaristes ont un sacré talent dans la composition et les solos car il envoie du début à la fin et est pour moi le titre le plus réussi. Si « Wheel of Damnation » est un peu moins bon (sans doute par quelques longueurs qui auraient pu être évitées) il nous montre une autre facette de la formation avec des ambiances plus lentes et des parties moins brutales. « Nibiru’s Curse » est très avant-gardiste dans l’esprit et séparée en deux parties bien distinctes où la première épique et brutale cohabite intelligemment avec la seconde plus aérienne et lente. L’écoute se termine avec « Architect of Illusion » un peu décevant par rapport au reste car moins inspiré et plus linéaire, par contre la reprise d’ARKHON INFAUSTUS (« M33 Constellation ») est vraiment pas mal mais n’arrive cependant pas à atteindre la noirceur et le nihilisme de l’original.

Une très bonne surprise que cet EP qui nous démontre une fois de plus la vitalité et la qualité de la scène française, et même si celui-ci n’est pas exempt de tous reproches (liés sans doute à la jeunesse du combo) il est d’une grande qualité artistique avec en prime une production vraiment pas mal même si l’apport d’un vrai batteur sera à mon avis indispensable dans l’avenir pour leur permettre de passer un cap car même si la boîte à rythmes est parfaitement réglée et en place, son côté synthétique finit par se faire sentir et peut devenir agaçant. Avec encore un peu plus de maturité et de concerts dans les jambes nul doute que les tourangeaux représentent l’avenir, et en continuant à composer et jouer avec implication et sérieux nul doute que celui-ci leur appartient.





Rédigé par : GabinEastwood | 7,5/10 | Nb de lectures : 10431




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker