SIX DAYS OF MAY - Lymph (WormHoleDeath) - 04/02/2015 @ 07h41
Je pige pas la logique de WormHoleDeath. Après avoir signé moult formations de gogoth metal toutes plus kitsch les unes que les autres, et après s’être acoquiné avec des frenchies (DUNKELNACHT, PHAZE I, RIGHT TO THE VOID, HAVENLESS), voilà qu’il nous signe du Metalcore. Mais attention, pas du Metalcore bien velu qui justifie à chaque instant son préfixe « Metal » et son suffixe « Core », plutôt le Metalcore mélodique mielleux qui ne s’embarrasse pas des qualificatifs « alternatif », « électro » ou « Post », car oui comme UNDERWELL aussi signé chez WHD dont on va reparler / on a déjà parlé au gré des publications de chroniques sur VS, SIX DAYS OF MAY penche dangereusement vers ce qu’on appelle le « Post-Hardcore », la définition la plus ricaine et putassière du genre, bref les cultissimes ATTACK ATTACK!. Chant clairs de teenager méchu et gros bidouillages électro sont donc au programme, en plus de riffs très communs empruntant autant à IN FLAMES qu’à BULLET FOR MY VALENTINE. Et en plus le groupe est italien, oui ils me filent des boutons, les groupes italiens, surtout ceux reçus en promo de labels italiens. Et quand à tout ça est ajouté un morceau aux sonorités brostep, nommé "Get Your Fucking Hands Off Me", j’ai surtout envie de répondre "GET YOUR FUCKING BROSTEP OFF MY METAL" et de commencer à compter les points que je vais mettre en dessous de la moyenne.

Mais prout, encore une fois un disque de WormHoleDeath va, à l’instar de IDEOGRAM, s’en sortir avec quelques menus honneurs car ce Lymph n’est pas si immonde que ça . Ce n’est pas cette fois-ci que je vais pouvoir battre le record de nullité et de nivellement par le bas de SECRETPATH. Alors oui, je dois admettre que pour le genre mais pour le genre uniquement, ce premier album de SIX DAYS OF MAY est bien foutu. Vous voulez du chant crié « fin de mue où il faut pousser pour que l’aigu sorte de la gorge » alterné avec des refrains en chant clair ? Y’en a et il faut dire que le chanteur Jack s’en sort pas mal, c’est certes cliché, mielleux et niais, mais ça passe bien, les screams sont ce qu’ils sont mais ne sont pas insupportables, le chant clair est perfectible mais correct dans l’ensemble, parfois pas loin de celui de Spencer de PERIPHERY sur certaines montées. Vous voulez des riffs simples et accrocheurs entre Metalcore et Mélodeath (et parfois Djent, cf. le couillu "The Morning You Collapsed"), des mélodies déjà entendues 666 fois mais néanmoins sympathiques ? Il y a tout ce qu’il faut en 12 morceaux et 44 minutes. SIX DAYS OF MAY a pour lui le fait de pratiquer un Metalcore mélodique sans prise de tête ni prétention, frais et appréciable bien qu’hyper générique. La production est bonne sans être mirobolante, les effets sur la voix bien amenés, les enchaînements couplets/refrains bien gérés. On n’en retiendra pas grand-chose surtout que comme pour tout disque de seconde division, les véritables tubes manquent à l’appel, mais le miracle est bien là : Lymph se laisse écouter. Diantre.

Bien évidemment l’ensemble en plus d’être codifié et attendu au possible (un morceau comme "All You Can Hate" est un ramassis de poncifs) souffre d’une certaine linéarité, la multiplication des chants clairs (très redondants) et les passages gueulés tout de même bien stériles sont pour sûr bien lassants. Heureusement SIX DAYS OF MAY tente de varier son propos mais ça va quelque peu coincer, et cet album de Metalcore tout à fait sympathique dans l’absolu va alors perdre quelques points à cause d’une composante qui fait partie intégrante de tout disque de Metalcore moderne mais qui est source de grosses fautes de goût : l’électro. "Spring Break" ressemblerait presque à du Mélodeath moderne japonais. "A.N.I.A." est un interlude de luxe 100% électro/piano légèrement hors sujet. "Chasing Monsters" fait carrément Mélodeath Indus, là aussi légèrement hors sujet. "Get Your Fucking Hands Off Me" j’en ai déjà parlé et je ne vais pas insister au risque d’être grossier, surtout quand le groupe en rajoute une couche avec "Mechanical Cage"… Et "Stubborn" finit l’album avec du blip-blip AMARANTHien. Tout ceci a un peu de mal à passer et lorsque la seconde partie de l’album joue surtout sur la photocopie bien « italienne » du riffing d’IN FLAMES à la sauce Metalcore, on se dit que finalement ce premier album de SIX DAYS OF MAY ne sera pas la surprise escomptée.

Pas la grosse surprise mais une petite surprise quand même. Ou au moins un album de Metalcore mélodique moderne pas trop pourri. C’est ce qu’on retiendra de ce premier album de SIX DAYS OF MAY, groupe qui a quelques arguments mais qui a ce stade sa carrière (fondation en 2010), est encore trop influencé et fait preuve d’un goût douteux lorsqu’il s’amuse avec tout ce qui est classifiable en « électro ». Il y a eu pire, et dans le pur genre « Post-Hardcore », je doute qu’il y ait eu beaucoup mieux, même si avec ses passages mélodeath foisonnants SIX DAYS OF MAY ne s’inscrit finalement pas dans cette catégorie ô combien galvaudée. Un album correct de Metalcore, sans plus, vite oublié mais qui sera un minimum apprécié des fans du genre. Maintenant des fans du « genre » je ne sais pas s’il y en a beaucoup sur VS et on va peut-être me dire que je suis trop gentil pour le coup. Bah.




Rédigé par : ZeSnake | 13/20 | Nb de lectures : 9029




Auteur
Commentaire
TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 04/02/2015 à 09h15 - (115608)
ZeSnake t'as un gage, t'as mis plus de 10/20 à un disque de chez WormHoleDeath.

Tout nu dans l'escaliiiiier;)



Richie rich
IP:62.201.139.56
Invité
Posté le: 05/02/2015 à 15h18 - (115631)
Euh « post hardcore » ce truc ? On doit pas avoir la même définition du style : Cult of Luna, Callisto oui, pas ça, non, vraiment non.
Non quoi.

Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 05/02/2015 à 15h33 - (115632)
ZeSnake précise bien "qu’on appelle le « Post-Hardcore », la définition la plus ricaine et putassière du genre" C'est à dire un terme répandu outre-atlantique pour qualifier les groupe de metalcore fashion.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker