SEPTYCAL GORGE - Scourge of the Formless Breed (Autoproduction) - 24/10/2014 @ 07h06
Un frémissement. Une vibration. Tous égaux...
Chaque note, chaque accord, chaque sonorité musicale est réduite à cette variation de pression résultant du mouvement d’oscillation dans l’air.
Pourtant, certaines de ces vibrations n’offrent pas la même résonance à nos tympans. Certaines sonorités, assemblées avec goût, offrent une toute autre résonance globale, même enclavées dans une approche sonore agressive.

C’est amusant d’essayer d’imaginer le trajet parcouru par ces ondes jusqu’au cortex pariétal en passant par le tympan et la cochlée.
Et c’est à ce moment qu’on réalise combien le cerveau est injuste. Car il n’offre pas les mêmes chances de séduction à toutes ces vibrations.
Contrairement aux tympans, démocratiques, qui offrent à toutes les fréquences non nocives le droit de poursuivre le périple, le cerveau, lui, est despotique. Pour notre plus grande joie.
Porté par son système limbique, ce tyran avisé et fin connaisseur agit et filtre tout en restant obstinément rivé sur son obsessionnel objectif : repérer les vibrations pourvoyeuses d’une jouissance simple et pure, toujours ancrée dans cette logique épicurienne.

L’expérience de notre cortex en la matière n’est plus à prouver, et sa certitude instinctive à l’écoute des ondes sonores émanant de "Scourge of the Formless Breed" s’est rapidement confirmée au fil des écoutes : on tient là un petit joyau, un manifeste implacable d’une forme de jouissance extrême.
Déficient, forcément, en originalité, mais gorgé, évidemment, en brutalité.

Une fois franchie la barrière anatomique, le mur sonore de cette bestialité intense déverse un ravissement sans limite. Les difficultés ont forgées le mental des transalpins, qui, avec leur maîtrise instrumentale en constante évolution, ont réussi à créer un assemblage de vibrations sonores dont l’équilibre et la justesse achèveront de vous convaincre. Si tant est que vous acceptiez de plonger corps et âme dans ces abysses gorgée de virtuosité technique et de violence.

L’espace d’une vibration d’osselets suffit pour laisser pénétrer dans notre encéphale l’efficacité des martèlements violents, la musicalité des riffs et leads addictifs, la rage des hurlements gutturaux.
100 fois, 1000 fois entendus, ces enchaînements et variations, identifiées après quelques secondes par notre cortex pariétal comme répondant au Death Metal le plus brutal, possèdent une intelligence, une harmonie rarement égalées.
Sur ce point, notre despote encéphalique est intransigeant : les assemblages sonores possédant autant de cohérence et d’extase ne sont pas si nombreux. Reproduire les mêmes riffs que les illustres DEEDS OF FLESH ou DISAVOWED, en les rendant plus techniques mais tout aussi accrocheur, user des mêmes fluctuations rythmiques percutantes que DISGORGE ou SUFFOCATION, là est le talent.

Ces vibrations fulgurantes, intenses, vibrent sans répit, excités par la jouissance auditive qu’elles s’apprêtent à générer. Certes, sans atteindre la même réussite inventive que ‘Passages into Deformity’, ‘Pinnacle of Bedlam‘ ou ‘Consume The Forsaken’. Certes, sans génie. Mais avec une force et un plaisir réels. Nul besoin d’innover, finalement. Un subtil équilibre entre violence, musicalité et technicité suffit. Et renforce un peu plus la réussite de "Scourge of the Formless Breed".

Portés par la justesse technique et musicale, ces ondes sonores ne nécessitent pas d’être assemblées avec les techniques habituelles. Point de refrain ou de couplet, au sens ou notre cerveau les connaît. "Scourge of the Formless Breed" brille de sa violence et de son homogénéité, où l’efficacité pernicieuse des gammes jouées à la 6 cordes suffit à créer ce microcosme sonore immédiatement assimilable, bien que complexe.
La technique omniprésente, presque étouffante, n’empêche pas, bien au contraire, de se repaître des riffs à mi-chemin entre mélodies et solo, à l’efficacité réelle.

A l’extase procurée par les tympans s’ajoute le plaisir thématique, en forme de concept cosmogonique, où tous les titres sont articulés autour de ces questionnements et théories sur l’origine du monde et de l’univers.
Les vibrations causées par cette onde de choc sont parfaitement appuyées par la structure rythmique impressionnante, propageant basses, roulement, blast-beats et autres variations de pressions percutantes, et surtout agencées avec une virtuosité palpable laissant tout l’espace à la violence pure.

Tout partait d’un frémissement, tout s’achève dans une explosion.
Une explosion sonore colorée, où la myriade des sonorités et des vibrations, mur sonore infranchissable pour les néophytes, sera une explosion des sens pour les amateurs du genre. Une explosion de vibrations musicales intenses et extrêmement violentes, au sein de laquelle se dissimule la promesse d’une demi-heure palpitante.

Autoproduit, auréolé d’un concept intéressant, tout laisse présager que "Scourge of the Formless Breed" va affirmer, confirmer et renforcer la réussite de SG sur la scène européenne mondiale. Encore une fois sans aucune originalité, mais avec une violence d’orfèvre.
Laissez donc ces vibrations sonores parvenir jusqu’à votre oreille interne, laissez ces frémissements et ces ondes violentes résonner jusqu’à votre cochlée, sans préjuger d’aucun sentiment. L’expérience en vaut la peine.




Rédigé par : ..::Ju::.. | 16,5/20 | Nb de lectures : 11200




Auteur
Commentaire
GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 24/10/2014 à 12h42 - (114317)
Autant je n'avais pas accroché à leurs premiers opus autant celui-ci m'a scotché du début à la fin.

Puissant, bien produit, bien composé avec une vraie fluidité, il montre que la scène brutal death italienne prend de plus en plus d'ampleur.



Keyser
Membre enregistré
Posté le: 24/10/2014 à 13h33 - (114318)
Un des meilleurs albums de brutal death de l'année. Très bonne évolution.



semtex-carnage
Membre enregistré
Posté le: 27/10/2014 à 12h38 - (114345)
J'aurais une petite remarque à faire à Ju concernant la rédaction de ses chros: je suis pense que tu te prends la tête pour rien à nous pondre des chroniques aussi recherchées. Je pense que tu devrais aller droit au but et ne pas tortiller du cul pour chier droit. Ce n'est que mon avis... ;)

RBD
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 14h09 - (114378)
C'est un excellent album de Death Brutal traditionnel, bien meilleur que Disawoved à mon avis. Les compos sont moins directes qu'avant, plus aérées et cependant très abrasives. Je suis convaincu qu'il vieillira très bien. Il revient souvent sur ma platine depuis son arrivée.
Quand on voit le niveau d'autres groupes signés, c'est injuste.



veliki circus
IP:80.215.224.15
Invité
Posté le: 28/10/2014 à 19h45 - (114394)
Super album ! Chronique originale.
Semtex : ben lol quoi. Comprends pas;tu preferes un gif animé?
;)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker