SECTU - Nefarious (ViciSolum/Season of Mist) - 18/07/2014 @ 07h08
Ayant démarré ses activités en 2005 en s'appelant CIMMERIAN DOME, il a fallu attendre son changement de nom en 2011 pour devenir ce qu’il est aujourd’hui et la sortie dans la foulée de « Inundate » son premier album pour que SECTU fasse parler de lui. Pourtant malgré un autre bon album « Gerra » l’année suivante le quartet suédois est resté assez dans l’ombre alors qu’il comporte des musiciens de talent, puisqu’on trouve comme membre fondateur Stefan Lundgren (qui n’a aucun lien de parenté avec Dolph Lundgren) au chant et à la guitare qui a joué entre autre pour SOBRE NOCTURNE ou NECROMICON, ajoutez à cela à la seconde guitare Anders Exo Ericson (BEYOND TWILIGHT, SOBRE NOCTURNE), Johan Niemann (EVERGREY, THERION) à la basse, et le nouveau venu Richard Evensand (CHIMAIRA, THERION) à la batterie et l’on obtient une vraie formation de mercenaires aguerris.

Avec « Nefarious » le groupe continue avec ses titres de disques courts et reste sur sa lancée avec des influences death à la suédoise tout en gardant un côté lourd et presque déprimant de l’autre côté, car ce qui est vraiment marquant c’est que les gars sortent de nombreuses variations de rythmes, de breaks différents pour au final poser leur marque et instaurer une froideur bienvenue.

Si « Fiery Initiator » ressemble beaucoup à du GRAVE de par le style et la vitesse, il est à noter que déjà d’excellents breaks sont présents, même sensation du côté de « Onset of Destruction » plus varié et intéressant mais à l’accroche un peu moindre. Ce dernier point étant peut-être dû à sa durée de 6,12 minutes, car les morceaux d’une durée moyenne de 4,30 minutes atteignent jusqu’à 8 minutes et même si l’album ne fait que 42 minutes au total un côté répétitif se fait vite sentir.

Malgré cela le très lent et presque doom « Perpetual Spectre » continue de nous surprendre comme l’excellent « Tenebrous » un peu plus technique et ponctués de cassures et d’accélérations diverses. D’ailleurs l’ordre des morceaux est judicieux car il alterne passages rapides et techniques avec ceux plus lents et simples. On le voit avec « River of Oblivion » qui est le titre le plus brutal avec du blast, du ralentissement et des pointes de vitesse, tout cela avant de finir avec les très bons « Usurper » et « The wanderer » même si pour le premier il aurait gagné à être un peu raccourci.

Avec une production suédoise typique et évitant le trop-plein de modernisme, cet album possède une bon feeling, une dynamique agréable et des arguments solides (malgré le côté répétitif) pour faire passer un bon moment (à défaut d’être mémorable et de devenir un classique) il permettra au combo d’entrer un peu plus dans la lumière et d’être plus connu dans la cohorte des bons groupes venant du pays d’Ikea.




Rédigé par : GabinEastwood | 14,5/20 | Nb de lectures : 11404




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker