SEBASTIAN BACH - Give 'Em Hell (Frontiers/Harmonia Mundi) - 12/06/2014 @ 08h01
Beaucoup de fans de SKID ROW aimeraient que SEBASTIAN BACH sorte un « Slave To The Grind » 2, mais ça n'intéresse pas Bach. Ce chef-d'œuvre était le fruit d'un autre groupe et d'une autre époque, qu'il ne sert à rien d'essayer de récréer. La magie, ça se vit, ça ne se reproduit pas à la demande. Et puis cet album est inégalable de toute façon, alors pourquoi vouloir le refaire en moins bien ?
Sebastian a donc évolué avec son temps, son âge, son expérience. Pour les détails de sa carrière post-SKID ROW, dont il s'est fait virer en 1996, je vous propose de vous reporter à ma chronique de son disque précédent (« Kicking & Screaming » - 2011), dans laquelle je revenais sur ses divers projets et albums.

Alors, en quoi cette troisième offrande de SEBASTIAN BACH diffère-t-elle de ses deux autres opus solo ? Si « Angel Down » (2007) était foncièrement heavy metal et « Kicking & Screaming » un peu plus hard rock et mélodique, on peut dire que « Give 'Em Hell » se situe au croisement de ces deux approches. Mais il n'est pas que ça, et c'est cela aussi qui fait sa force. Car Bach arrive encore à nous surprendre et à proposer de nouvelles choses, lui qui n'a jamais sorti deux fois le même album.

C'est la seconde fois que Sebastian collabore avec Bob Marlette à la production et au mix. Bach n'est pas bête, il fait partie de ces chanteurs qui ne sont pas de « vrais musiciens » (comme Ozzy ou David Lee Roth), et il a donc besoin de s'entourer de compositeurs talentueux. Après Roy Z. qui s'était occupé de son premier album solo (et qui avait auparavant participé à la résurrection métallique de Bruce Dickinson et Rob Halford), Bob Marlette est également un producteur / compositeur totalement logique dans l'univers de SEBASTIAN BACH, puisqu'il a notamment travaillé avec TWO (le projet indus de Rob Halford), BLACK SABBATH, IOMMI, UNION, ALICE COOPER, LYNYRD SKYNYRD et ROB ZOMBIE. Comme d'habitude avec Marlette, on a droit à un son moderne, avec beaucoup de basses. Et pour comparer avec celle de « Kicking & Screaming », cette prod-là me semble un peu plus grasse, plus « boueuse ».
Au niveau des musiciens, le line-up a une nouvelle fois changé : Devin Bronson a remplacé le jeune (et transparent sur scène) Nick Sterling à la guitare. Ce choix pouvait surprendre au départ, quand on sait que Bronson a joué avec AVRIL LAVIGNE et PINK (ainsi que BUTCH WALKER), mais ironiquement c'est lui qui signe les morceaux les plus metal de l'album ! Tandis que le grand Bobby Jarzombek -qui joue parallèlement dans HALFORD et FATES WARNING- est toujours fidèle au poste de batteur.
Concernant les guests, si Sebastian avait fait sobre jusqu'à présent en n'invitant qu'un seul musicien prestigieux sur chacun de ses deux précédents disques, là il s'est lâché : on retrouve Steve Stevens (guitariste de BILLY IDOL) sur trois titres, John 5 (guitariste de ROB ZOMBIE, ex-DAVID LEE ROTH, TWO et MARILYN MANSON) sur un morceau et Duff McKagan (bassiste de WALKING PAPERS et VELVET REVOLER, ex-GUNS N' ROSES) sur les quatre premières chansons.

« Give' Em Hell » est un album immédiat, auquel il est facile d'accrocher rapidement. Mais il n'en demeure pas moins riche et varié, et il continue de dévoiler ses charmes après maintes écoutes.

Ca démarre avec « Hell Inside My Head » et son riff presque rock n' roll puis... boum ! Le gros son made in Bob Marlette fait son entrée avec ces basses bien présentes et ces guitares tranchantes. Ce premier titre est up-tempo et propose un refrain aérien en voix claire, ce qui sera un peu la trademark de Sebastian sur la majorité de cet album.
« Harmony », quant à elle, est plus heavy rock, légèrement sleazy sur les bords. Pas étonnant vu que c'est Duff qui l'a composé et qu'il joue aussi de la guitare sur celle-ci. On a droit à une espèce de croisement très excitant entre SKID ROW et GUNS N' ROSES. Avec également un refrain aérien et des mélodies sacrément accrocheuses.
« All My Friends Are Dead » offre quelque chose de plus dark et de très metal. Le riff (moderne) a un petit côté NINE INCH NAILS / FILTER. Avec à nouveau un refrain aérien, et presque commercial, qui contrebalance avec la dureté du morceau. Notamment ce passage heavy as fuck au milieu, avec des parties de guitare et de chant démoniaques ! Les paroles de Sebastian sont assez mélancoliques étant donné qu'il y rend hommage à ses amis décédés ces dernières années (vous pouvez voir les noms en intro du clip de la chanson).
Le riff de « Temptation » est du pur John 5, revenu seconder Bach le temps de cet excellent titre, après leur collaboration commune avec « Tunnelvision » sur le précédent disque de Baz (sans être non plus du niveau de ce gigantesque morceau de « Kicking & Screaming »). Le refrain est, devinez quoi, aérien et contient de superbes harmonies vocales.
« Push Away » pourrait faire office de première ballade de l'album si elle ne proposait pas une ambiance aussi oppressante (aidée par des claviers, une première chez Sebastian). Le morceau est atmosphérique et chargé émotionnellement, mais reste heavy, avec là encore de sublimes harmonies vocales. Le chant est d'ailleurs assez hallucinant sur ce titre, particulièrement sur le refrain, où Bach arrive à monter dans des aigus que je ne lui connaissais pas ! Et certains accents vocaux me font penser à sa remarquable performance sur le disque de FRAMESHIFT (« An Absence Of Empathy » - 2005). Avec en prime un solo de ouf de l'ami Steve Stevens (qui a composé le morceau).
On revient au heavy moderne avec le sexy « Dominator » et ses riffs parpaing. On a enfin droit à la voix un peu sleazy de Sebastian, et à d'autres accents à la FRAMESHIFT. Dommage qu'ils nous resservent le même pont que celui de « Harmony ».
« Had Enough » est, elle, une vraie ballade, comme les affectionne Bach, avec une voix à fleur de peau sur les couplets. Cette très jolie chanson a un petit côté « Breakin' Down » de SKID ROW. Avec encore un solo de malade de Steve Stevens, qui rappelle les grandes heures de son fabuleux travail sur « Exposed » (1993) de VINCE NEIL.
Troisième et dernier titre composé par Steve Stevens, « Gun To A Knife Fight » est bien metal comparé à ce que cet extra-terrestre de guitariste a l'habitude de proposer (d'ailleurs, ai-je besoin de préciser que son solo est une nouvelle fois exceptionnel ?). Les mélodies vocales tuent (ce pont !), et les claviers viennent encore ajouter une touche inhabituelle à la musique de Bach.
« Rock N Roll Is A Vicious Game » arrive un peu comme un cheveu sur la soupe au milieu de ce disque de heavy metal, avec son harmonica, sa guitare acoustique et son piano, mais pourquoi pas ! Cette reprise d'APRIL WINE se veut fidèle à l'originale. Sebastian l'a choisi parce que les paroles de cette chanson de ses compatriotes canadiens lui parlent particulièrement. Il y chante d'ailleurs avec une belle voix naturelle.
On revient aux riffs metal moderne avec le catchy « Taking Back Tomorrow », qui propose aussi un pont bien senti et un excellent solo de Devin Bronson.
Suivi du monstrueux « Disengaged », qui est pour moi LE titre de « Give 'Em Hell ». Un des morceaux les plus heavy de la carrière de Baz, avec « Negative Light » sur « Angel Down ». Son chant est franchement evil et metal, et ce titre réussit le tour de force d'avoir également un refrain très accrocheur.
« Forget You » clôt l'album d'une manière assez surprenante. Bach s'essaie sur ce morceau au heavy metal grandiloquent. Il a peut-être voulu retrouver un feeling proche des comédies musicales de Broadway auxquelles il a participé au début des années 2000, en plus metal. Et ce titre offre des mélodies envoûtantes, un très bon -court- solo de Bronson et d'étonnantes « tubular bells » sur le pont.

Sebastian Bach est devenu aujourd'hui une icône du rock / metal, au même titre qu'Ozzy Osbourne, Rob Halford, David Lee Roth ou Axl Rose. Et au lieu d'espérer une hypothétique reformation du SKID ROW originel (qui n'arrivera sans doute jamais), réjouissons-nous plutôt de la qualité des disques solo de Bach. D'ailleurs, si on voulait s'amuser au jeu des comparaisons, on pourrait rapprocher « Angel Down » (pour lequel je garde un gros faible, je pense que c'est un des meilleurs albums de heavy metal des années 2000) au « Slave To The Grind » des SKIDS. « Kicking & Screaming » au premier SKID ROW. Et enfin ce « Give 'Em Hell » à « Subhuman Race » de SR, dans le sens où il s'agit là d'un disque heavy, sombre, en phase avec son époque et assez expérimental par moments.
Je ferais bien aussi un parallèle avec le très sous-estimé deuxième album d'HALFORD, « Crucible » (2002), dans lequel on retrouvait la même variété, richesse, noirceur, tout en restant dans le cadre d'un heavy metal porté par une grande voix. Au passage, la performance de Sebastian sur « Give 'Em Hell » est impressionnante. Il possède toujours un sens aigu de la mélodie et il a encore repoussé certaines de ses capacités vocales en studio (en live, c'est une autre histoire). Je regrette juste qu'il ne chante pas davantage avec sa voix rock éraillée, qu'on pouvait retrouver sur un morceau comme « (Love Is) a Bitchslap » sur « Angel Down » par exemple.
Je ne vais pas être catégorique en disant, comme beaucoup, que « Give 'Em Hell » est le meilleur album solo de SEBASTIAN BACH. Seul le temps nous le dira... Mais c'est une sacrée belle réussite en tout cas. Et à n'en pas douter un des meilleurs disques de heavy metal de l'année.




http://sebastianbach.com/ - 163 visite(s)


Rédigé par : Stéphane | 17/20 | Nb de lectures : 12153




Auteur
Commentaire
RunForestRun
Membre enregistré
Posté le: 12/06/2014 à 09h56 - (112513)
Contrairement au chroniqueur, je pense que Bach rêve de sortir un Slave to the Grind 2. Le problème c'est qu'on ne sort pas un tel disque en claquant des doigts.

Dans ce style ce nouvel album est quand même très bon, aux croisements du heavy metal et du big rock. Rien d'original ni de très intellectuel dans cette musique 1000 fois entendue et relativement basique, mais ça fonctionne très bien et le sieur Bach y est beaucoup moins poussif que sur son album précédent. Il chante toujours aussi bien en studio (dommage que ses performances live soient devenues ridicules).

Bref, on est dans un registre "fun" et ça s'écoute par beau temps en matant discrètement les cuisses des filles pour se mettre de bonne humeur.

TheUgly
Membre enregistré
Posté le: 16/06/2014 à 01h04 - (112571)
Je ne commenterai pas tout l'album mais les quelques titres que j'ai écoutés m'indiquent que la voix de Sebastian Bach a quand même perdu de sa superbe. Je ne retrouve pas l'agressivité et la fougue qui la caractérisait pourtant. Enfin, on vieillit tous, n'est ce pas ?

Kronos
IP:89.224.5.181
Invité
Posté le: 02/07/2014 à 22h30 - (112714)
Excellente kronique avec beaucoup de points de vue que je partage. J'y trouve même un petit côté métal alternatif: ce disque n'est somme toute pas très éloigné des dernières sorties de Stone Sour ou Shinedown.
Seulement 2 commentaires pour un album aussi homogène dans sa qualité ! C'est surprenant...et injuste.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker