SCOTT WEILAND AND THE WILDABOUTS - Blaster (EarMusic) - 15/06/2015 @ 07h41
"Blaster"... tout simplement, la renaissance de Scott Weiland

Il n'est pas rare que les dossiers de presse se montrent trop (beaucoup trop ?) élogieux sur la qualité de la musique qu'ils s'apprêtent à nous mettre dans les esgourdes. Il y a bien sûr le traditionnel relevé des chroniques les plus élogieuses, le carnet de notes du groupe et le petit article tout dédié à la gloire des artistes et de leurs chansons. Parfois, on peut être tenté de sourire tant l'écart entre les mots et la musique est important... mais que faire et que dire dans un dossier de presse quand le groupe l'est vraiment... bon ?
Eh oui, Scott Weiland est de retour avec ses camarades de The WILDABOUTS pour nous proposer un pur album de rock n'roll teinté de mille influences pailletées d'étoiles. Alors évidemment (et vous l'aurez aisément compris) oui, dix fois oui, ça fait longtemps qu'on a pas entendu le père Weiland aussi inspiré et aussi en forme. Simple, direct, efficace et sans fioriture, ce "Blaster" pourrait bien être le style d'album qui fait se lever Papy Cyril la nuit tant sa dynamique est pleine de punch et ses mélodies entraînantes comme une demoiselle briarde à sa première récolte de betteraves. Et puis il est addictif ce con d'album en plus... rogntudju !!

De STONE TEMPLE PILOTS à VELVET REVOLVER, Weiland a toujours été un chanteur à la personnalité marquée, son phrasé caractéristique étant presque aussi célèbre que son timbre de voix, affûté comme un "German Cat" flambant neuf. Pouvant surprendre tantôt avec une voix de crooner puis avec des montées aiguës nasillardes, Weiland est un artiste plutôt versatile, écrivant dans ses lyrics toutes les difficultés qui ont jalonné sa vie d'homme et de musicien lors des dernières décennies.
La plupart du temps super catchy et très efficace, "Blaster" est un peu un mariage de tous les styles qu'a interprétés Weiland au cours de ces dernières années. Un regard tourné vers le futur tout en ayant la tête pleine de souvenirs, "Blaster" respire le rock n'roll des ROLLING STONES, THE WHO ou de LED ZEPPELIN... mais aussi de plus inattendus comme LYNYRD SKYNYRD (sur l'incroyable "Circles"). Il se dégage de titres comme "Hotel Rio" ou "Way She moves" une sorte de nostalgie semblant tout droit sortie des Saintes 70's, la production vallonnée de l'album aidant d'autant plus à se plonger dans le bain bouillonnant que nous propose le groupe. En apparence simple, les compositions sont pour la plupart construites sur un schéma connu qui a fait ses preuves avec les années. Ce qui pourrait du coup paraître retro et/ou un brin putassier (on ne se trompe jamais vraiment quand on tape dans le rock vintage...) ne sonne ici pas une seule seconde périmé ou antidaté. La raison ? Le talent de composition manifeste des géniteurs de "Blaster" et leur indiscutable savoir-faire niveau interprétation. Loin de s'enfermer dans un totalitarisme retro, Weiland et ses hommes proposent par exemple avec "White Lightning" un blues à la limite du Hard Rock, la bête étant gonflée par une basse turgescente et une voix incroyablement bien calée sur le riddim. Niveau surprise un poil incongrue mais vraiment jouissive, je note "Beach Pop" aux accents typiquement "The Clash", "Parachute" et son petit côté Queen rafraîchissant et "20th Century Boy" dont le refrain rappelle le KISS des belles années !

On passe pas loin du patchwork tant les clins d’œil plus ou moins appuyés du groupe à ses idoles sont affichés en pleine lumière. Weiland et ses WILDABOUTS ont cependant toute l'expérience nécessaire pour ne pas oublier d'imposer leur patte et revenir quand il le faut à une ligne de conduite plus indépendante afin de ne pas tomber dans l'hommage pur et simple. Quelques morceaux en font hélas un peu les frais et sont un peu plus incongrus, comme ce "Blues Eyes" qui aurait pu être sur un album des FOO FIGHTERS ou "Youth Quake" qui avec son intro Goth/rock qui nous renverrait presque à l'époque de la Batcave. Mais mis à part ces deux notes qui cassent un peu le rythme de l'album, c'est un sans faute.

Rafraîchissant, agréable et plein de vie, ce "Blaster" vient même faire la nique à de nombreux titres de VELVET REVOLVER, le talent et la passion communiquée par le groupe étant vraiment à découvrir au plus vite. Ghetto Blaster Motherfucker !




Rédigé par : Pamalach | 15,5/20 | Nb de lectures : 8258




Auteur
Commentaire
DYING-ANGEL
Membre enregistré
Posté le: 15/06/2015 à 11h28 - (116990)

euh tu nous fais une blague avec ce que tu nous dis sur 20th century boy au moins j'espre ?!?!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker