SCORPIONS – Live At Wacken Air 2006 : A Night To Remember, A Journey Through Time (SONY/BMG) - 17/01/2008 @ 08h41
Tout est dit dans le nom du DVD : A night to remember, a journey through time… Comment imaginer que le groupe qui jouait ce soir-là comptabilisait plus de trente-cinq ans de carrière quand on voit l’énergie dégagée et son plaisir d’être là ? En jetant un coup d’œil sur la setlist peut-être ? : vingt-trois morceaux, autant d’hymnes, disséminés sur une période allant de 1974 (« Speedy’s Coming ») à 2004 (« Love’Em Or Leave’Em »), une longévité dont peu de groupes peuvent à l’heure actuelle se vanter. Quelques-uns des leaders de cette époque sont encore là, peu sortent encore des disques et encore moins en sortent qui soient du niveau de ceux qu’ils enchaînaient à l’époque de leur splendeur. Fait assez rare également pour être souligné, tous les musiciens emblématiques de SCORPIONS l’ayant quitté sont encore en activité, avec plus ou moins de réussite certes. C’est peut-être pour cette raison que l’apparition d’Herman Rarebell, Michael Schenker et Uli Jon Roth sur quelques morceaux au cours de cette nuit-là ne ressemblait en rien à une réunion Tupperware de papys gâteux, mais bien à un bœuf de légendes du Hard Rock, qui ont écrit certaines des plus belles pages du Hard mondial entre la fin des 70’s et le début des 80’s.

Ceux qui ont assisté aux concerts français de SCORPIONS en avril dernier ont eu la chance de (re)voir Uli Jon Roth et Michael Schenker, et ce DVD leur rappellera ces trop courts moments magiques, d’autant plus fortement d’ailleurs que la setlist du Wacken 2006 était sensiblement la même que celle de la tournée « Humanity Hour », les titres du dernier album en moins… ainsi qu’un hymne que je n’aurais jamais pensé voir disparaître à l’occasion d’un show old school, « Dynamite » ! Vous l’aurez certainement remarqué, malgré le nombre de hits, certains manquent à l’appel comme « Fly To The Rainbow », « Dynamite » que nous venons d’évoquer et « Wind Of Change » (oui, il y a « Still Loving You » et « Holidays », ça fait déjà deux ballades, gnia gnia gnia… Mais bon, « Wind Of Change » quoi !!!). Niveau albums l’injustement mésestimé « Face The Heat » passe à l’as, tout comme « Eye II Eye » et « Pure Instinct » même si dans ce dernier cas la perte n’est pas tragique. La raison à cela est tout simplement (en partie) que ce sont les fans qui ont décidé de la setlist après un referendum lancé par le groupe sur son site officiel. Il n’est bien sûr pas question de pleurer plus que de raison sur l’absence de quelques morceaux, l’essentiel n’est pas là mais bien dans un concert d’anthologie que nous proposent donc les Allemands, avec comme points forts et ce ne sera une surprise pour personne, les titres sur lesquels apparaissent Uli Jon Roth, musicien totalement hors du temps aussi cosmique que certains de ses albums, de ces artistes qui n’ont qu’à apparaître pour focaliser toute l’attention sur eux et qui déçoivent rarement les attentes. L’enchaînement « Pictured Life », « Speedy’s Coming » et « We’ll Burn The Sky » en est la dantesque illustration, l’éternel hippie éclipsant sans peine Rudolf Schenker (pourtant survolté) avec ses inimitables solos et un sourire permanent qui en dit long sur son plaisir à se retrouver avec ses potes ce soir-là. Le parfum de 70’s qui se dégage de ces vieux morceaux passe incroyablement bien au milieu des plus récents et plus hard « Coming Home » (en ouverture s’il vous plaît, comme sur le fantastique « World Wide Live »), « The Zoo », « Bad Boys Running Wild » ou « Love ’Em Or Leave ’Em », du bien nommé « Unbreakable ».

On pourrait disserter durant des pages sur la longévité exceptionnelle de SCORPIONS, qui semble doué de la même incroyable résistance que l’arthropode qui lui a donné son nom malgré une baisse de régime au cours de la dernière décennie, mais il sera beaucoup plus parlant d’évoquer le chant de Klaus Meine, jamais mis en défaut (il ne bouge plus beaucoup, certes, mais le résultat est là) et l’énergie déployée par Rudolf Schenker, toujours en train de courir, grimacer ou brandir une de ses nombreuses guitares. On parlera également de Matthias Jabs, imperturbable dans ses complets vestons zébrés très années 80 assortis aux rayures de ses fameuses guitares, ce qui donne lieu au passage à un bel historique visuel des modes des trois décennies passées, avec un Uli Jon Roth en tunique bleu comos, bandana et guitare psyché pour les années 70 et un Rudolf Schenker en jean délavé et pré-vieilli moulant, t-shirt tout aussi moulant, cheveux péroxydés et hirsutes très cinquantenaire du nouveau millénaire. On n’oubliera pas non plus l’indémodable instrumental « Coast To Coast », sur lequel Michael Schenker et Klaus Meine viennent se joindre aux deux guitaristes, la toujours aussi explosive « Blackout », avec Herman Rarebell derrière les fûts et Rudolf Schenker portant un masque reprenant la pochette de l’album (avec les bandages, les fourchettes sur les yeux et tout et tout), « Holiday » jouée en intégralité et une version musclée de « In Trance », certainement l’un des meilleurs morceaux écrits par les Allemands dans leur première partie de carrière, qui préfigurait en 1975 les brûlots qu’on retrouverait quelques années plus tard sur leurs albums. Avant de terminer avec quelques points négatifs, puisqu’il en faut bien sinon mon enthousiasme pourrait sembler suspect, évoquons l’incontournable « Still Loving You », qui a sans doute précipité la conception de quelques kids du public (et qui fut en ce qui me concerne l’occasion de danser mon premier slow et d’échanger mes premières bizouilles avec une représentante du sexe opposé) et la version scorpions family du « Bolero » de Ravel avec Michael Schenker, son fils Tyson, Uli Jon Roth, Matthias Jabs aux guitares et Herman Rarebell aux percus. Une version quasi psychédélique en raison du quartier libre laissé à Uli Jon Roth et de l’arrivée de Rudolf Schenker à quatre pattes, pieds nus, avançant lentement par saccades au rythme de la musique jusqu’au pied de la batterie, où il exécutera un joli poirier avant de se relever avec la même lenteur… totalement décalé et pourtant parfaitement cohérent avec l’atmosphère qui se dégageait des solos de Roth.

Le concert se termine par l’inévitable « Rock You Like A Hurricane », mettant un terme à une démonstration de Hard Rock de 2h15 comme on aimerait en voir plus souvent. Il est toutefois étonnant de ne pas avoir plus de plans larges sur le public, étant donné le cadre dans lequel le DVD a été enregistré : le Wacken est tout de même l'un des plus gros festivals européens et quelques plans montrant la monstruosité de la foule auraient été sympathiques. D'un autre côté, les musiciens sont bien filmés et on peut profiter pleinement de chaque intervention des invités, qui sont traités comme les membres du groupe. Ainsi, à chaque apparition de Roth, Jabs et Schenker passent au second plan et on se régale. Niveau éclairages, rien d'ostentatoire, la scène est la plupart du temps très bien éclairée et les musiciens se suffisant à eux-mêmes, inutile de surcharger en effets de lumières.

Il est maintenant temps de passer au chapitre « Y manque quand même des trucs », à savoir l’absence de piste DTS et de bonus. Certes, la piste stéréo PCM est de très bonne qualité, mais le groupe doit avoir les moyens de se payer un ingé son capable de mixer un bon DTS… Petit bémol également concernant le son de guitare de Schenker, pas toujours précis, mais aucun reproche à faire concernant les autres musiciens : batterie qui claque, basse ronde bien présente mais sans excès, Jabs bénéficie lui d'un son bien net tout comme Uli Jon Roth donc chaque solo est parfaitement audible, ce qui renforce l'impression de forte union entre le groupe et ses anciens membres. Concernant les bonus, on peut se dire que le SCORPIONS de 2006 n’est probablement plus le même que celui de 84, que les groupies enamourées ne courent peut-être plus les loges et que l’ambiance est peut-être plus pépère qu’orgiaque, mais étant donné le prix de l’objet on aimerait en avoir plus tout de même (images d’archive, interview des invités, paroles des chansons dans le livret, maquette du scorpions, etc.). Reste que le concert se suffit à lui-même et que malgré ce bémol, les Allemands nous ont offert l’un des meilleurs DVD live de l’année passée… en attendant celui de la tournée Humanity Hour, qui sait ?

Track Listing :
01. Coming Home
02. Bad Boys Running Wild
03. The Zoo
04. Loving You Sunday Morning
05. Make It Real
06. Pictured Life (avec Uli Jon Roth)
07. Speedy’s Coming (avec Uli Jon Roth)
08. We’ll Burn The Sky (avec Uli Jon Roth)
09. Love ’Em Or Leave ’Em
10. Don’t Believe Her
11. Tease Me Please Me
12. Coast To Coast (avec Michael Schenker)
13. Holiday (avec Michael Schenker)
14. Love Drive (avec Michael Schenker)
15. Another Peace Of Meat (avec Michael Schenker)
16. Kottak Attack (Drum Solo)
17. Blackout (avec Herman Rarebell
18. No One Like You (avec Herman Rarebell)
19. Six String Sting
20. Big City Nights
21. Can’t Get Enough
22. Still Loving You (avec Uli Jon Roth, Michael Schenker)
23. In Trance (avec Uli Jon Roth, Michael Schenker)
24. Bolero (avec Uli Jon Roth, Michael Schenker, Herman Rarebell, Tyson Schenker)
25. Ready To Sting (Appearance Of The Scorpions)
26. Rock You Like A Hurricane

Tech :
Format Image : 16:9 (PAL)
Format Audio : PCM Stéréo, Dolby Digital 5.1
Durée : environ 139 minutes
Zone :Toutes zones

http://www.the-scorpions.com - 236 visite(s)

Extraits du DVD - 263 téléchargements


Rédigé par : Dungorpat | A Night To Remember, A Journey Through Time/ | Nb de lectures : 12879




Auteur
Commentaire
temptfate
Membre enregistré
Posté le: 17/01/2008 à 09h46 - (51504)
Un très bon concert qui manque certainement de bonus. Mais si je voulais voir des groupies suffit de ce mater le concert d'Indochine :)

C'est une très longue et très bonne chronique au demeurant. Certains n'aiment pas ce groupe qu'ils qualifient volontairement de "gays" ou "has been" ou de "mort créativement" mais il faut bien avouer que ce genre de commentaires s'appliquent à bien d'autres groupes(suffit de lire les news récentes) qui ont assis leur popularité et qui n'ont, plus grand chose à prouver.

Scorpions nous a pondu d'excellents hymnes qui j'espère resteront encore longtemps dans l'histoire . Je dois dire que j'ai aussi beaucoup accroché au dernier album, digne d'une BO.

Bref, ce concert est franchement inclassable pour les ambiances 70 qui se dégagent, les futs moulants et tout cela. L'investissement peut paraître cher pour des gens qui croient que Scoprions se résume à Wind of Change mais ca vaut le coup :)







Sheb
Membre enregistré
Posté le: 17/01/2008 à 11h50 - (51509)
énorme ce DVD !



sniper666
Membre enregistré
Posté le: 17/01/2008 à 15h47 - (51519)
une tuerie quel bon concert et un DVD a prix sympa



Louis-Ferdinand
Invité
Posté le: 17/01/2008 à 17h58 - (51527)
Rhhhaaa, ça fait sacrément envie...
L'enchaînement "Pictured Life", "Speedy’s Coming" et "We’ll Burn The Sky" avec Uli Jon Roth doit être un moment d'anthologie...
Personnellement, c'est toujours le Scorpions avec Uli Jon Roth qui m'a le plus plu, alors revoir ces vieux titres joués par le maître lui-même, quel bonheur...
Alors certes, cela fait des années et des années qu'ils n'ont plus sorti un album qui m'ait vraiment plu, mais rien que pour leurs premiers albums, Scorptions restera à jamais un groupe mythique, et le groupe qui m'a fait aimer le rock, le hard, et le metal...

Krif Krof
Membre enregistré
Posté le: 17/01/2008 à 19h21 - (51531)
ouais...
tant qu'ils ne joueront pas "The sails of Charon"....

Domina
IP:84.99.161.65
Invité
Posté le: 17/01/2008 à 21h05 - (51536)
Je parie que ce dvd a fait de nombreux heureux durant les fêtes, comme celui de heaven & hell. Une bonne leçon donnée par les anciens et surtout une jubilation à chaque écoute/visionnage.

heavy metal
IP:83.194.190.95
Invité
Posté le: 20/01/2008 à 15h18 - (51608)
il manque DARK LADY,HE'S A WOMAN-SHE'S A MAN,IN SEARCH OF THE PIECE OF MIND et DYNAMITE pourtant joués ce soir là.pourquoi ne les ont ils pas mis sur le dvd?
font chier bordel


jad wio
Membre enregistré
Posté le: 20/01/2008 à 18h25 - (51610)
ENORME !!!!!



Mordred
Membre enregistré
Posté le: 21/01/2008 à 13h17 - (51619)
je possède ce DVD et je ne suis pas déçu. Difficile d'y claquer des bonus car il est dejà bien chargé et il ne devait plus y avoir grand place pour en mettre.
Je suis stupefait de voir que Meine et Schenker ne déperissent pas !!!
Pour Rarebell, c'est vraiment une autre histoire. Un groupe simple et sympathique qui ne semble jamais avoir choppé la grosse tête.
Continuez comme ça, les teutons !



Llc973
Membre enregistré
Posté le: 20/02/2008 à 14h17 - (52935)
Dvd énorme, je n'attendais plus rien du groupe après 1988 et depuis 4-5 ans j'apprécie un peu plus.
Mais ce Dvd est vraiment une bonne idée, surtout il semble que le temps efface les vielles rancoeurs (voir U.J. Roth et H. Rarebell sur une même scène est surprenant.
Le meilleur Best-of proposé par Scorpions.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker