SANZU - Heavy Over The Home (Autoproduction) - 12/01/2016 @ 07h36
« Newcomer », « Next Big Thing » nous disions, hmm ? Plus tôt cette année (si cette chro est publiée avant le 31 décembre 2015), SANZU s’était présenté à nous avec son premier EP, Painless. Et le groupe australien a déjà montré son potentiel dans un Death-Metal bien lourd, un pur héritage de MORBID ANGEL période Gateways To Annihilation, le tout modernisé à la façon d’un GOJIRA et évoquant aussi d’autres influences comme IMMOLATION. Pas de temps à perdre, voilà d’ores et déjà le premier full-length de SANZU, Heavy Over The Home. L’occasion de voir de quoi le groupe est capable sur une plus longue durée ou déjà de confirmer, tout est possible et valable. Attention, il y a là du lourd, c’est le moins qu’on puisse dire devant un Death-Metal moderne aussi massif, bien loin de toutes les aspirations Deathcore ou technico-prog. Ces 10 nouveaux morceaux vont définitivement nous prouver que SANZU est sans conteste une des révélations de 2015.

Sans surprise, Heavy Over The Home reprend là où les choses s’étaient arrêtées il y a une poignée de mois à peine avec Painless. A savoir un Death MORBID ANGELien bien balourd, sombre et rampant, bardé de la modernité et de certains gimmicks de GOJIRA mais attention leur première période, jusqu’à From Mars To Sirius inclus. Rien qu’à ce niveau, et considérant le fait qu’il est vrai que SANZU c’est surtout et simplement le GOJIRA australien, Heavy Over The Home s’adresse déjà aux déçus de The Way Of All Flesh et L’Enfant Sauvage. Rien de spécial dans l’absolu, pas d’ambiances originales ou personnelles, juste un Death-Metal mid-tempo assez colossal et écrasant, la grosse prod puissante mais abrasive en sus. La seule véritable particularité du groupe par rapport à ses (illustres) influences, c’est ce chant hurlé, à fleur de peau, halluciné parfois, régulièrement alterné avec des lignes plus graves, plus sombres et presque déclamées. Mais pour le reste, les 43 minutes de Heavy Over The Home vous promettent votre dose de riffs épais et pesants, de rythmes appuyés et massifs, bref de la lourdeur à tous les étages. Du lourd partout dans votre maison.

Homogène, Heavy Over The Home révèle peu de surprises une fois lancé, mais difficile de ne pas prendre son pied à l’écoute des 10 morceaux proposés, un pied qui tape au rythme du tempo lourd. "Old Orchard Floor" démarre d’ailleurs de bien belle manière les hostilités, avec directement les compos écrasantes dont les australiens ont le secret, et l’on se laisse vite emporter par les vocaux inhabituels mais prenants. "Phenomena" est une bonne tuerie des familles, aux enchaînements d’une incroyable efficacité, montrant toute la palette de SANZU sur des bases MORBID ANGELO-GOJIResques simples. Ce morceau et le single bien rampant et désenchanté "Ubiety" se posent déjà comme des hits pour le groupe, auxquels vient se greffer "Tailor", dans la veine de "Phenomena" avec des riffs entraînants et accrocheurs. Et ensuite, si le super interlude "Awaken" nous permet un peu de respirer, Heavy Over The Home bascule dans la plus absolue LOURDEUR. Archi lourd, "Those Who Sleep in the East" se permet toutefois quelques légères touches mélodiques forcément façon GOJIRA, mais après SANZU s’est totalement enfoncé dans les abysses pour ne jamais en ressortir. Massives, pesantes, lentes, sombres et LOURDES seront alors les compos de "Heavy Over the Home", "The Chill" et "Loss", prouvant définitivement que les australiens ont tout compris à l’héritage que MORBID ANGEL a laissé il y a 15 ans avec Gateways To Annihilation.

SANZU nous laisse avec l’outro apocalyptique "Colourblind", non pas sur un goût d’inachevé bien qu’on en redemanderait déjà, mais sur une franche réussite pour un premier album déjà marquant. Il est clair que le groupe australien n’a pas inventé la poudre en capitalisant sur GOJIRA qui lui-même capitalisait sur une partie de la carrière de MORBID ANGEL. Mais rares sont les groupes qui ont su si bien conjuguer modernité et Death-Metal hyper lourd et colossal. En attendant des nouvelles de DEAD BEYOND BURIED et bien sûr un nouveau GOJIRA que l’on espère plus inspiré que L’Enfant Sauvage, SANZU comble sans mal ce vide et nous offre 43 minutes de LOURDEUR garantie. Heavy Over The Home confirme ce que l’on avait entrevu sur Painless, à savoir que ce combo australien a du potentiel et il vient déjà de le prouver, en une année à peine. Grosse révélation et excellent album, Heavy Over The Home est donc une des sensations de cette fin d’année 2015, et SANZU a lancé sa carrière en fanfare avec un premier album incroyablement lourd et prenant bien que peu original, et il va falloir suivre ça de très près dorénavant car si le groupe peut encore progresser, il va faire très mal dans le futur, surtout quand on sait qu’il n’évolue pour le moment que dans le domaine de l’autoproduction. Amateurs de Death-Metal bien écrasant comme il faut, ne passez pas à côté de SANZU !




Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 7201




Auteur
Commentaire
Meridian
Membre enregistré
Posté le: 12/01/2016 à 09h29 - (119126)
De ce que j'ai écouté, c'est très bon... dommage qu'il soit si cher (c'est un peu le problème de l'Australie).

DIMECHAG
Membre enregistré
Posté le: 12/01/2016 à 09h36 - (119127)
C'te gifle.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker