SALVING THY AMISS - Our sons; Heart - Rending Stories From Babblers (Autoproduction) - 17/02/2012 @ 09h39
A peine ai-je eu le temps de me remettre de "Amid all this Mess, a Weak Splendour" que je constate que SALVING THY AMISS a déjà remis le couvert avec un nouvel opus ! Le deuxième album a beau être sorti en décembre 2010, on ne peut que s'incliner devant la rapidité du groupe à nous proposer de nouveaux épisodes musicaux ! Et ceux qui connaissent le groupe le savent, on n'a pas ici affaire à un basique combo de metalcore.
Car SALVING THY AMISS, c'est une bande de joyeux lurons qui appuient d'abord sur la gâchette avant de vérifier si le fusil est chargé. C'est ce genre de musiciens qui se labourent les doigts et les cordes vocales sans se demander s'ils n'en auront pas besoin quand ils seront plus vieux. C'est enfin les auteurs d'une musique semblable à un animal sauvage acculé dans une pièce exiguë et bien décidé à mettre en pièce celui qui va s'approcher... enfin, disons que c'est que la bête aurait fait auparavant. Car la bête n'est plus la même et ne semble plus vouloir mordre avec férocité tout ce qui passe à sa portée.

« Our sons; heart - rending stories from babblers" est donc différent de tout ce qu'a proposé le groupe jusqu'à présent. Ayant expérimenté les ambiances noires comme le charbon, les chansons acérées comme des couteaux de boucher et les délires psychotiques de pilotes conduisant les yeux fermés, SALVING THY AMISS a décidé de virer de bord.
Très différent des deux premiers albums, « Our sons; heart - rending stories from babblers" étonne autant par ses choix artistiques que par sa production.
Tout commence avec une introduction qui semble tout droit sortie d'« Orange Mécanique ». Après ces quelques secondes d'élucubrations Kubrickiennnes le groupe déboule sabre au clair avec toute la délicatesse qu'on lui connaît. D'emblée on constate que le son est plus clair que d'habitude, plus metal que punk, plus clair que crust. La qualité d'exécution a encore évolué et le groupe est plus en place que jamais, le rapprochant désormais d'un DILLINGER ESCAPE PLAN au niveau de certaines attaques (l'ombre du gangster se manifestera plus qu'ici). Mais ce n'est pas cette similitude qui choque mais l'apparition des vocaux en clair. SALVING inaugure donc ici les passages mélodique et ne va pas y aller avec le dos de la cuillère tant ces derniers vont se multiplier dans ce nouvel album.

A ce stade-là, je puis vous dire que lors des premières écoutes, je me suis demandé quelle mouche avait piqué le groupe. Je trouvais qu'ils avaient commencé à chopper une vibe vraiment originale sur l'album précédent et qu'il n'avait plus qu'un petit effort à faire pour devenir des terroristes sonores originaux. Pourquoi changer du tout au tout et arrêter de hurler sans arrêt ? Au départ, j'ai été très déçu par la démarche du combo.
Ce n'est qu'en regardant le blanc cheval de la pochette que j'ai compris un truc : SALVING THY AMISS est un animal sauvage. Et par définition, un animal sauvage, c'est imprévisible. Ils trottent désormais dans des plaines différentes de celles où ils avaient l'habitude d'aller brouter. Si ces plaines étaient moches et laides, on aurait le droit de leur dire qu'ils avaient perdu leur bon goût en route... mais ce n'est pas le cas.

Les chansons sont donc désormais plus longues, plus mélodiques, plus précises et plus structurées. La violence est plus canalisée, moins fofolle. Le punk a pris une douche et l'alcoolique a mis de l'eau dans son vin de feu. Le groupe se lance dans des plages planantes et hypnotiques qui, si au départ, étonnent pour le groupe, arrivent à faire mouche au final comme sur le sublime «  Most of a the time angry Crowds with torches have really good reasons » (comme vous pouvez le voir, ils n'ont pas laissé tomber les noms à rallonge !). Et c'est comme souvent avec la dernière chanson que le groupe se lâche vraiment, "Again, Fractious children and their ability to erase Footprints" va plus loin que tout ce que le combo expérimente tout au long de l'album.
On pouvait deviner quelques élans mélodiques sur les albums précédents, mais rien n'aurait pu prévoir l'évolution sonore à laquel on assiste. SALVING THY AMISS malmène son public une fois de plus et doit bien s'amuser des nouvelles réaction engendrées.

Ne vous affolez pas cependant, le groupe n'a pas complétement laissé tomber ses anciennes manies ! On retrouve les accélérations typiques et les rebondissements caractéristiques du groupe. Dès qu'il s'agit de foutre des coups de sabots dans les couilles, les gaziers savent y faire ! L'urgence d'antan semble simplement être décalée par rapport au passé et à un groupe qui nous avait habitués à tirer d'abord et poser les questions ensuite (Ah... le bon vieux temps).
SALVING préfère l'aventure d'une odyssée musicale plutôt que de chercher à perfectionner leur style originel... merde, je peux pas vraiment leur en vouloir.
Un troisième album qui a des couilles, un groupe qui a envie de provoquer des réactions et un public qui n'attend que de se faire trancher la jambe. Quelle belle scène française !

http://www.myspace.com/salvingthyamiss - 125 visite(s)

Bandcamp - 91 téléchargements


Rédigé par : Pamalach | 14/20 | Nb de lectures : 12018




Auteur
Commentaire
Imm3
Membre enregistré
Posté le: 22/02/2012 à 12h41 - (100644)
Mode auto-pub : à noter que l'artwork a été réalisé par mes soins :]

Support total à ce groupe qui le mérite vraiment, je conseille vraiment d'y jeter une oreille... !

pamalach
Membre enregistré
Posté le: 22/02/2012 à 18h53 - (100656)
Ah ben oui !!! Il faut aller les écouter hein !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker