SAINT FRENESS - Soldier Of Madness (Gaulhammer) - 01/10/2013 @ 07h51
FUCK OFF. Là au moins le message est clair, ça saute aux yeux. Le Black-Metal n’est pas là pour faire dans la politesse et SAINT FRENESS t’emmerde dès que tu croises la pochette en bacs ou sur ton écran d’ordinateur. Il faut dire que Soldier Of Madness, le premier album de ce one-man band français, semble arriver à point nommé. En effet, certains Black-metalleux voudraient bousculer le Black-Metal « 2.0 » et revenir aux racines et à la pureté du genre. Exit les ENSLAVED et consorts, et tout le pseudo Post Black-Metal mis en exergue par Pitchfork, The Needle Drop, Profound Lore et Seb On Fire, qui a souillé l’esprit du genre. Le vrai Black-Metal doit être sale, haineux et underground. Il doit être conforme aux origines du BM et doit être violent, radical, misanthrope, malsain, négatif, satanique et j’en passe. Il doit bien sûr être produit à l’arrache, pas technique pour un sou et ne pas comporter de claviers ou tout autre élément d’un autre genre. C’est ce BM traditionnel qui devrait être le seul BM acceptable, si l’on en croit un « Manifeste du Black-Metal pur » lancé par un célèbre chroniqueur BM cet été (je vous laisse le trouver tout seuls sur le net, donner une URL c’est pas true). Bon, pour l’instant ledit manifeste n’a provoqué que quelques commentaires moqueurs sur facebook, mais on peut y voir une ébauche de « révolte ». Visuellement, SAINT FRENESS a tout pour être un projet de Black-Metal « pur » (ceci dit, il paraît déjà que la formation la plus efficace serait un trio, un one-man band ça fait trop « dépressif » sur le papier). Va-t-il pouvoir être signataire du Manifeste ? Est-il digne du BM des origines ?

Deeeeung ! Mauvaise réponse ! SAINT FRENESS est directement recalé à l’examen ! Et pour cause, dès la première minute du premier morceau de Soldier Of Madness nous avons des nappes de clavier à foison, ce qui est d’ores et déjà éliminatoire. Tout ça pour ça ! Et même en faisant exception de l’instrument impie à touches digitales, SAINT FRENESS est bien trop mélodique et pas assez noir et haineux pour pouvoir postuler à la pureté suprême. J’en ai même été le premier surpris car avouons-le, sur le papier nous avions tout pour avoir affaire à un projet bien roots et trve. SAINT FRENESS serait-il alors un nouveau GLACIATION, qui brouille les pistes à un point qu’on arrive plus à comprendre la démarche ? Le livret de l’album présente, à défaut de paroles et de manière plutôt originale, une interview de Saint Freness qui est donc derrière SAINT FRENESS. Le personnage n’a pas de prétentions et veut juste faire sa musique avec sa vision du genre, voulue ambiante et mélodique (boouuh !). La haine, la misanthropie et le dégoût sont bien présents, mais Saint Freness ne voulait pas que ce soient les seules choses qui ressortent de sa musique. L’homme déplore même que dans le Black « l’intensité de l’exutoire compte plus que la qualité musicale » et déclare notamment que « pour moi le Black ne se limite pas à se détruire et à brailler comme un con dans un micro de mauvaise facture… » : pas bien ! Il est pas pur du tout ton Black ! L’auto-recalage est donc de mise et il n’y a même pas débat.

SAINT FRENESS penche donc plus vers un Black atmosphérique qui est pratiqué par les américains et certains allemands notamment, avec de nombreux trémolos mélodiques et des breaks acoustiques mais sans tomber dans le côté « Post » et gardant tout de même une ambiance sombre, décharnée, presque dépressive (pas bien !) sans tomber dans le minimalisme exagéré. Le son est faiblard mais production et mixage ne sont pas lo-fi pour un sou et l’ensemble est très bien arrangé, jamais bancal ou avec des trucs insupportables (comme des trémolos crispants, des claviers en mousse ou un chant grim bien ridicule). Le tout s’étale dans de longues pistes vu que Soldier Of Madness est presque rempli à ras la gueule, 73 minutes pour 11 morceaux. 73 minutes un peu longues surtout que l’originalité n’est pas de mise, mais 73 minutes franchement plaisantes car SAINT FRENESS a su pondre un BM atmosphérique de très bonne facture, avec des claviers très bien amenés, des breaks et mélodies prenantes et des riffs Black efficaces, le tout emballé dans un son très… traditionnel justement. Et le troublaquisme extrême n’est pas au rendez-vous. Blackeux trop puriste, passe ton chemin…

Hé oui, sale freux, SAINT FRENESS va démarrer Soldier Of Madness de manière très épique, avec la doublette "Alrunes"-"Asouras" qui met la gomme au niveau des ambiances au synthé et samples. Nous découvrons aussi la très bonne voix rocailleuse de Saint Freness, proche de celle utilisée par des groupes de Black glaciaux tels que NEHËMAH ou EPHELES. Passée cette magnifique entrée en matière, SAINT FRENESS va ensuite se concentrer sur un Black-Metal plus sombre, oscillant entre des passages pesants et d’autres plus agressifs. "Corpse of Madness" est particulièrement lancinant, et introduit des ambiances très sinistres (agrémentées de nombreux samples de cris) que l’on retrouvera sur "Duergars", et sur le fleuve "Gorgone" qui atteint 12 minutes, ce qui est forcément un peu trop long malgré une fin toute en douceur (pas bien !). "Duergars" joue également sur les deux tableaux vu que SAINT FRENESS n’hésite pas à sortir les riffs incisifs d’obédience BM bien roots, qui atteignent leur paroxysme sur "Dakinis" lorgnant presque vers le TNBM. Après ce déluge de noirceur la seconde partie de Soldier Of Madness va plus essayer de s’extirper vers la lumière, dès "Madan" qui est un morceau plus mélodique proposant un rythme entraînant et efficace, accompagné de claviers parfaits et d’une partie finale à nouveau très épique. On plonge ensuite dans de pures eaux atmosphériques pour "Onosceles" qui balance de superbes solos et démarre en duo raffiné piano/violon (bien que se traînant à nouveau en longueur avec des claviers un peu trop kitsch pour le coup), et "Silence Atrium" qui est un pur morceau de Black Atmo. Soldier Of Madness se clôt par le curieux "Sotres" qui, de par son côté plus cru et son chant en français, semble provenir d’une autre session d’enregistrement ; il nous propose néanmoins un dernier final épique (bien qu’encore longuet), avant une habituelle outro ambiante nommée "Away From You".

Malgré sa pochette F.O.A.D., ce premier album de SAINT FRENESS est donc bien loin d’une trvitude jusqu’au-boutiste et bas du front. Soldier Of Madness est même un album parfaitement contrasté qui propose une large revue de différents aspects du BM (épique et atmosphérique, sombre et désespéré, agressif et incisif), le tout dans une production traditionnelle et avec un esprit pourtant loin d’être moderne (il ne faut tout de même pas pousser !). Cette production se fait hélas au détriment de la qualité de composition et d’arrangement parfois ("Asouras" et le début de "Gorgone" notamment), et l’album n’est pas exempt de longueurs, ce qui est un peu les risques du métier lorsqu’on s’adonne au Black quelque peu Atmo sur un disque de 73 minutes. Mais Soldier Of Madness est bien loin d’être l’album de Trve Black lambda auquel on pouvait s’attendre à cause du visuel, ce n’est certes pas un album de Black d’obédience Atmo extraordinairement original, mais il est bien fait et prenant et surtout, semble être totalement sincère. Dans tous ces conflits true/pas true, on en oublie la sincérité de la chose et si le BM est fait avec passion musicale et sans calcul, on se fiche bien qu’il y ait des claviers à foison, que ça soit trop mélodique, pas assez haineux ou pas assez bla-bla-bla. Inutile de s’enfermer dans tous ces débats stériles, prenons chaque album estampillé BM pour ce qu’il est et dans ce cas, ce premier opus de SAINT FRENESS est un très bon album.


Rédigé par : ZeSnake | 15.5/20 | Nb de lectures : 12848




Auteur
Commentaire
Tetanos
Membre enregistré
Posté le: 02/10/2013 à 17h19 - (109340)
Sympa les ambiances, je suis en train d'écouter les titres sur Youtube et c'est vraiment pas mal.
Je vais approfondir.



Seb On Fire
Membre enregistré
Posté le: 02/10/2013 à 17h41 - (109341)
Y'a de bonnes ambiances effectivement.

Rick Ro$$
IP:31.32.135.31
Invité
Posté le: 02/10/2013 à 18h29 - (109342)
"Il doit bien sûr être produit à l’arrache, pas technique pour un sou et ne pas comporter de claviers ou tout autre élément d’un autre genre."

Encore à côté

gaulhammer
IP:78.243.6.47
Invité
Posté le: 06/10/2013 à 12h32 - (109399)
l'album est dispo chez gaulhammer.weebly.com, n'hésitez pas


Tetanos
Membre enregistré
Posté le: 11/10/2013 à 13h56 - (109473)
Commandé
Reçu
Écouté pas mal de fois

Cet album va malheureusement rester dans l'ombre d'autres grosses sorties et c'est dommage. Il vaut vraiment le coup de se pencher dessus. De très bonnes ambiances, aucune longueur malgré la durée de l'album.

Je finirai comme Le Serpent de la Chro, très bon album.





ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 11/10/2013 à 14h00 - (109474)
Juste une précision, l'album est limité à 100 exemplaires seulement!

Tetanos
Membre enregistré
Posté le: 11/10/2013 à 17h40 - (109481)
Oué j'ai vu ça mais de toute façon ça vaut mieux, pas sur qu'ils en écoulent plus.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker