SAILLE - Eldritch (Code666) - 03/04/2015 @ 07h53
Groupe belge de black à tendance symphonique, Saille nous livre avec Eldritch son déjà troisième album longue durée. Son black sympho, relativement épique, a toujours présenté plus d’intérêt que celui de la majorité des groupes évoluant dans ce registre en raison, notamment, de structures travaillées et de mélodies recherchées. Ce nouvel album ne déroge pas à la règle. Plus proche d’un Emperor ou d’un Carach Angren que d’un Dimmu Borgir donc.

Proche du death metal, notamment dans certains vocaux ("Emerald"), Saille présente cette particularité d’incorporer de véritables instruments classiques dans sa musique. L’alchimie est, disons-le clairement, plutôt réussie. La vitesse d’exécution est de mise, la rythmique déchire tout sur son passage et la batterie tapisse un véritable mur de son en arrière-plan, même si parfois, on a l’impression désagréable d’entendre une b-à-r. Le son est puissant mais un poil clinique ; clairement, il manque de rondeur et de chaleur ("Walpurgis"). Ce que l’on gagne en puissance pure et en clarté est donc perdu en supplément d’âme. Dommage.

Si l’on peut comprendre cette approche – la volonté d’accompagner l’auditeur dans l’écoute de morceaux souvent très techniques –, on peut également regretter l’impression de musique synthétique qui se dégage des titres. Les structures sont très chargées, les informations sont nombreuses, les rythmes changeant (les accélérations brutales sur "Walpurgis"). Le son limpide et puissant offre néanmoins d’appréhender l’ensemble des nuances du groupe, son travail de construction et ses arrangements, notamment ce clavier parcimonieux qui enrichi les titres sans les dénaturer, tout en touches subtiles ("Cold War", "Eater of Worlds").

Ce travail est particulièrement remarquable sur les morceaux mid-tempo ("The Great God Pan" ; "Aklo") où les trouvailles aèrent la musique violente du combo (pont vers les 2’ sur "The Great God Pan" ; passages narrés ; début martial, chœur pagan et petits solis entêtants sur "Aklo"). L’alternance passages calmes / accélérations meurtrières fonctionne parfaitement même si, une fois encore, la batterie sonne ultra triggée, ce qui confère au tout un côté synthétique et artificiel un poil désagréable, surtout lorsqu’elle blaste un max (sauf, étrangement, sur "Cold War", où elle sonne plus naturelle et organique).

Le seul reproche, finalement, tient dans l’absence de variété du tout. Comme indiqué ci-dessus, les morceaux mid-tempo paraissent plus pertinents, plus efficaces en ce qu’ils donnent à entendre et à mesurer l’étendue du talent de Saille ("Red Death"), alors que les titres les plus rapides noient celui-ci dans la masse, noyade amplifiée encore et toujours par ce son clinique trop claquant. C’est d’autant plus regrettable que lorsque le son change de couleur, le blast donne des allures épiques au titre ("Cold War" ; "Eater of Worlds" et son intro « cavalcade » comme sa dynamique générale).

Les albums de black sympho refleurissent depuis quelques temps et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’après une assez longue traversée du désert, le style reverdit ! Saille en est l’un des meilleurs exemples.



http://www.saille.be - 115 visite(s)

Chaîne YouTube - 65 téléchargements


Rédigé par : Raziel | 15/20 | Nb de lectures : 8776




Auteur
Commentaire
GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 03/04/2015 à 09h06 - (116400)
Titre bien sympathique en effet, et le style fait depuis quelques temps son retour après avoir été pas mal ringardisé.

Bon groupe à suivre en tout cas !



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker