SAGA - 20/20 (SPV/Season of Mist) - 05/09/2012 @ 08h01
L’interlude Rob Moratti (2008-2011) ayant tourné court, le groupe de l’Ontario a joué la sécurité en réintégrant Michael Sadler, le seul chanteur finalement capable de se succéder à lui-même. Pourquoi un tel retour ? Qui a fait le premier pas ? qui a estimé que la carrière de l’un n’irait pas sans la présence des autres et lycée de Versailles? à vrai dire, on s’en fout !

Il y a 4 ans, après la sortie de "10 000 Days", nous étions un certain nombre à épiloguer sur la fin d’une époque marquée par le départ larmoyant du frontman historique. Pour quoi, pour qui nous prend-on maintenant que, tel l’enfant prodigue, il rejoint- la gueule enfarinée- les pénates d’un groupe qu’il n’aurait jamais dû quitter ? Pour pas grand-chose dans la mesure où primo, on y est pour rien et secundo ce retournement de veste n’est pas nouveau sur la scène rock/métal. Dont acte !

« L’occasion fait le larron ». La sortie du 20ème album des Canadiens est peut-être le véritable motif du retour de Sadler. Marquer le coup pour un évènement aussi important ajouté à l’expérience « avortée » avec Moratti a pu conduire le groupe à prendre la décision qui s’imposait. La seule, la meilleure ? On connaît la chanson : « Il n’y a que les imbéciles et blablabla ! ». Et il se peut après tout qu’il ait eu raison.

Car ce retour à l’occasion du 20ème opus semble avoir revigorer l’esprit créatif d’une formation qui tournait un peu en rond depuis 3 ou 4 albums. Je dis bien « semble » car au fond, le style Saga (ou l’absence de style diront les perfides) n’a pas vraiment changé. Tout au plus s’est-il recentré sur l’essentiel, à savoir un rock métal pseudo progressif qui fait la part belle au chant de Sadler, aux guitares de Ian Chrichton et aux claviers de Jim Gilmour. De ce point de vue-là, rien à redire, c’est du travail de pro.

Composés des éléments ci-dessus mentionnés, les optimistes verront donc dans "Anywhere You Wanna Do" – "Spin It Again" – "Ball And Chain" – "Lost For Words" – "Show And Tell" – "Till The Well Runs Dry" (entre autres) le réveil tant attendu et un retour aux affaires circonstanciel ou inespéré mais bien réel. En somme, un "Trust" ++ qui pourrait bien remettre du charbon dans la machine.

Au contraire, les pessimistes diront que ce "20/20" ne fait pas exception à la règle qui veut que l’on ne change pas ce qui marche même si l’on peut nettement l’améliorer. Ils penseront sans doute que finalement, Saga se comporte comme un groupe installé, fonctionnarisé. Ce qu’il est après tout avec 35 ans de carrière au compteur, 20 albums sortis et 8 millions vendus.

Ils argueront que depuis "Marathon", "Network" ou "10 000 Days", Saga ne fait que se répéter et n’a plus rien à offrir de consistant. Ils resteront donc sagement dans leur coin en regardant placidement passer un train poussif qui a depuis longtemps perdu de sa vitesse et que l’avènement du TGV n’a pas perturbé le moins du monde. Tout en regrettant évidemment l’époque bénite de "Generation 13" ou de "Still Umbrellas". Enfin peut-être car « la nostalgie n’est plus ce qu’elle était… ».

De toute façon, avec ou sans Sadler, Saga continue de faire du Saga – et plutôt mieux sur ce coup-là - sans bousculer les grands-mères ni renverser les tables et c’est peut-être ici que se situe le secret d’une telle longévité. Ça mérite un coup de chapeau, non ?


Rédigé par : Karadok | 15/20 | Nb de lectures : 11560




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker