SACRARIUM - Miasmind (Khaos Division) - 02/06/2015 @ 07h07
Tandis que cartonnent (sic) des formations de Metal synthétisées en laboratoire comme AMARANTHE, évoluent à côté des formations de Metal du terroir, des groupes bien de chez nous, qui ont choisi l’autoproduction et la discrétion, touchant un public moins large mais plus passionné. SACRARIUM était, à son échelle, une figure du Metal Est-mosellan. Était car malheureusement, le projet de V.R.S. a cessé d’exister en 2013, ce dernier abandonnant le Black-Metal au profit de SAINTSOMBRE, nouveau projet à venir annoncé comme évoluant dans un registre Post/Sludge. Accompagné de A.m.K. qui signe les paroles, SACRARIUM a connu 12 ans de galères, entre démo au mixage décevant du propre aveu de V.R.S., passages et repassages compliqués par l’autoproduction et arnaques de labels italiens (hum hum). Enregistré en 2012 puis mixé/masterisé en 2013, Miasmind le deuxième et ultime album de SACRARIUM aura donc mis presque deux ans à sortir, avec comme dernier accroc des retards de pressage. Un album posthume finalement sorti par le sympathique label Khaos Division (MALEFICENTIA), clôturant la carrière du projet mosellan de Black-Metal qui aurait mérité mieux, qui aurait pu sortir de sa relative confidentialité, après un premier album convaincant (March To An Inviolable Death (2009)), suivi de Miasmind qui montre SACRARIUM sous un jour encore plus intéressant et convaincant. Dommage mais ce second album montrera finalement le meilleur de SACRARIUM, pour une bien belle épitaphe.

March To An Inviolable Death nous proposait un Black classique légèrement orthodoxe, avec quelques riffs mordants et des ambiances prenantes. Miasmind voit SACRARIUM évoluer en travaillant plus les ambiances, mais aussi en passant à un autre niveau de composition, pour finalement accoucher d’un album à la fois plus sombre et brutal. La production faite maison est rugueuse, parfois même bruitiste, mais parfaitement adaptée à ce BM noir, dont le son est presque hérité de Necromorbous et consorts, le Hybreed Studio donnant par-dessus la puissance et le relief nécessaire. Du beau boulot pour du BM « underground » qui ne tombe jamais dans l’exagération raw mais sait rester sale et agressif, lourd et oppressant à certains égards, conférant une noirceur bienvenue à l’ensemble. Entre riffs tranchants, blasts (de BAR, mais jamais trop synthétique) et atmosphères occultes et possédées (à l’aide d’arpèges typiques ou de vrais apparats ambiants), SACRARIUM se situe pour Miasmind entre WATAIN, MARDUK et NIDINGR. L’ensemble est donc très classique, mais la réussite est au rendez-vous, pour un Black-Metal qui ne se prend pas la tête, doté d’un artwork mystérieux et original. Et voilà 54 minutes de BM du Bassin Houiller. Si ça ce n’est pas trve…

"Non Adoration State" démarre donc Miasmind de manière très inquiétante, avec quelques vocaux étonnamment plaintifs, tandis que les compositions oscillent constamment entre des passages orthodoxes pesants et des riffs très incisifs et percutants. Plus de 7 minutes pour commencer, SACRARIUM n’hésite donc pas à travailler ses morceaux et se montre inspiré pour son baroud d’honneur. Un final noisy et "A Collapsed Dream" s’offre un départ parfait, très noir et occulte, avec une basse bien en avant ce qui faisait déjà la particularité de March To An Inviolable Death. SACRARIUM montre ses capacités pour proposer des atmosphères orthodoxes (citons également "The Rotten Tree" aux multiples arpèges sournois, l’interlude "Ill…" bien évidemment, le début de "Let Me Be Your Broken Spine", les breaks de "Koma Dolcontine"), mais ce qui ressort souvent de Miasmind, ce sont les accès plus agressifs qui font souvent mouche et mettent en avant une violence insoupçonnée pour le projet. "A Collapsed Dream" bourre déjà bien avec des blasts sévères et des vocaux hallucinés, mais "Genetic Distortion Models" met ensuite la gomme et s’avère être un morceau véritablement intense, de même que "The Lighted Room". Le final de "The Rotten Tree" est assez dantesque, "Let Me Be Your Broken Spine" et "Koma Dolcontine" balancent également quelques passages sévères. Autant dire que SACRARIUM était remonté et en excellente forme pour ce Miasmind qui avait su être efficace tout en ménageant des ambiances pour faire un excellent condensé de Black-Metal européen.

On termine par un résumé des capacités de SACRARIUM avec "Riding the Dead Horse of Monotony" et on félicitera aussi V.R.S. pour son initiative, ambitieuse, d’inviter une bonne poignée de musiciens pour participer à l’enregistrement de l’album histoire de poser un solo ou une partie vocale. Entre autres, on retrouve donc en guise de guests sur Miasmind Laurent de DEFICIENCY, Djé de WITHINSANE, Xavier Lorans (ex-UNEVEN STRUCTURE), Count D. de SEIDE, Kalum de Ê, Eithenn de ORAKLE… et enfin, c’est Matt Gabnai (ABSURDITY, DUST IN MIND) qui tient la basse sur cet album. Un bel ensemble qui était porteur de promesses et qui auréole Miasmind d’une certaine réussite, un album de Black-Metal sale mais réfléchi, brutal et ambiancé. SACRARIUM s’arrêtera là et aurait pu faire encore mieux, voire pourquoi pas s’imposer plus largement dans la scène BM française, mais on se contentera de cet excellent Miasmind qui se suffit à lui-même, offrant de l’efficacité et de l’agressivité à revendre et de bons moments orthodoxes. Le classicisme de l’ensemble avec des influences bien identifiables fait que Miasmind n’est pas exceptionnel, mais pour tout amateur de BM racé, cru mais pas trop, noir sans être introspectif, qui riffe et qui blaste la majeure partie du temps, ce second et dernier album de SACRARIUM vaut le détour. Qualité française, qualité mosellane, qualité UG, une belle œuvre de BM qui signe la fin d’un projet prometteur mais qui aura su se surpasser juste avant de s’éteindre. RIP.




Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 8560




Auteur
Commentaire
V.R.S.
Membre enregistré
Posté le: 02/06/2015 à 14h37 - (116863)
Merci pour cette chro !

Le Corbeau
IP:82.250.131.136
Invité
Posté le: 02/06/2015 à 22h49 - (116870)
excellent, putain de tuerie

miasm
IP:46.101.51.140
Invité
Posté le: 03/06/2015 à 12h20 - (116876)
Anecdotique mais sympa. 12/20

atrahasis
IP:88.126.181.205
Invité
Posté le: 09/06/2015 à 21h13 - (116937)
on va où pour écouter un extrait?
(casse les couilles facebook!!!)

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 09/06/2015 à 22h57 - (116943)
on reste ici, c'est pour ça que Satan a inventé le player bandcamp exportable ^^

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker