RUINSIDE - 10 Forms of Dominion (Mighty) - 14/04/2015 @ 07h42
Ces dernières années le thrash finlandais est revenu au premier plan grâce à des formations comme LOST SOCIETY ou bien encore AXEGRESSOR qui ont permis de prouver que le pays des mille lacs était capable de faire autre chose que du symphonique à la NIGHTWISH ou du death crade façon CORPSESSED. Pourtant malgré sa scène metal en pleine ébullition il faut bien avouer que RUINSIDE est passé totalement inaperçu par chez nous (malgré la chronique sur le site de leur premier opus sorti fin 2012) et qui n’a pas laissé un souvenir impérissable, car il était bien trop faible pour marquer durablement les esprits et souffrait également de morceaux bien trop étirés inutilement et qui affaiblissait l’ensemble déjà fragile.

Ayant embauché un nouveau bassiste (suite au décès tragique du précédent peu de temps après la sortie de ce premier album) le quintet de Tampere a déjà pris note de ce dernier point en mettant moins de titres et ceux-ci ont été un peu raccourcis pour y gagner en densité. Pourtant malgré un artwork et un livret magnifique et à l’influence des comics visible il y’a fort à parier que cette nouvelle galette fera aussi peu parler d’elle que la précédente, car malheureusement si la musique tient dans l’ensemble la route cette dernière est plombée par une voix et des chœurs totalement ratés. Si le style vocal de Toni Salminen ne laisse pas indifférent (c’est tout à fait le genre qu’on aime ou qu’on déteste) il n’est pourtant pas le premier venu car il était le guitariste des excellents FARMAKON, pourtant ce point-là est le souci numéro un de ce nouveau disque (et ça l’était déjà sur le précédent) et il ferait sans doute mieux de reprendre sa six cordes. Le chant est en effet d’une linéarité sans nom, vite fatiguant, et ne sait parfois pas quand s’arrêter, de plus au niveau du mixage il est mis très en avant ce qui a pour effet de bouffer encore plus l’espace et de rajouter à l’ennui général.

Pourtant dès qu’il se tait on voit qu’au niveau instrumental c'est relativement correct, surtout sur les très thrash et rapides « The Sickness », « Dethroned To Be Thriven » ou encore « Corridors Of Power » qui font bien remuer la tête et sont techniquement en place. Mais hélas la suite va s’effriter lentement mais sûrement en allant du moyen (« In the Arms of Bitterness », « Checkmate ») au franchement raté (le redondant « Dancing To The Demon’s Tune » qui manque de peps, « Chambers Of Resurrection » et « Cycle Of Slavery » où là les absences d’idées sont criantes et sont très vite mous du genou).

Du coup malgré un premier tiers assez agréable, l’intérêt retombe aussi vite qu’il est venu et l’attention de l’auditeur varie ensuite entre ennui général, agacement ou décrochage complet, et surtout on s’aperçoit qu’il n’y a pas réellement de progrès notables par rapport à son prédécesseur et que les bons moments sont justement beaucoup trop rares pour prétendre à mieux qu’à la troisième division.




Rédigé par : GabinEastwood | 12/20 | Nb de lectures : 8219




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker