ROTTING CHRIST - Lucifer Over Athens (Season of Mist) - 30/10/2015 @ 07h22
Alors que Rituals, le nouvel album de ROTTING CHRIST, sortira en février 2016, voilà que pour nous faire patienter Season of Mist nous propose le premier deuxième album Live des grecs après Non Serviam (2009). Enregistré en décembre 2013, Lucifer Over Athens (nom qui doit faire hommage à CURRENT 93 dont le "Lucifer Over London" avait justement été repris sur Khronos (2000)) propose non pas un mais deux concerts, captés les 7 et 8 décembre à Athènes. Et alors que l’excellent Κατά τον δαίμονα εαυτού était sorti plus tôt la même année, ROTTING CHRIST va alors avoir l’occasion de revisiter l’ensemble de sa carrière. De manière plus ou moins « exhaustive », mais avec équilibre, toutes les facettes successives du groupe étant présentées (bon, sauf les tous débuts très crus) de manière finalement cohérente. Sur les 31 morceaux proposés sur les deux disques de Lucifer Over Athens, nous allons donc avoir droit à, dans l’ordre chronologique de la discographie : 2 extraits de Satanas Tedeum (1989), 2 également de Passage To Arcturo (1991), pas moins de 6 pistes de Thy Mighty Contract (1993), une seule de Non Serviam (son morceau-titre ; 1994), 2 de Triarchy Of The Lost Lovers (1996), 2 aussi de A Dead Poem (1997), 1 de Sleep Of The Angels (1999), 0 (ah bah oui) de Khronos (2000), 2 de Genesis (2002), 1 de Sanctus Diavolos (2004), 3 de Theogonia (2006), 3 de Aealo (2010) et 5 de Κατά τον δαίμονα εαυτού (2013), avec également la reprise de "Societas Satanas" de THOU ART LORD.

Je dois déjà avouer que de ROTTING CHRIST, c’est surtout la période « actuelle » -depuis Aealo- qui m’intéresse, aussi je connais finalement assez mal ce qui a précédé, l’occasion m’est donc donnée de réviser et réexplorer la carrière des grecs, que j’ai déjà vu en Live d’ailleurs, sur un set autrement plus restreint que cette double soirée. Le premier disque commence fort avec le magnifique "Χ ξ ς", qui bien qu’étant à la base le morceau de clôture de Κατά τον δαίμονα εαυτού, est une ouverture parfaite, excellemment interprétée. Ensuite, ROTTING CHRIST enchaîne les morceaux aux mélodies léchées, donnant un début de concert particulièrement accrocheur, avec les teintes folk caractéristiques de la formation en sus. Mais pour cette première soirée, les grecs ont choisi de varier les plaisirs. On poursuit donc avec un trio très cool mettant en valeur leurs albums de la fin des 90’s, avec notamment le duo très plaisant issu de A Dead Poem (les mélodies de "Among Two Storms" sont aussi splendides que celles des morceaux des années 2000 interprétés plus tôt). Et avec un "Gloria De Domino Inferni" en guise de transition, ROTTING CHRIST remonte ensuite encore plus son passé avec les morceaux tour à tour lourds et tranchants mais toujours raffinés, issus de la démo Satanas Tedeum et de l’EP Passage To Arcturo. Toujours dans les contrastes, on enchaîne sur 3 extraits de Thy Mighty Contract, qui personnellement n’ont pas ma préférence (malgré la remise au goût du jour pour le Live, je pense que les compos ont mal vieilli) hormis les mélodies de "Fgmenth, Thy Gift", et on termine sur la reprise toujours très efficace et entraînante de THOU ART LORD qui avait déjà bien excité le pit de Nancy à l’époque, et je pense que ce fut pareil dans la capitale grecque.

Je vais en revanche être un peu plus expéditif sur le second disque, globalement plus linéaire hélas, et bien moins intéressant que le premier show de mon point de vue. Peut-être est-ce question de goûts, mais forcément ce qui me convient le plus sont les morceaux issus de Aealo (le départ sur "Δαίμονων βρωσης" et le final sur "Noctis Era") et de Κατά τον δαίμονα εαυτού (exception faite du bonus "Welcome to Hel" joué ici, qui reste un bonus…), et si "Non Serviam" et "Enuma Elish" s’en tirent avec les honneurs, le reste m’a paru assez plat, que ça soit les extraits de Genesis (malgré la bonne ambiance sur "The Call of the Aethyrs"), Triarchy Of The Lost Lovers et encore une fois ceux de Thy Mighty Contract, une nouvelle fois un trio de suite, ou encore "The Sign of Prime Creation". De belles mélodies ont tout de même trouvé grâce à mes oreilles, pour "King of A Stellar War" et "Exiled Archangels" notamment, mais globalement je trouve le niveau un peu inférieur au premier disque, même le son pourtant globalement excellent me paraît en-dessous, et surtout la voix de Sakis, assez fatiguée sur la fin. Ne vous y méprenez pas Lucifer Over Athens est clairement un Live de bonne qualité dans l’ensemble, mais il faut être fan absolu des grecs et aimer toutes leurs périodes pour apprécier les deux concerts proposés sur la durée, c’est indéniable. Comme tout bon Live bien conséquent, cette double captation de ROTTING CHRIST est donc faite pour son propre public, qui y trouvera largement son compte parmi les 31 morceaux proposés, couvrant tout ce que le groupe a pu faire même si les albums sont représentés différemment. Pour les profanes/false comme moi, Lucifer Over Athens peut aussi faire office de best-of et donner envie de se plonger dans certains albums passés, mais personnellement mon avis sur la discographie des grecs n’a pas changé et Aealo et Κατά τον δαίμονα εαυτού garderont à jamais ma préférence. Un Live fan-service avant tout, indispensable pour les initiés et anecdotique pour les autres, et on va donc se donner rendez-vous en février prochain pour les nouvelles odyssées musicales de ROTTING CHRIST.

Setlist :
1 : "Χ ξ ς" (Κατά τον δαίμονα εαυτού)
2 : "Dub-Saĝ-Ta-Ke" (Aealo)
3 : "Athanatoi Este" (Sanctus Diavolos)
4 : "Κατά τον δαίμονα εαυτού" (Κατά τον δαίμονα εαυτού)
5 : "Nemecic" (Theogonia)
6 : "After Dark I Feel" (Sleep Of The Angels)
7 : "Sorrowfull Farewell" (A Dead Poem)
8 : "Among Two Storms" (A Dead Poem)
9 : "Gloria De Domino Inferni" (Passage To Arcturo)
10 : "Feast of the Grand Whore" (Satanas Tedeum)
11 : "The Nereid of Esgalduin" (Satanas Tedeum)
12 : "Forest of N’Gai" (Passage To Arcturo)
13 : "The Sign of Evil Existence" (Thy Mighty Contract)
14 : "Transform All Suffering Into Plagues" (Thy Mighty Contract)
15 : "Fgmenth, Thy Gift" (Thy Mighty Contract)
16 : "Societas Satanas" (THOU ART LORD cover)

17 : "Δαίμονων βρωσης" (Aealo)
18 : "Quintessence" (Genesis)
19 : "The Call of the Aethyrs" (Genesis)
20 : "In Yumen - Xibalba" (Κατά τον δαίμονα εαυτού)
21 : "Grandis Spiritus Diavolos" (Κατά τον δαίμονα εαυτού)
22 : "Welcome to Hel" (Κατά τον δαίμονα εαυτού)
23 : "King of A Stellar War" (Triarchy Of The Lost Lovers)
24 : "Archon" (Triarchy Of The Lost Lovers)
25 : "Exiled Archangels" (Thy Mighty Contract)
26 : "Dive the Deepest Abyss" (Thy Mighty Contract)
27 : "The Fourth Knight of Revelation" (Thy Mighty Contract)
28 : "The Sign of Prime Creation" (Theogonia)
29 : "Non Serviam" (Non Serviam)
30 : "Enuma Elish" (Theogonia)
31 : "Noctis Era" (Aealo)




Rédigé par : ZeSnake | Συναυλία για τους οπαδούς/ | Nb de lectures : 8447




Auteur
Commentaire
Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 30/10/2015 à 18h12 - (118483)
Mouais. Je le trouve assez dispensable au final et je lui préfère largement "Non Serviam: A 20 years apocryphal story", notamment à cause du son beaucoup trop léger avec des guitares beaucoup trop propres sur ce live. Le précédent live avait un son de gratte plus crade et sombre tout en restant précis et ca marchait parfaitement. Et effectivement je trouve que Sakis est un peu à la ramasse sur certains morceaux (ce qui est assez peu représentatif du groupe, soit dit en passant).
Bref, un live pour les fans mais pour découvrir Rotting Christ je recommande plutôt leur précèdent live.



Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 30/10/2015 à 18h15 - (118484)
Pas du tout d'accord pour Welcome to Hell par contre qui est un super morceau qui ne devrait pas être vu comme un simple bonus. C'est d'ailleurs une bonne surprise de le voir joué sur ce live (pareil pour "Call of the Aethyrs" qu'ils ne jouent pas souvent).

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 30/10/2015 à 19h04 - (118485)
Autant je suis fan du groupe depuis Triarchy, autant ça m'intéresse moyen ce live. Le précédent DVD a été écouté deux ou trois fois. C'est le genre de groupe dont j'adore les disques studio, mais les enregistrements live n'apportent pas grand chose de plus au schmiblick.



zozo
Membre enregistré
Posté le: 31/10/2015 à 09h47 - (118488)
Merci d'avoir en tous cas d'avoir détaillé ainsi la setlist, cela permet de se rendre compte que toute la discographie (ou presque) est balayée...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker