RAVENSIRE - The Cycle Never Ends (Cruz Del Sur) - 27/04/2016 @ 07h38
Lorsqu'il s'agit d'évoquer le heavy metal et le Portugal, impossible de ne pas mentionner les excellents Ironsword. La transition est de suite toute faite pour évoquer Ravensire, groupe de heavy portugais mené par Rick Thor (chant/basse) ancien joueur de la quatre cordes chez les Ironsword.

Précisons toutefois que Rick n'est pas le compositeur attitré de Ravensire, la tâche revenant à l'un des (excellents) guitaristes de la formation, Nuno. Le menu de « The Cycle Never Ends » se devine aisément, un heavy traditionnel épique, où les inspirations et influences se nomment Battleroar, Skullview, Ironsword et aussi un peu le heavy britannique. Il y a même un petit côté Running Wild dans les phases vraiment aventureuses ('Eternal Sun – White Pillars Part I').

Le timbre de voix est rugueux mais modulé d'une façon assez mélodique, permettant une bonne compréhension des paroles ('Cromlech Revelations' le montre d'entrée).
Alternant notamment riffs en cavalcade ('Cromlech Revelations', 'Trapped in Dreams') et progressions mid-tempo conquérantes ('Crosshaven', le sombre 'Procession of the Dead' m'évoquant même Bathory à certains moments), les guitares offrent plus largement un panel de leads et arpèges excellents dans le genre (l'intro solennelle de 'Eternal Sun', les couplets de 'Crosshaven'), des notes mémorables qui font presque office de 'refrain' à chantonner, à l'image de 'Trapped in Dreams' possédant au passage tous les attributs du hit heavy en puissance.

Doté d'un feeling tranchant limite thrash, le court 'Solitary Vagrant' laisse aussi difficilement indifférent, d'autant qu'il est parcouru de quantité de soli joliment exécutés. Soli également nettement appréciés en deuxième partie de 'Procession of the Dead' (après un break lancé par la basse, qui aurait mérité de rester instrumental), la paire Nuno/Zé s'exprimant sans discontinuer avec une complémentarité idéale pour le genre. Gros travail aussi remarqué sur le travaillé 'Blood and Gold - White Pillars Part II' qui me paraît être un bon résumé de l'identité Ravensire : richesse et efficacité du riffing, la conviction intacte de la voix, une rythmique imposant à bon escient les changements de mouvement, etc.

Bref, Ravensire a sa formule bien à lui, superbement exploitée et appliquée, dans des proportions idéales (8 titres pour 40 minutes) qui font de « The Cycle Never Ends » un excellent disque pour qui aime le heavy épique (et point trop kitsch) brillamment joué.



Facebook Ravensire - 55 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 16/20 | Nb de lectures : 5737




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker