RAGNAR REDBEAR - Might Is Right (Camion Noir) - 22/07/2015 @ 07h08
Depuis ses origines jusqu'à aujourd'hui, le Metal s'est toujours nourri de philosophies et de concepts borderline, de textes pamphlétaires et d'idées séditieuses. Parmi les auteurs qui ont peut être le plus influencé le metal, on retrouve deux noms qui reviennent de manière récurrente : Alesteir Crowley et Anton Lavey, ce dernier nous intéressant plus particulièrement aujourd'hui. Célèbre auteur de "La bible Satanique", Anton Lavey n'aura pas été qu'une source d'inspiration pour les paroles des chansons, il aura imprégné d'une certaine philosophie tout un courant du metal qui en porte aujourd'hui encore les rouges stigmates... et ce, même s'ils ne le savent pas toujours.
Dans la préface de "Might is right" (écrit par Lavey lui même) il emploie toute sa verve pour dire tout le bien qu'il pense du bouquin. Élogieux mais ne tenant pas non plus à passer pour un vilain copieur, Il prend également le soin de rappeler que si de nombreuses idées développées dans le pamphlet le sont aussi dans sa bible satanique, il ne s'en est pas directement inspiré (cela me semble tout à fait plausible au vu des concepts assez "généralistes" développés dans l'un et dans l'autre). Il souligne aussi que bien que le livre ait été écrit sous le pseudonyme de Ragnar Redbear... il est sûr qu'il est de la main de Jack London, affirmant posséder des preuves écrites confirmant cette hypothèse. Et bien que d'autres sources (d'ailleurs visiblement plus nombreuses) voient en la personne d'Arthur Desmond l'auteur probable de "Might is right", le nom de Jack London n'est pas si incongru que cela.
Si il ne reste aujourd'hui dans l'inconscient collectif de l’œuvre de London que "Croc Blanc", il ne faut pas oublier que l'américain était quand même un drôle d'oiseau sévèrement pinté au whiskey, ne rechignant pas au passage aux formules bien subversives. Farouche opposant du capitalisme, c'est sa jeunesse défavorisée qui avait fait germer en lui de profonds sentiments de rébellion colorés de révolutions sanglantes, d'idées parfois racistes, et d'autres idées assez peu humanistes (oui, il est bien loin "Croc Blanc").
En comparant du coup certaines de ses déclarations les plus provocantes au contenu de "Might is right" on trouve de nombreux ponts et de nombreuses concordances, alors pourquoi pas ?
Mais si Lavey est convaincu de l'implication de London, d'autres personnes pensent que l'auteur n'est autre qu'Arthur Desmond, homme politique anarchiste d'origine britannique, poète, auteur et révolutionnaire aux idées brutes.
Évidement moins notoire que London, Desmond a toujours entretenu des zones d'ombres dans certains détails de sa vie, que cela soit au niveau de ses origines sociales où par l'emploi de plusieurs pseudonymes pour publier ses textes. Agitateur aux idées rebelles, il ne semble pas avoir eu dans sa vie politique une radicalisation aussi poussée que dans les idées exprimées dans "Might is Right", ce qui poussera certains observateurs à qualifier le livre de "Satire Sociale" (théorie là aussi farouchement rejetée par de nombreux observateurs).
Personnellement, j'ai un peu du mal à concevoir ce livre comme une "satire" des dérives de la société. C'est en effet par moment tellement furibond et logorrhéique que l'impression dégagée fait vraiment penser à une libération catharsis complètement sauvage et débridée plus qu'à une métaphore quelconque. Car oui, "Might is right" ne fait pas de quartier et ne s'embarrasse pas de fioritures. Le titre étant plus parlant que de nombreux discours, Ragnar Redbear affirme de la manière la plus brutale qui soit : "La raison du plus fort est toujours la meilleure. Si les faibles ne méritent que d'être des esclaves couverts de haillons, les forts méritent fortune, femme et pouvoir.". Ça à le mérite d'être clair. Farouche opposant à la Chrétienté, l'auteur, complètement imprégné de Darwinisme social, affirme que c'est la religion du Nazaréen qui transformé les hommes en chiques molles, des hordes de non pensants tout juste bons à récolter ce qu'ils méritent : l'esclavage physique et mental. Avec des idées très arrêtées sur la place des femmes et la nécessité d'entretenir les nobles lignées, il loue les actions guerrières des intrépides et audacieux conquérants qui de par la brutalité de leur actions acquièrent une légitimité absolue car assise sur la domination. La filiation avec les idées de certains groupes de Black metal apparaissent du coup assez rapidement, et si le livre n'est exempt de contradictions, il possède aussi cette radicalité du propos propre à certains musiciens de cette scène. Bien qu'il ne soit pas très long, le livre à un certain coté roboratif, plusieurs idées revenant de façon récurrente sans forcément que l'auteur ne les aborde sous un angle différent. Parfois très percutant dans ses phrases, l'auteur n'expose pas ici la moindre antithèse à ses idées, les piètres lueurs qu'il exprime étant rapidement balayées par un torrent de tournures belliqueuses et vindicatives.

Avec cette petite chronique, j'aborde de façon rapide le thème général de "Might is right". Si mon propos n'est évidement pas exhaustif, je pense qu'il sera suffisant pour voir si le livre éveille de la curiosité en vous. Assez clair dans son propos, le livre n'est pas exigeant dans sa lecture, c'est plutôt dans le fond qu'il est assez dérangeant et par moments éprouvant. Libre ensuite à chacun de trouver de la pertinence dans les idées évoquées, l'intérêt se trouvant selon moi dans le coté radical du texte et dans ce qu'il pu inspirer chez certains musiciens. A déconseiller aux humanistes.

Titre : Might is right
Par : Ragnar Redbear
Nombre de pages : 334 pages
Prix : 28 Euros



Rédigé par : Pamalach | Only the strong survive/ | Nb de lectures : 8221




Auteur
Commentaire
Jus de cadavre
Membre enregistré
Posté le: 22/07/2015 à 17h23 - (117283)
Ça fait longtemps que je me dis qu'il faut que je le lise celui-ci...

Pas du tout spécialiste de London, ça me paraitrait tout de même étonnant qu'il soit l'auteur de ce livre. Il a souvent en effet essayer de convaincre ses proches des bienfaits du socialisme, ce qui me parait très contradictoire d'avec les idées développées ici...
Bref j'en sais pas plus que d'autres mais cette chro me donne encore plus envie de le lire !

excelwhite
Membre enregistré
Posté le: 22/07/2015 à 17h54 - (117284)
Je suis tombé récemment sur de vieilles entrevues de Boyd Rice et Nikolas Schreck qui viennent
évidemment joindre le discours tenu dans might is right, bref pas totalement en accord avec leur manière de penser, mais je trouve ça fascinant, bonne chronique ,thanks

CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 24/07/2015 à 19h46 - (117310)
"Avec des idées très arrêtées sur la place des femmes et la nécessité d'entretenir les nobles lignées, il loue les actions guerrières des intrépides et audacieux conquérants qui de par la brutalité de leur actions acquièrent une légitimité absolue car assise sur la domination."

Un ptit tour en Syrie pour les fans de ce genre de crétin ? Seront au paradis (oups)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker