PYRRHON - An excellent Servant but a Terrible Master (SelfMadeGod) - 14/02/2012 @ 07h59
Les labels ont deux façons d’aborder l’approche promotionnelle pour présenter leur nouveau poulain :
1- Le rapprocher de groupes connus, afin d’attirer les auditeurs, en fonction des influences musicales et des ressemblances stylistiques
2- Faire pareil, mais en omettant la troisième partie de la phrase ci-dessus.

SelfMadeGod a opté pour la seconde option. Ce qui nous donne, pour ces sympathiques New-Yorkais : "A must have for fans of Gorguts, Ulcerate, Meshuggah, Misery Index, but also DeathSpell Omega or Krallice"

Autant être honnête : oubliez d’emblée les références évoquant Meshuggah, Misery Index, DeathSpell Omega et Krallice. Car, non dénuée d’intérêt, la musique pratiquée par les 4 jeunes Américains ne ressemble aucunement aux groupes cités.

Alors, quoi ?
Eh bien PYRRHON œuvre dans un style déstructuré et syncopé, construit sur une base Death Metal, garni d’influences modernes, PostCore et techniques, et recouvert d’une bonne couche de polyrythmies et de dissonances. Où les structures des morceaux oscillent entre classique et expérimentation.
Un truc pas vraiment digeste de prime abord, mais qui laisse dévoiler ses charmes au fil des écoutes.

Pour peu que l’on soit sensible ou réceptif aux décibels émis par des groupes tels que ULCERATE, GORGUTS, les premiers MORBID ANGEL, voire même NEUROSIS, cet album aux allures de pamphlet philosophique moralisateur devrait vous séduire. Moralisateur, mais dans le bon sens.

En plus d’emprunter son patronyme à un philosophe grec, PYRRHON applique textuellement une partie de la doctrine du Maître à penser, explorant partiellement le Scepticisme philosophique. Du titre de l’album à certains textes, le groupe pousse cette réflexion de ne jamais pouvoir déterminer la vérité avec certitude, en l’agrémentant et en la confrontant aux exemples de notre société et de notre comportement d’être humain « moderne ». Cette extrapolation a également ses limites ; et notre PYRRHON musical, au lieu d’enrichir sans cesse sa recherche de vérité absolue, aurait plutôt tendance à créer un lien avec l’expression d’un courroux ou d’un agacement palpable. Mettant, certes, en exergue les faiblesses et failles de l’Homme, mais oubliant de se concentrer sur sa propre évolution personnelle, et reflétant par la même occasion son absence de respect de la doctrine en affichant avec certitude ses vérités au lieu de les tester...

Cette exploration du scepticisme se retrouve également dans l’orientation musicale du groupe, puisque son style ne se contente jamais d’appliquer les ficelles du genre, mais va de l’avant, essayant sans cesse de ne jamais interrompre sa recherche stylistique, sans jamais parvenir à une stabilité absolue. Du scepticisme musical dans sa plus pure essence, évolutif et animé, bien que mal canalisée par moments.
Scepticisme également présent, pour ma part, sur le sentiment final de cet album... Qui bien qu’attractif, reste peu digeste, et pas toujours mémorable.

La principale qualité de "An excellent Servant but a Terrible Master" sera sans aucun doute perçue comme le principal défaut chez d’autres : le côté expérimental, syncopé et ultra technique, pouvant s’avérer excitant ou relativement pesant sur la longueur. A relativiser néanmoins, car les Américains ont eu la bonne idée de suivre l’enseignement de Gorguts, évitant l’asphyxie de plans trop techniques, et véhiculant fréquemment la bonne vielle efficacité typiquement Death Metal. Il n’en reste pas moins que "An excellent Servant but a Terrible Master" demeure un album difficile d’accès, difficile à digérer, et encore trop approximatif dans son approche (bien que doté d’une maîtrise instrumentale incontestable).

Dans un tout autre style, je rapprocherai parfois PYRRHON de groupes comme STEP IN FLUID, DIABLO SWING ORCHESTRA ou THE BIG ROYAL KUNAMAKA ORCHESTRA, dont les fans pourraient peut-être se retrouver dans cet album.
Bien entendu, la base musicale est totalement différente, bien plus extrême, mais on retrouve la même approche empirique, dont le but n’est pas tant d’expérimenter, mais plutôt de repousser gentiment les limites du style. Au-delà des poncifs du genre, cela se traduit par quelques incursions de bizarreries bien trouvées, telles qu’un refrain punk, des passages apaisés jazzy, quelques notes jouées par des cordes psychédéliques, un bon tas de soli endiablés, des incursions d’arpèges acoustiques. Le tout saupoudré de variations vocales impressionnantes, et agrémentés de quelques effets vocaux allant jusqu’à évoquer ATHEIST.

Parfois trop diversifié, parfois trop intello, "An excellent Servant but a Terrible Master" est néanmoins une découverte intéressante, démontrant (si besoin en était) que le Metal est décidément un genre qui aime essayer, innover, chercher, et tracer sa voie.

http://www.facebook.com/pyrrhonband - 270 visite(s)

2 Titres en écoute - 113 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | 13/20 | Nb de lectures : 11781




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker