PSYCHOCALYPSE - Crying Moon (Buil2Kill/Season of Mist) - 02/04/2014 @ 08h10
Psychocalypse est un tout jeune groupe français qui sort là son premier album, Crying moon. Dans un créneau relativement saturé et squatté par quelques poids lourds historiques – le death metal mélodique à la Dark Tranquillity – le moins que l’on puisse dire est qu’il s’en sort plutôt honnêtement. Surtout lorsque l’on apporte une précision supplémentaire : il s’agit d’un one-man-band.

11 titres pour 46 minutes de musique articulée autour de morceaux relativement nerveux, mélodiques comme il se doit et dotés d’un son très correct qui offre d’entendre tous les instruments distinctement.

Si l’intro est un tantinet convenue, l’ouverture du second titre ("Stray souls") donne le ton de l’album. La voix – qui ressemble beaucoup à celle de M. Stanne – comme les guitares, qui tricotent de jolies mélodies, laissent planer l’ombre du grand Dark Tranquillity (celui de The Gallery, hein…) ; la structure est technique mais pas trop, l’ensemble est nerveux mais pas trop rapide, juste ce qu’il faut pour que l’on puisse apprécier le déroulement du morceau. Les cassures sont nombreuses et confèrent parfois aux titres un aspect progressif pas désagréable.

Ces remarques peuvent être transposées aux titres suivants. "In the lost kingdom" débute sur des accords mélodiques mid-tempo intéressants, que la voix couvre à peine et auquel elle confère un aspect plus sombre et plus mystique. Le morceau est dynamique, grâce à un son approprié, clair et puissant à la fois. L’influence Dark Tranquillity est toujours très présente, notamment dans cette faculté à combiner des éléments death et mélodiques au sein d’une structure progressive. Le schéma est le même pour "Apocalodia", le quatrième titre. La cavalcade des guitares et l’agressivité de la voix tranchent avec le calme du piano, qui confère au morceau toute sa richesse. Les premiers In Flames pourraient encore être convoqués… Le titre éponyme, quant à lui, exploite des ressources identiques, simplement renforcé par quelques chœurs en début de morceau. L’emphase y est de mise, comme dans la plupart des titres.

Globalement, les titres sont riches, bien construits, solidement exécutés. Pour un premier album, pour un one-man-band, la prouesse est à souligner. On peut toujours regretter que les influences soient si visibles mais elles ne masquent jamais le potentiel du groupe, ce qui demeure à mes yeux l’essentiel. On peut également penser que certains morceaux sont plus convenus ou moins pertinents surtout ("Surviving for a despair Growl", "Staring as a wolf", l’instrumental "Tristesse de la Nature") que d’autres et auraient donc pu être économisés. Mais au final, on soulignera tout de même le beau premier effort de ce tout jeune groupe qui pourra contenter sans difficulté les aficionados du style.




Rédigé par : Raziel | 14/20 | Nb de lectures : 11450




Auteur
Commentaire
Zomben
Membre enregistré
Posté le: 02/04/2014 à 08h45 - (111607)
A la première écouter je suis d'accord pour l'influence principale (DT) mais pas seulement période The Gallery... certains plans me font pas mal penser à des sorties plus récentes (pas non plus les toutes dernières mais genre Character...)



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker