PRYAPISME - Futurologie (Apathia) - 13/04/2015 @ 07h43
Quel plaisir de retrouver à nouveau ce cher Tabou et nos petits camarades toufous de PRYAPISME ! Un petit E.p de "Folie/folie" musicale ça ne se refuse pas non ? ... surtout après la réussite du dernier album en date "Hyper Blast super Collider" que j'avais beaucoup apprécié !
C'est donc toujours orné de sa subtile croix renversée sur le front qu'on retrouve l'émule féline de Glen Benton prêt à craquer son slip pour nous offrir une nouvelle page de musique décalée et foutraque. Et quelle page mes amis! 1 seul et unique morceau de 23 minutes découpé en onze "petites" plages (avant que le groupe ne nous régale d'un bonus version "classique" de l'album) répondant au doux nom de "Petit traité de futurologie sur l'Homo Cretinus Trampolinis (et son annexe sur les nageoires caudales)". Apparemment, on peut dire aussi "Futurologie", c'est un raccourci qui est tout à fait validé et accepté par le groupe lui même. Tant mieux, ça m'aurait bien cassé les glaouis de devoir faire plusieurs copié/collé fastidieux pour cette chronique. Mais parlons plutôt de musique, parce qu'en plus il y a vraiment matière...

Avant toute chose, je vous conseille (si ce n'est déjà fait) d'aller lire la récente interviewdu groupe sur VS afin de bien comprendre le délire dans lequel PRYAPISME s'est, une fois encore, royalement embarqué. Car il faut que je vous le dise tout de suite, lors des premières écoutes, je me suis dis "Ça y est, ce coup ci ils en ont trop fait, c'est VRAIMENT du grand n'importe quoi !".
Plusieurs dizaines d'écoutes plus tard, mon avis est tout simplement et exactement opposé à cette première impression, l’agencement et la progression de "Futurologie" m'apparaissant aujourd'hui d'une logique absolument limpide. Digeste, varié et complètement frappadingue, ce futurologie est un gang bang instrumental où on passe sans transition de la musique asiatique aux blast beats fracassants et de boucles électro à de charmantes mélodies de Drum Steel.
Parler de la musique de PRYAPISME en général, et de ce "Futurologie" en particulier, n'est définitivement pas une chose aisée tant la musique est riche, complexe et différente selon l'angle par lequel on y pénètre. Il est en effet assez hallucinant de constater combien la notion de détail et d'accentuation est ici importante, chacune des tournures musicales semblant unique et singulière.
C'est bien simple, on a l'impression que toutes les dix mesures il y a ce petit "truc" qui change par rapport aux mesures précédentes. C'est peut être cet aspect qui rend l'écoute complexe au départ, car il faut être "dedans" et éviter à tout prix d'être parasité par des éléments extérieurs (en effet, quelques secondes d'inattention et tu loupe tout le passage "DAFT PUNK" de la plage numéro 4... ce qui est putain de dommage).
Les images et les artistes qui viennent à l'esprit quand on écoute ce futurologie sont si divers et nombreux que si on devait réunir sur une scène tous les musiciens concernés, cela donnerait certainement la plus improbable et irrésistible conjugaison de talents contradictoire qu'on ai jamais vu ! Vous l'aurez compris, l'apéritif est costaud et quand la saucisse dans l'huile vient se mélanger au doux fumet des bananes farcies à l'ail de Beaumont de Lomagne, les réjouissances prennent vite l’allure d'une foire au grand n'importe quoi.

Niveau "surprise" on note une régression du metal par rapport aux autres déviances stylistiques donnant ainsi à "Futurologie" un coté encore plus spatial et expérimental que d'habitude. Cependant, l'agressivité et la violence des riffs saturés est telle qu'on à pas non plus l'impression que le groupe à laissé tombé les bastonnades extrêmes pour passer au metal cheap et acidulé. Un petit mot enfin sur la partie "classique" délivrée en bonus, représentant certainement un énorme travail d'arrangement mais permettant de voir combien la musique de PRYAPISME peut être intéressante, étrange harmoniquement et si perméable à de nombreux styles de musique pourtant si antagonistes à la base.
En clair, percer les secrets de ce "Futurologie" est passionnant (une fois encore) et si le groupe semble avoir trouvé une certaine vitesse de croisière, on ne peut que saluer sa créativité opiniâtre où ils dessinent leurs hallucinations les plus délirantes sans jamais céder au sirènes du convenu.




Rédigé par : Pamalach | 07/10 | Nb de lectures : 8959




Auteur
Commentaire
EternalWood
IP:82.237.110.228
Invité
Posté le: 13/04/2015 à 12h10 - (116509)
Hélas, Tabou, star de la pochette du premier album, est décédé depuis longtemps.

moi
IP:31.32.109.234
Invité
Posté le: 17/04/2015 à 22h43 - (116531)
c'est de la turie des la 1ere ecoute !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker