POWER THEORY - An Axe to Grind (Pure Steel) - 27/08/2012 @ 08h55
Power Theory... voilà bien un patronyme qui permet au lecteur de tout de suite savoir ce que le groupe propose. Car oui, pas de surprise, le style pratiqué par ce quartet récemment formé du côté de la Pennsylvanie est bien le power metal (ou heavy US, c'est selon). Et un power metal fort puissant, pour pas dire couillu, bien aidé il faut le dire par une production moderne et assez gonflée (sans que la batterie soit toute trigée non plus). Sans dire que l'on a droit uniquement à du heavy 'brutal', je reprocherais à ce «An Axe to Grind» un certain manque de finesse et de mélodies à la longue, même si je me répète, ce n'est pas le groupe le plus bourrin dans le genre (pas de blast ou de chant extrême par exemple).

Assurément viril cependant, en témoigne le refrain de «Pure Steel», qui déboule un peu comme un appel guerrier, porté il faut le dire, par une voix hargneuse et un peu éraillée, évoquant un croisement entre Chris Boltendahl (Grave Digger), Biff Byford (Saxon) et David Wayne (ex-Metal Church, R.I.P). Pour essayer de dire les choses simplement, il ne faut pas s'attendre à une voix grave ou profonde, tout comme ce n'est pas un chant à proprement parler clair, plutôt à mi-chemin entre les deux (ça doit être beaucoup plus clair maintenant !). Si cet album est globalement homogène, on peut percevoir diverses influences, notamment celle d'un Iced Earth des premiers albums, comme le montre le break 'angoissant' à 3:15 du titre «Deceiver». Celle de Megadeth pointe aussi le bout de son nez, sur le titre «A Fist in the Face of God», le moment speed et sans détour de l'opus, dont le jeu -agressif- de batterie rappelle la bande à Mustaine époque 'Rust in Peace', tout comme son solo bourré de feeling. Dans une ambiance plus chaleureuse, le morceau éponyme épouse une forme plus groovy, bien aidé par une basse reluisante. Ce titre se démarque un peu des autres par son approche moins martiale et brute, et surtout par son aspect plus 'dansant' et positif. En parlant de danser, l'entrain du batteur sur «On the Inside» bien soutenu par des guitares/basse en cavalcade (qui inévitablement rappellent Maiden) ne devrait pas laisser insensible, tout comme la perception des riffs de «The Seer» qui donnent l'impression de rebondir et se donner écho.

Impossible de passer à côté également de «The Hammer Strikes» conclusion de toute beauté de cet opus; il s'agit d'un pur moment de bravoure musicale, où tout y passe: intro mélodique et annonciatrice, refrain rehaussé de chœurs vaillants, soli qui illuminent un peu plus le jeu des guitares et bien sûr durant toute sa longueur, des riffs plus conquérants que jamais. En définitive, il ne manque vraiment pas grand-chose à «An Axe to Grind» pour être un excellent album; avec un chant un poil moins linéaire et des compos elles aussi un peu plus variées, Power Theory a pour le reste de quoi faire de très belles choses à l'avenir. Pour le moment on se contentera d'un bon album assurément solide, et recommandé aux fans de heavy/power qui fait pas trop dans la délicatesse.



http://powertheory.net/ - 215 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 14/20 | Nb de lectures : 11141




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker