POUMON - Apocalypse Needs You (Autoproduction) - 18/08/2014 @ 08h51
Non. Non je ne dirais rien sur leur patronyme, c’est trop facile, et puis je trouve que ça sonne bien. Après tout, les poumons sont vitaux, essentiels, permettent d’échanger l’oxygène ainsi que le dioxyde de carbone pour que notre petit corps se porte bien. Avec ces POUMON-ci c’est presque pareil, sauf qu’eux ont de la noise multi facettes qui est bonne pour nos petits corps, et surtout nos oreilles. Composé de membres issus d’AABSINTHE, JOKARY et HIGH FOR A DIVE, POUMON débarque donc avec son premier album « Apocalypse Needs You » et démontre que niveau inspiration ils ne sont pas les derniers du peloton.

Quatre cordes vocales qui saignent. Dix-sept cordes en acier qui raclent. Quatorze hauts-parleurs qui vomissent. Quatre peaux qui claquent. Quatre rondelles de metal qui vibrent. 2 x deux frères.

Des amours cannibales. Des poissons géants revanchards. Des asticots gourmands. Des zombies qui fusionnent avec des tiques. Du sexe. De la violence. Et beaucoup de sauce barbecue.


Voici le résumé de ce qu’il se passe sur cette galette. POUMON c’est de la noise lourde, mélodique, crasseuse, mais avec un univers prenant. Primo, l’emballage sonore est carrément dans le ton et ça ça joue quand même pas mal sur l’atmosphère dégagée tout du long des 40 minutes d’« Apocalypse Needs You ». Après, il y a le contenu. POUMON ne se fout pas de la gueule du monde et va chercher ses idées aussi bien dans le sludge que dans le chaotique-hardcore, toujours en respectant sa ligne directrice qu’est la noise. On se retrouve avec 9 titres aux tempos relativement lents et lourds, soutenues par une basse pimpée à la margarine, accompagnée d’une guitare tout aussi bombée et un chant rugueux comme un ours. Tout ça réuni, ça envoie quand même du lourd.

Et du lourd on va en avoir, mais pas que. Combinant adroitement l’esprit des séries z avec une musique aux sonorités un brin perchées, POUMON réussit à pondre des titres bien distincts les uns des autres tout en exploitant cette atmosphère spéciale très présente tout au long de l’album. Les sentiments d’alerte, de panique, parfois un peu cheap (mais c’est voulu), ajoutent à l’ambiance globale de l’album et font que certains titres tirent leur épingle du jeu grâce à cela. « Preacher » et son aspect urgent en est un exemple concret, tandis que « I Set Fire In Your House » démontre toute l’étendue mélodique que le groupe est capable d’envoyer. Morceaux directs ou plus en volupté, POUMON sait faire et le couche sur 40 excellentes minutes de musique sincère et variée.

POUMON joue dans cette cour des groupes simples qui, avec passion et inspiration, délivrent des albums de caractère non formaté et prometteur. On espère que nos Stéphanois/Valentinois sauront garder ce cap et nous sortiront une seconde rondelle tout aussi intéressante.




Rédigé par : Velvet Kevorkian | 15/20 | Nb de lectures : 10622




Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 18/08/2014 à 23h12 - (113252)
Le nom de ce groupe m'a inspiré une définition:

Poumon : organe esthétiquement vital, parfois appelé "beau poumon", comme dans l'expression "elle a de beaux poumons, celle-là", dont se servent certaines femmes pour attirer les crevards asthmatiques.


Bon, ben, voilà, fallait que je sorte ma connerie...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker