POSTURES - Postures (World In Sound) - 09/01/2014 @ 07h59
On a raison de pester à tout va contre ces ‘gros’ labels qui mettent parfois un peu trop le nez dans le processus créatif de leurs poulains. Sauf qu’hélas, parfois, cela se justifie… Par rapport au cas qui nous intéresse aujourd’hui, difficile par exemple de ne pas penser (aussi) à BLUE PILLS, le nouveau poulain ‘hard-rock rétro à chanteuse’ de NUCLEAR BLAST. Aussi opportuniste que soit leur décision d’avoir poussé le groupe à ‘durcir’ leur son pour leur premier EP (‘Devil Man’), le fait est que le résultat en vaut la chandelle car cet interventionnisme permet à ce jeune groupe de débarquer avec une personnalité déjà bien affirmée.

Or le schtroumpf avec ce POSTURES qui possède pas mal de points communs avec eux – notamment une plantureuse chanteuse suédoise avec le genre voix qui porte rappelant irrémédiablement Grace Slick de JEFFERSON AIRPLANE mais aussi Janis Joplin, l’option ‘sauvage’ en moins – c’est justement qu’en bon groupe underground, ils ont dû réaliser ce premier album tout seul comme des grands. En roue libre, sans méchant producteur ni directeur artistique pour les fliquer, ils ont laissé parler tout leur amour de la musique des années 70 sans se mettre de barrière. Moralité, tout y passe : folk, prog, rock psychédélique et même hard-rock des bois. Un joyeux foutoir dont les deux pieds restent fermement ancrés dans le sol grâce à une instrumentation vintage (dont un bon vieux orgue Hammond du meilleur effet) et organique évitant les débordements. Mais un foutoir quand même…

Je ne suis pas sûr que je vais faire plaisir aux lecteurs de VS en le disant mais le fait est que c’est vraiment en mode ‘progressif/psyché’ que finalement POSTURES s’en sort le mieux, comme le prouve l’un des deux pavés du disque « Solipse » (huit minutes trente et pas mal de vapeurs opiacées) dont la seconde partie entièrement instrumentale permet à ces petits jeunots originaires de Göteborg de se laisser aller en terme d’improvisation. Même si la fin un peu abrupte et queue de poisson rappelle qu’ils sont encore un peu trop verts et ne maîtrisent pas encore parfaitement toutes les ficelles, on sent bien que c’est dans ces moments de pure liberté qu’ils s’éclatent le plus. Ou bien lorsque la dénommée Paulina Nyström emmène tout ce petit beau monde flotter quelque part là-haut par dessus les nuages lors de ballades spectrales (« Falling into Place »).

Sauf que tout n’est pas aussi réussi, certains titres ressemblant plus à des tentatives d’approches passe-partout qui auraient mieux fait de ne pas sortir de leur salle de répétition. Et tout cela manque de folie, de ce petit grain créatif qui fait toute la différence. D'ailleurs, en citant aussi bien volontairement THE GATHERING (mouais), THE DOORS (euh…), JEFFERSON AIRPLANE (oui !) que THE MARS VOLTA (ah ?) ou PORTISHEAD (?!) pour les vendre, leur label accentue malgré lui cette impression de vouloir trop en faire. Marrant d’ailleurs de voir POSTURES jouer à fond (à raison) son côté ‘groupe à chanteuse’ tout en décidant de finir ce premier disque… avec un long morceau instrumental de treize minutes. Avec un label de la trempe d’INSIDE OUT par exemple et un peu de conseils avisés, tout cela pourrait donner quelque chose mais pour l’instant, POSTURES est encore bloqué au stade brevet là où il avait tout en poche pour passer le bac.

http://posturesmusic.com/ - 148 visite(s)

facebook - 72 téléchargements


Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 12/20 | Nb de lectures : 11183




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker