PORD - Wild (Solar Flare) - 26/11/2014 @ 07h39
PORD sont trois, joue du rock et effectivement leur album qui s’appelle « Wild » s’avère fort sauvage. Une sauvagerie humaine plutôt qu’animale, une sauvagerie travaillée, composée, réfléchie, construite. Une sauvagerie au millimètre. Une basse qui gronde, énorme, vraiment énorme, qui donne le rythme, impose sa loi où du moins fait jeu égal avec la guitare pour créer un son frontal et épais. Visqueux. Comme le « Visqueen » de Unsane mais en version plus rock, moins core mais tout aussi noisy. Noise et rock, voila les deux directions empruntées par le groupe. Deux directions qui se rejoignent ne plus faire qu’une seule : dans la face.

Comme ça de prime abord on pense a une version rock de Unsane, je l'ai dit mais aussi des d’autres groupes tout aussi recommandables tels que Keelhaul ou Pigs autre groupe de Chris Spencer de qui vous savez. Comme quoi, les chiens ne font pas des chats. La musique de PORD est dense, compacte, elle nous arrive d’un bloc. Une brique noiserock lancée à toute berzingue par une basse qui trace sa route, montre la voie à une guitare qui taille dans le gras et une batterie qui multiplie les rythmiques syncopées, enchaîne les patterns et varient les tempos avec autant de facilité. Par-dessus tout ça on trouve une voix qui rappelle…Chris Spencer mais en moins enragée, moins sordide aussi. Ici, on a un chanteur qui sait se tenir et qui fait un minimum attention à ses cordes vocales.

Si la majeure partie des titres sont frontaux et directs, chez PORD on sait aussi varier les plaisirs et prendre son temps pour flirter avec des sonorités et des compositions postcore, les guitares se font plus tranquilles, plus apaisées et construisent des morceaux plus complexes, plus nuancés à l’image de « Pool’n chicks » et son break suivi d’explosions de grattes bien lourdes, sorte de moshpart noisy où le titre final « On the Couch » qui déroule peinard ses onze minutes pour un titre qui mixe fureur, rage contenue et plans beaucoup plus tranquilles qui s’égrènent en une longue montée typiquement postcore dont la voix est pratiquement absente. Un beau final donc pour un album qui l’est tout autant et qui plus est, je n’en ai pas encore parlé c’est donc le bon moment de le faire, porté par une production et un son vraiment maousse qui rend honneur à la composition. Des titres en apparences simples et directs mais qui cachent une complexité et une richesse beaucoup plus profonde qu’il n’y parait. « Wild » est un disque qui gagne a être écouté, qui se révèle peu à peu au fil des écoutes et qui varie agréablement ses atmosphères entre noise rock furieux, rock plus ou moins sludgy et constructions postcore. Un disque toutefois pas exempt de défauts, des influences trop prégnantes notamment mais qui atteint son but malgré ça. Chopper sa prie à la gorge et l’avaler tout rond pour le digérer peinard pendant l’hiver. Goûteux et copieux mais avec un petit manque de saveur tout de même.



Ecouter. Acheter. - 81 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 14.5/20 | Nb de lectures : 9915




Auteur
Commentaire
jean-francois
Membre enregistré
Posté le: 30/11/2014 à 10h43 - (114995)
j'adore cet album, plus direct que le précédent, à noter pour les amateurs de vinyls un artwork cohérent et du plus bel effet.



non
IP:90.85.103.232
Invité
Posté le: 04/12/2014 à 10h17 - (115044)
Pigs c'est l'autre groupe de Dave Curran de qui vous savez (avec Chris Spencer)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker