PLEBEIAN GRANDSTAND - False Highs, True Lows (Throatruiner) - 09/05/2016 @ 07h07
Depuis le début, on est, je suis, derrière PLEBEIAN et témoigne beaucoup d’amour pour leur haine musicale. Un peu trop d’amour peut-être, c’est vrai mais quand on aime, on ne compte pas, on est passionné et on donne tout à l’autre. L’autre ici est une bande de toulousains que j’ai découvert sur une vidéo de Fête de la Musique où, le visage peinturluré de corpsepaint aléatoires, ils agressaient avec le plus grand sérieux les quelques badauds égarés qui passaient par là. D'emblée, ce groupe m’a bien plu, puis le premier album est arrivé et là, ce fut la Révélation absolue de la puissance d’un groupe que, depuis, je considère comme l’un de meilleurs de France. C’est donc un brin fébrile que j’attendais cette nouvelle offrande et une fois de plus, je n’ai pas été déçu. Pas une seconde. Déconcerté, un peu, mais déçu, non.

L’écoute de ce "False Highs, True Lows" permet, dans un premier temps de mieux comprendre « Lowgazers » qui servait de pont, de passerelle entre "How Hate…" et ce nouveau disque. « Lowgazers » est le disque d’un groupe en maturation, en plein développement. « Lowagzers » représente la création de la chrysalide qui, ici, va éclater pour laisser s’envoler ce papillon noir et rouge vif, à l’image de sa pochette, qu’est « FH, TL ». Les toulousains ont franchi le cap et se sont débarrassés de leurs oripeaux hardcore noir pour embrasser à pleine bouche la muse Black Metal. Voilà. PLEBEIAN GRANDSTAND est aujourd’hui un groupe de Black Metal, ni plus ni moins. Et bien évidemment, on va encore trouver quelques gardiens du temple pour venir leur cracher au visage que leur musique est « Juste du pseudo BM de hipster refoulés » alors quelle est la conclusion logique d’une évolution musicale qui se sera étendue sur trois albums avant celui-ci.

Il ne fait aucun doute que les gaziers ont certainement beaucoup écouté Mayhem, spécialement les deux derniers car on y retrouve certains gimmicks des norvégiens. Un tapis de blast beats qui compose la trame sonore du disque, des riffs froids comme la mort, une atmosphère funeste, chaotique et une densité monolithique qu’il faudra attaquer à coups de pioche avant d’entrapercevoir un peu de lumière. Les premières écoutes donnent une impression de chaos organisé, de bordel ambiant et hyper compact duquel ne s’échappent que hurlements déshumanisés et dissonances guitaristiques maléfiques. Comme si "FH, TL" n’était qu’un long et unique morceau de trente-cinq minutes. Mais on est habitué avec le groupe qui n’a pas pour habitude de jouer la carte de la facilité. Il le prouve en ouvrant son album par « Mal du siècle » une courte intro bruitiste rythmée par un cor annonciateur de l’Apocalypse qui va suivre et nous frapper de plein fouet. Après cette introduction parfaite, c’est sept morceaux qui vont venir s’abattre sur nous comme autant de plaies sur le peuple d’Egypte.

Outre Mayhem, les toulousains ont puisé leur inspiration chez Deathspell Omega chantre du Black orthodoxe dont l’ombre plane sur ce disque tout… en orthodoxie justement. On est dans cette veine black metal là mais sans la touche mystique qui va avec. PLEBEIAN fait dans l’agression et la haine hargneuse, maladive, symptomatique et presque mortifère, alimentée par le dégoût de ce siècle et de cette époque. "Mal du Siècle", "Eros Culture", "Low Empire" soit autant de déflagrations crachées au visage du XXIè siècle et de sa culture du vide. Des thèmes très terre à terre qui tranchent avec leur expertise black metal et rappellent leur passé "hardcore". Avec de gros guillemets. "False Highs, True Lovee est un album harassant qui gagne non pas par KO mais à l’usure, sur le long terme, on s’incline, épuisé par ce martèlement ininterrompu, cette continuelle dissonance et ces crises de haine vocale à laquelle la production a ôté toute humanité pour la noyer dans la masse en fusion de la musique. La voix est un instrument de plus qui, couplée à la guitare, à la basse et à la batterie, construit une cathédrale érigée en l’honneur du chaos. Comme si DsO avait signée la bande sonore des émeutes urbaines qui secouent notre époque.

"Mineral Tears" rappelle et confirme l’attirance des toulousains pour la noise et les envolées bruitistes. Il prépare le terrain pour un "Oculi Lac" furieux qui embrase la dernière partie d’album de ses riffs démembrés et atonaux ou un "Tame The Shapes" qui déroule ses sonorités noise blackgaze si je puis dire tout au long de ses sept minutes d’une longue litanie en forme de plainte finale. Sauf que la Bête vit encore et vient terminer le boulot avec un dernier morceau monstrueux de violence et d’abrasion qui se finit avec un dernier éclat de voix, presque comme un soupir de soulagement ou de mort, à voir. PLEBEIAN GRANDSTAND confirme son statut de groupe majeur sur la scène française et poursuit son évolution en proposant un disque de black metal moderne et orthodoxe quelque part entre Mayhem, Deathspell Omega et cette hargne, cette haine qui est si difficile à définir.



Ecouter. Télécharger. Acheter. - 102 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 17/20 | Nb de lectures : 7129




Auteur
Commentaire
Bernard
Membre enregistré
Posté le: 09/05/2016 à 09h30 - (120069)
Tatane!

Chara
Membre enregistré
Posté le: 10/05/2016 à 11h20 - (120078)
Tabasse comme le précédent.

Tartampion
IP:41.47.131.179
Invité
Posté le: 10/05/2016 à 15h46 - (120079)
Ca me plaît bien aussi.

DIMECHAG
Membre enregistré
Posté le: 10/05/2016 à 16h09 - (120080)
Pochette de l'année avec celle d'apporté moi l'horizon :-)

bla$t
IP:109.190.80.248
Invité
Posté le: 10/05/2016 à 18h08 - (120081)
j'aime pas ce son de batterie tout feutré, et pis c'est d'un chiant franchement, plus dissonant que violent. Bref je passe mon tour.

Humungus
Membre enregistré
Posté le: 11/05/2016 à 06h21 - (120083)
DIMECHAG + 1 !
(Même si celle de BRING ME THE HORIZON bat tout)
Ici : Une punaise qui punaise une autre punaise qui punaise un trou...

DIMECHAG
Membre enregistré
Posté le: 11/05/2016 à 14h03 - (120084)
Bien vu la punaise :-)

Très subjectif l'art...

Ce 'graphisme' me faisait plutôt imaginer: Un trou qui pète un pet qui pète à son tour...

Humungus
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2016 à 06h44 - (120089)
Ah ah ah !!!
Encore mieux que mon interprétation bordel !
Bravo DIMECHAG.

Seb On Fire
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2016 à 09h43 - (120090)
C'est cool, la prochaine je ne parlerai que de la pochette, ça me fera gagner du temps puis je publierai tout ça sur Rires&Chanson.

Humungus
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2016 à 16h31 - (120093)
Seb On Fire sur Rire & chansons...
En voilà une idée qu'elle est bonne...
Cela de dépareillerait pas.

zi artiste
IP:83.154.120.3
Invité
Posté le: 12/05/2016 à 17h57 - (120094)
Je n'accroche pas. C'est un peu trop "art contemporain" à mon goût.

Ipman
Membre enregistré
Posté le: 13/05/2016 à 22h49 - (120105)
Album excellent. Comme les précédents.
Aussi enthousiaste que seb on fire !



away.alive
Membre enregistré
Posté le: 28/05/2016 à 20h54 - (120212)
Complètement en accord avec la chronique - plus je l'écoute, plus je le trouve impressionnant cet album.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker