PITBULLS IN THE NURSERY - Equanimity (Klonosphere/Season of Mist) - Selection VS du 15/06/2015 @ 07h41
Parmi les nombreux groupes de talent de notre scène hexagonale, il y’en a certains dont on espérait le retour mais auquel on finissait par ne plus croire, dans cette catégorie on pourrait citer ORAKLE (qui a marqué les esprits avec sa nouvelle galette), CRUSHER (dont on espère que l’album soit à la hauteur), HYSTERIA (de nouveau très silencieux après l’annonce de leur come-back l’année dernière) et aussi PITBULLS IN THE NURSERY. Pour ces derniers il aura fallu énormément de patience tant le quintet de Rambouillet a été discret et occupé sur d’autres projets (deux de ses membres jouent également dans SUPERTANKER et le bassiste a été dans PSYCHOBOLIA), ce qui peut expliquer les neuf années qui se sont écoulées depuis la sortie de l’excellent « Lunatic » qui montrait une formation multipliant les influences (aussi bien dans le Metal que dans les autres styles musicaux) pour un rendu et une homogénéité remarquable.

Neuf ans se sont passés et de l’eau a coulé sous les ponts, le label Black Lotus où était sorti « Lunatic » a fermé, leur chanteur Panda est parti, et en outre le combo a eu droits à différents problèmes internes qui font qu’ils sont passés tout près du split pur et simple. Pourtant la formation n’a pas baissé les bras et a repris certaines idées de cette période pour les peaufiner et les améliorer afin qu’elles figurent sur cette nouvelle galette. On dit régulièrement que la France possède un vivier incroyable de groupes talentueux qui jouent dans des styles totalement différents les uns des autres, et bien les gars des Yvelines confirment totalement cette impression tant cet album est d’une variété et d’une technicité sans failles.

Si MESHUGGAH reste une de leurs influences majeures celle-ci n'est plus la seule puisqu’ils ont encore un peu plus ouverts leurs horizons, le précédent album était déjà un patchwork de styles et son successeur reprend ce schéma de manière plus poussée puisque le jazz, le prog’ et même le reggae y ont toute leur place, avec en plus de cela une production en béton armé, des textes plus sombres et profonds (et avec une vraie réflexion) et où la lourdeur musicale a pris le pas sur la vitesse et la brutalité, pour un rendu impeccable. D’autre part un côté plus moderne se faire ressentir et l’ombre de GOJIRA n’est pas loin ce qui peut dérouter au départ tant le différentiel et la maturité entre les deux albums sont justes énormes. Un des points majeurs de cette évolution est le recrutement de Tersim Backle au micro qui réalise un énorme boulot et arrive tout autant à growler avec une précision chirurgicale que de poser sa voix qui se fait plus mélodique et même claire sans tomber dans le ridicule mais avec un professionnalisme impressionnant et qui s’intègre totalement dans les nouveaux titres.

Justement pour parler d’eux il est impossible de résister à « Crawling » (qui n’a rien heureusement rien à voir avec le morceau du même nom de LINKIN PARK) car c’est absolument écrasant de puissance avec la double lancée à fond, cependant tout ceci ne dure pas très longtemps et l’éventail musical se fait vite entendre entre la technique monstrueuse des guitares et de la basse (bien mis en avant dans le mixage) et conjugué à un boulot phénoménal de Jérôme derrière son kit, car on alterne entre blasts légers et un passage planant très calme et progressif qui monte doucement et au fur et à mesure, le tout conjugué à la voix qui sait se faire à la fois discrète, douce et agressive et pendant quasiment 9 minutes c’est un vrai récital auquel se livre le quintet, et qui ira crescendo. Car « Rule the Plight » est lui le parfait exemple de l’influence de la bande à Jens Kidman sur les franciliens avec les arrangements des guitares qui se complètent parfaitement à la fois que ce soit sur les riffs syncopés comme sur les parties plus douces (où la basse et la batterie en rimshot se mettent au diapason). « The Oath » est lui plus direct (du moins le croit-on au début) et déchaîné mais là encore tout part dans une direction opposée avec une partie centrale presque free-jazz et une fin sans concession et brutale.

On remarque depuis le début que la priorité est donnée à la musique, le chant lui est presque un faire-valoir de très grande qualité, il sait s’effacer intelligemment quand il le faut pour laisser place aux instrumentations et cela apporte encore un plus au niveau de la cohérence afin de laisser l’expérimentation et le côté un peu barré faire son œuvre auprès de l’auditeur. Tout le reste de l’œuvre est d’ailleurs du même niveau avec « Reality » qui montre encore la palette du groupe, le bien-nommé « Interlude » vraiment accrocheur et qui amène un vrai plus à l’ensemble, l’ultra-court et direct « Insiders » qui montre leur face la plus tranchante (malgré quelques effets vocaux pas du meilleur goût), ou encore les impeccables « Conspiracy » (aux passages planants) et « Soul Bones » qui est la compo la plus « accessible » de cet opus et qui est agrémenté d’arrangements très jamaïcains et aériens. Si « Crawling » permettait à ce dernier de commencer très efficacement et en longueur, « Your Dream’s Not Mine » et ces 10 minutes sert de pot-pourri à tout ce qui l’a précédé en étant magnifié et sans se répéter malgré tout. Du coup même si quelques longueurs sont présentes il n’y a rien à jeter et on se laisse emporter jusqu’à la dernière seconde.

Car durant ses 57 minutes on se rend compte du boulot exceptionnel fourni par les mecs qui arrivent à capter l’attention du début à la fin malgré un côté hermétique au tout début qui peut désarçonner. En effet il faut y aller doucement et presque morceau par morceau pour apprécier et mémoriser chaque note et pattern, car comme les bons plats il ne faut pas tout prendre d’un coup pour ne pas faire d’indigestion. Un disque qui est comme le bon vin, qui se savoure et s’apprécie par petites touches et qu’on ingère de mieux en mieux avec le temps. Bref une totale réussite sans aucune faute de goût et qui frappe un très gros coup au sein du metal français qui ne cesse de nous étonner et de marquer les esprits au sein de cette année 2015 qui est décidemment un très grand cru.




Rédigé par : GabinEastwood | 17/20 | Nb de lectures : 10776




Auteur
Commentaire
The Quebekers
IP:74.56.188.2
Invité
Posté le: 15/06/2015 à 08h08 - (116988)
Un disque difficile à appréhender mais qui parce qu'il va jusqu'au bout de son idée, (fait on de la musique à partir d'idée?) avance, construit et déconstruit sa musique. Et aussi de la technicité au service du son.

Tartampion
IP:197.161.41.191
Invité
Posté le: 15/06/2015 à 11h15 - (116989)
Ca a l'air vraiment très bon. Content de les voir resurgir.

BassFrog
IP:195.208.48.42
Invité
Posté le: 15/06/2015 à 13h07 - (116991)
Ce disque est vraiment particulier, et presque deroutant quand on le compare a son predecesseur.

J'ai eu beaucoup, beaucoup de mal a rentrer dedans. A sa sortie,entre chaque ecoute, j'ai prefere laisser passer quelques jours. Il faut dire que le disque est particulierement dense (bon, apres 9 ans, ca se comprend que les mecs aient des beaucoup d'idees a balancer), la duree totale relativement longue n'aidant pas.

Mais, peu a peu, l'oeuvre se devoile et laisse apparaitre un boulot de DINGUE !!!
Un immense boulot de composition (mais vraiment, immense!), bien qu'on ait l'impression que ca part en permanence dans tous les sens, on se rend compte au fil des ecoutes de la maitrise et de la coherence du propos. Et c'est putain de jouissif !

Ces gars sont des porcs en technique (le batteur apporte une touche bien particuliere, tout en etant assez impressonant), mais savent saupoudrer leur son d'atmospheres, d'ambiances qui forment un tout tres coherent.

Pour finir, longue vie au groupe, ultra-heureux de les voir revenir, en attendant de voir ce que les nouveaux titres donnent sur les planches, parce que sur la tournee Lunatic c'etait la patee !!!!!

Une sortie majeure pour l'annee 2015.

skyou
Membre enregistré
Posté le: 15/06/2015 à 22h10 - (116993)
Bonne petite claque pour ma part! D'accord avec toi BassFrog sur le travail accompli au niveau de la composition, c'est vraiment très cohérent!


Dave
IP:82.233.205.186
Invité
Posté le: 15/06/2015 à 22h39 - (116994)
Ce qui est bien -et rare- c'est que j'ai du lire la chronique pour réaliser que c’était français. Franchement bravo, très gros boulot, je suis pas fan de tous les passages, mais ça a de la personnalité, et c'est assez classe.

kikill
IP:80.12.110.207
Invité
Posté le: 16/06/2015 à 08h35 - (116997)
Une grosse tuerie, je suis sur le cul. C'est un vrai plaisir de les ré-écouter après tant d'années, un vrai plaisir aussi pour mes esgourdes de ré-entendre le jeu fin et subtil de Jerry, d'entendre cette nouvelle voix bien puissante et variée, bref, un vrai bonheur et un travail phénoménal sur ce skeud comme ça a été déjà dit.
Je m'en vais commander ça de suite.


Kane
IP:90.43.105.234
Invité
Posté le: 18/06/2015 à 10h56 - (117021)
Grosse baffe. Je ne connaissais le groupe que de nom.

Excellent disque.

KrOmanO
Membre enregistré
Posté le: 19/06/2015 à 14h57 - (117035)
Plein de bonnes choses, surtout les passages jazzy, mais je vais rester sur Lunatic que j'écoute toujours régulièrement tant cet album m'a marqué à sa sortie. Je n'arrive pas à apprécier les nouvelles compos avec ce nouveau chant néo-metal insupportable (sans parler des effets...), se greffant sur chaque bon riff en me donnant la nausée ; passer après la grosse voix gutturale de Panda n'est pas une mince affaire, mais l'écart est trop grand à mon goût ! Et puis les refrains mélo à la mords-moi-le-noeud (sur The Oath, Reality et Soulbones par exemple), merde les gars !
Bref, un groupe de plus qui perdra des fans de la première heure dans le but d'élargir son public...

BassFrog
IP:2.92.206.112
Invité
Posté le: 19/06/2015 à 23h41 - (117037)
Au contraire, je ne pense pas que la démarche du groupe se situe dans une optique d'élargissement de leur audience...
Quand les mecs chient des titres de 8min, avec double-salto arrière "progressif", j'ai plutôt envie de croire que le groupe a eu envie d'évoluer stylistiquement, après tout ce temps passé à galérer. Il y a bien le titre "Invaders", petite bombe de 3min14, aves son intro HALLUCINANTE, pour ce qui est du titre "jumpy" facilement assimilable, mais ça s'arrête là.

Après, c'est vrai que c'est le grand écart entre Lunatic et cette nouvelle sortie. J'ai été déstabilisé au départ, je ne les reconnaissais pas.

D'après moi, je me trompe peut-être, mais il s'agit d'une démarche réfléchie, macérée, digérée, où les gars ont eu envie de faire la musique qu'ils avaient envie de faire, tout simplement.

Taxer les PITN de chercheurs d'or, j'ai du mal à y croire :)

En tous cas, écoutez cet album, réécoutez-le encore et encore, il dévoile ne dévoile pas ses secrets facilement.

:D

ralph
IP:84.99.129.105
Invité
Posté le: 20/06/2015 à 10h48 - (117039)
Bof, c'est pas si complexe que ça, surtout si on compare à Meshuggah, ça ressemble plus aux vieux Gojira, ce qui n'est pas un mal en soi hein.
Après j'aime vraiment pas ce son metal moderne banal, la batterie sonne dégueulasse dans les passages jazzy, et oui pour faire sonner du jazz il faut être un minimum naturel...
Et comme d'autres l'ont dit le chant est tout de même très moyen.

(et le chroniqueur confond rimshot et sidestick ou cross stick)

Kane
IP:78.113.131.133
Invité
Posté le: 22/06/2015 à 14h18 - (117051)
Plus ça va plus il me fait penser à Amoeba d'Hacride. Comparaison plutôt flatteuse en soit.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker