PERSEUS - The Mystic Hands Of Fate (Nadir) - 15/05/2014 @ 07h53
Perseus est un groupe de Power Metal Italien originaire de Brindisi (au Sud de l’Italie), il est issu de deux groupes locaux : Hastings (Metal Progressif) et Defenders Of The Faith (un groupe qui reprend des chansons de Judas Priest). A partir de tout ça, Perseus a tenté de créer son propre univers tout en s’inspirant de grands noms du Metal comme Judas Priest, Iron Maiden ou encore Manowar, sans oublier leurs origines italiennes (Rhapsody Of Fire).

Leur style est avant tout un mélange de mélodies entraînantes, de tradition italienne avec le Bel Canto (chant lyrique), des riffs très Rock’N Roll et des mélodies mises en valeur par des claviers et la présence d’une guitare acoustique. Ils accordent une importance toute particulière aux paroles, qui d’après eux permettraient aux auditeurs d’avoir de profondes réflexions sur les différents aspects de l’âme humaine. La passion, la souffrance, l’amour, la damnation, la rédemption etc. tels sont les thèmes abordés par Perseus.

Après deux démos, ils enregistrent « The Mystic Hands Of Fate », produit par Tommy Talamanca qui pour l’occasion a aussi enregistré le clavier pour l’album. Ils y développent l’univers fantastique et visionnaire de John Burns, un homme brillant de New-York. Voici son histoire : Depuis que sa femme Heleanor l’a quitté suite à son comportement trop matérialiste et ses nombreuses infidélités, il décide de tout mettre de côté. Dévasté par la tristesse, il se replie sur lui-même et quitte son boulot de courtier. Dans l’espoir de donner un nouveau souffle à sa vie il se rend à la conférence du Dr Icarus Lazard, un magicien et philosophe, qui prône l’abandon du monde dans lequel on vit, et souhaite la création d’une communauté libre. John quitte New-York et part se réfugier sur une île de l’Océan Pacifique nommée Emera. Il y retrouve une certain sérénité, il reprend goût à la vie mais de sombres forces du mal décident de mettre fin à tout cela et c’est ainsi que l’amour devient haine et l’unité devient dévastation.

L’album sonne bien en général et l’on retrouve bien les caractéristiques d’un album de Power Metal. Il y a de l’intensité et de la douceur en même temps. Les thèmes mythologiques sont mis à l’honneur et le fait de centrer l’album sur un unique personnage permet à l’auditeur de ne pas perdre le fil. C’est un album sans « chichis », il n’y a pas de choses en trop et c’est plutôt agréable. Sans oublier le chant d’Antonio Abate, qui me fait fortement penser à Bruce Dickinson sans pour autant être une pâle copie de celui-ci.

Cependant, Perseus devrait davantage trouver sa marque de fabrique pour sortir du lot et marquer les esprits.




Rédigé par : Borderline | 10/20 | Nb de lectures : 11438




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker