PERIPHERY - Periphery II: This Time It's Personal (Century Media/EMI) - 24/07/2012 @ 08h03
L’évènement de l’été 2012, c’est que pour la première fois de l’Histoire un « gros » groupe de Djent sorte son deuxième album. Et c’est même le plus gros d’entre eux qui est concerné, à savoir PERIPHERY. Le groupe américain qui avait d’ailleurs montré la voie à tout le monde en sortant son premier album éponyme en avril 2010. Comme l’histoire est un éternel recommencement, va-t-on avoir une nouvelle série d’arlésiennes parmi les autres formations Djent ? TESSERACT, avec ses soucis de chanteur, semble déjà se positionner au marquage… Enfin bref, en deux ans les choses ont évolué pour la scène Djent. Il est difficile d’en faire un bilan, toujours est-il que les formations -pas toujours très intéressantes ou originales- se sont multipliées, provoquant l’agacement des haters. Quelques petits groupes seront peut-être amenés à percer, et les gros clients se font déjà remarquer. La scène s’est éloignée du photocopiage de MESHUGGAH pour se concentrer sur un style plus lumineux, souvent plus soft (à grand renfort de chants clairs), ou fricotant avec un Deathcore plus ou moins brutal. PERIPHERY, au milieu de tout ça, suit sa propre voie. Et c’est ainsi que ce second album, sobrement intitulé Periphery II, est sous-titré This Time It’s Personal. Ça l’était presque pour le premier opus, qui avait ses influences, mais promis cette fois-ci le groupe va faire quelque chose de 100% personnel !

Pourtant, sans surprise et malgré des petits changements de line-up, PERIPHERY fait toujours du PERIPHERY, mais même si le style a été copié en 2 ans (et jamais égalé, bien entendu… sauf peut-être EVER FORTHRIGHT), le groupe est tout de suite reconnaissable. Peut-être que le côté « personnel » est plus mis en exergue par une collection de morceaux originaux, ou plutôt inédits. Car contrairement au premier album qui ne comportait quasiment que des morceaux du répertoire de démos de BULB, Periphery II ne présente que trois morceaux déjà connus : "Scarlet" (qui est à l’origine un morceau de HAUNTED SHORES, un projet de Misha Mansoor), "Luck As A Constant" et "Froggin Bullfish". Le reste des 11 autres morceaux sont donc des compositions originales (sous réserve que Misha n’ait pas réutilisé quelques riffs de son répertoire, j’avoue que je n’ai pas passé en revue et en détail toutes les démos…), faisant de Periphery II un « vrai » nouvel album de PERIPHERY. Et du reste, le groupe continue son petit bonhomme de chemin. Dans le bon sens ? Difficile d’en tirer une conclusion. Explications…

Après un premier album varié mais équilibré entre « hits » lumineux à chant clair et plages plus frappadingues, PERIPHERY a mis un peu d’eau dans son vin en livrant avec Periphery II un disque plus homogène. Encore une fois, tout ceci est un peu lié au chant de Spencer Sotelo. Il s’est amélioré depuis le premier opus (qui avait été enregistré à la hâte), pas drastiquement mais l’amélioration est bien là. Le chant clair est moins forcé, les montées mieux gérées, le ton général et les variations plus maîtrisées. Rien qu’un morceau comme "Have A Blast" montre bien tous les progrès qu’il a pu faire. Après comme pour le précédent opus, on aime ou pas ce genre de chant clair, et c’est à prendre ou à laisser. En revanche, le chant hurlé, même s’il est également un peu mieux, est toujours assez poussif et anecdotique. Spencer, avec sa nouvelle coupe de cheveux rouge (pour aller avec la pochette de l’album ?), l’a bien compris et il y a ici moins de chant hurlé. Du coup il y a plus de chant clair, et les morceaux sont calqués dessus. Ce qui fait que nous avons avec Periphery II un album nettement plus « tubesque », mettant en exergue les refrains accrocheurs, les mélodies entraînantes et les diverses montées plus épiques. Bref un album axé pour sa quasi-totalité dans la lignée de morceaux comme "Light" ou "Icarus Lives". Les rythmiques Djent servent plutôt de toile de fond, et si certains morceaux sont globalement plus percutants, à la "The Walk" ou "Letter Experiment", pas de trace ici de pièces explosives à la "Buttersnips", "Totla Mad" ou "Zyglrox". Il va falloir s’y faire, PERIPHERY semble plus adopter la voie d’un Math-Metal « mainstream », qui laisse la complexité au second plan pour faire un album plus facile d’accès et plus accrocheur. Si l’on veut niveler dans l’extrême, on peut presque dire que Periphery II n’a plus grand-chose à voir avec Periphery, si le style reste le même des changements de fond et de forme ont été opérés, pour le meilleur et pour le pire.

Pourtant, Periphery II n’est pas non plus une bouse commerciale. Surtout que le groupe est resté chez Sumerian aux USA et est passé de Roadrunner à Century Media (qui se djentise à mort, décidément) pour l’Europe. Et partant du point de vue que ce disque est voulu plus « mainstream », il est plutôt réussi. Notons tout d’abord que cet album est un chouïa conceptuel, les paroles sont expliquées en long, large et travers sur YouTube pour les intéressés, et 3 morceaux ("Muramasa", "Ragnarok" et "Masamune") partagent les mêmes thèmes et même certaines paroles (« …in the distance we can see, shining clear, our demise to be - We’re not listening to ourselves… »). L’album s’ouvre par une grosse et très bonne intro, "Muramasa", avant d’enchaîner sur les deux excellentes pièces que sont "Have A Blast" (avec une intro à violon (!), des solos et des lignes de chant superbes) et le très efficace "Facepalm Mute". Pour la suite, tout n’est pas parfait, même si on reste dans un esprit Djent lumineux tout à fait plaisant et digeste, toujours entrecoupé de quelques interludes acoustiques et/ou électroniques. Quelques morceaux sont globalement plus rythmés, comme "Luck As A Constant" et "Ragnarok", figurant bien au sein d’autres plages au format « hit » comme "Scarlet", "The Gods Must Be Crazy" et "Make Total Destroy". Reste alors des pièces un peu plus progressives (à la "Ow My Feelings") comme le très aérien "Ji", le parfait final "Masamune" et surtout le magnifique "Erised", avec John Petrucci (DREAM THEATER) en guest pour le solo final (fantastique). PERIPHERY a de nouveau été gourmand et Periphery II comporte 14 pistes pour un peu plus d’une heure, ce qui a pour conséquence malheureuse la présence de plages un peu inutiles ou « sans plus » comme "Froggin Bullfish" (un morceau plus barré qui ne fonctionne pas) et "Mile Zero", mais le bilan final est quand même largement positif, pour un album qui s’apprécie plutôt dans sa globalité. A noter que le pressage européen de l’album, au format digipack (très classe avec le volet avant percé du logo du groupe), comporte deux bonus, un très bon instrumental ("Far Out") et une reprise de "The Heretic Anthem" de SLIPKNOT totalement dispensable car trop proche de l’originale, alors qu’un groupe comme PERIPHERY avait quand même largement moyen de la sublimer avec sa propre patte !

« This Time It’s Personal ». On peut donc dire que PERIPHERY a ici trouvé et affiné son style. Ceux qui s’attendaient à du Djent musclé mais mélodique comme sur Periphery risquent donc d’être un petit peu déçus. PERIPHERY a évolué vers un style plus soft, avec de la réussite, vu que les morceaux sont de qualité même si le groupe gagnerait à se limiter un peu. Periphery II est donc un album vraiment plaisant de Djent « cool », homogène et équilibré même si moins percutant que par le passé, parfait pour l’été comme l’album de GLASS CLOUD, mais il est difficile de dire si le groupe va dans le bon sens. Et Periphery III, qui apparemment devrait débouler assez vite (enfin, les groupes de Djent et la ponctualité discographique, ça fait deux), permettra de tirer des conclusions sur l’évolution du groupe. Car à mon avis pour l’instant on ne peut juger Periphery II qu’en tant que tel, même si bien évidemment il semble moins bon que le premier (il y a une différence de contexte aussi). Je pense toutefois qu’il ne parviendra à convaincre que ceux qui s’attendaient à un disque plus mainstream (dans le bon sens du terme) et qui ne sont pas dérangés par la mise en avant des mélodies progressives et du chant clair, surtout que musicalement Periphery II est bien moins étoffé que son prédécesseur, plus simple et plus direct, tout en restant basé sur des plans complexes. A chacun de se positionner sur Periphery II selon ce qu’il attendait de PERIPHERY, mais en ce qui me concerne c’est un très bon album, à condition de l’apprécier pour ce qu’il est (et donc, de s’y faire, même si je l’ai apprécié dès les premières écoutes tout en étant dubitatif). A album personnel, avis personnel…

http://www.facebook.com/PeripheryBand - 134 visite(s)

Make Total Destroy - 138 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 13341




Auteur
Commentaire
guiyomus
Membre enregistré
Posté le: 24/07/2012 à 11h36 - (103102)
Dégouté qu'ils ne sortent pas de version instrumentale cette fois, ce chanteur pour minette c'est juste plus possible quoi!



ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 24/07/2012 à 11h42 - (103103)
ça se fera peut-être digitalement... Ever Forthright l'avait fait, et un autre groupe il me semble, mais comme aucun nom ne me revient j'hésite à confirmer.

overklems
Membre enregistré
Posté le: 24/07/2012 à 13h29 - (103104)
c'est Tesseract qui a sorti une version de leur album en instrumental me semble-t-il..., sinon commandé mais pas encore reçu !

cyril_glaume
Membre enregistré
Posté le: 24/07/2012 à 13h51 - (103105)
Le groupe Journal a fait ça également

prodijital
Membre enregistré
Posté le: 24/07/2012 à 13h55 - (103106)
Je ne sais pas si on peut appeler " Animals As Leaders " comme gros groupe, mais dans le genre Djent, ils font référence et ont déjà sorti leur second album depuis belle lurette ;)

Ici, le chanteur a clairement un côté teenager dans la voix qu'il faut apprécier mais bordel qu'il chante haut, c'est foutrement bien senti (les refrains sonnent pop et c'est complètement assumé).

La prod est très bonne et les deux highlights de l'album restent le refrain de " Have A Blast " (et donc de la trilogie) et le solo de fin de " Erised " par Petrucci, la tuerie intersidérale !

Vivement le 3ème album !



ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 24/07/2012 à 13h59 - (103107)
sauf que AAL ne fait pas vraiment du "Djent", enfin pas celui de Periphery et consorts (surtout que le second album est plus experimental, moins Math-Metal). perso, je mets les groupes instrumentaux à part. dans ce cas, Tyrant Of Death et Keith Merrow ont déjà sorti un paquet d'albums, et même si ce sont des projets plus "UG" ils restent connus des amateurs de Djent. Periphery est donc bien le premier "gros" groupe de Djent à chant qui sort son second album.

McCormick
Membre enregistré
Posté le: 24/07/2012 à 16h47 - (103108)
J'aime bien les parties instrumentales de ce groupe mais le chanteur,malgré ses prouesses vocales, me rebute! Je passe mon chemin...

prodijital
Membre enregistré
Posté le: 25/07/2012 à 12h51 - (103114)
Chacun voit midi à sa porte mais pour ma part (et bien d'autres comme les sites spécialisés du mouvement, les Wikipedia et consorts), AAL est un des fer de lance de ce mouvement, le dernier album compris, chant ou pas ;)
Rythmiques, production, choix des instruments, ambiance, tout y est pas de problème. Et puis je peux citer encore Textures, Sybreed (de moins en moins Djent, leur prochain album nous le confirmera) etc...

le gritche
IP:79.86.181.55
Invité
Posté le: 25/07/2012 à 20h16 - (103117)
Ah ouais, Ever Fortright a sorti une version juste instru ? une belle connerie qui ne fera qu'appauvrir l'album et non l'enjoliver: les vocaux ajoutent un gros plus, notamment dans les meilleurs passages. A propos de periphery II: mouais, je saisis l'aspect tubesque, mais n'est-il pas plus évident dans l'album précédent justement ? (tracks plus courtes et non progs, à part la dernière que je n'arrive pas à écouter). Quant à la disparition du djent musclé vécu comme une perte, oui et non: y avait aussi de l'inutile et du gonflant dans l'album précédent. On perd en plaisir immédiat c'est sur. Bon excellente chronique, hein, c'est ZeSnake !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker