PELICAN - Forever Becoming (Southern Lord) - 20/11/2013 @ 07h43
J’ai toujours considéré les 4 banlieusards de Chicago comme des esthètes, à la recherche du riff parfait, capable de t’envelopper de sa lourdeur subtile et jouissive et te fait taper du pied. Je considère d’ailleurs leurs 4 premiers opus comme des merveilles, des albums ingénieux, différents, qui comptent. Celui-ci n’est malheureusement pas au niveau.

Je suis toujours surpris de voir des musiciens accomplis, à la discographie riche et reconnue (par la fanbase, les médias et en terme de ventes) accepter de saborder leur carrière par une sortie bâclée et sans saveur. Et je ne parle pas d’un album risqué, incompris ou tout simplement ne répondant plus aux attentes. Non, je parle de musiciens qui continuent alors qu’ils n’ont plus rien à dire. Oui, c’est un triste constat, Pelican n’a plus grand-chose à nous raconter, et nous le fait savoir tout au long de ces 8 morceaux. Il est nuisible pour un chef de file de sortir une mauvaise galette sous son nom, sans prendre conscience du tort qu’il lui fait. Pourtant, Forever Becoming n’est pas raté, ni même mauvais. Il est juste inutile, et je ne parle pas d’une remarque faite à l’emporte-pièce par un passionné frustré. Je parle de l’inutilité dans sa grande mesure, c'est-à-dire d’une part, il n’apporte rien au monde de la musique (même si cette remarque est galvaudée puisque 90% des sorties appartiennent elles aussi à cette catégorie), et d’autre part, il ne valorise que trop peu d’émotions pour une personne un tant soit peu avertie, connaissant soit l’univers du combo, soit cette scène Metal instrumentale. La faute vient de ces riffs maintes fois entendus, ces patterns pauvres et redondants, une production trop classique, ces plans que l’on connait sur le bout des doigts et qui ne marchent plus car ils n’ont plus rien dans le ventre, plus ce petit quelque chose indicible qui provoque ce que nous recherchons tous dans la musique.

Le chant aperçu sur le dernier titre du précédent album n’a donc pas donné suite. Moins lourd et plus mélodique que leurs débuts discographiques, cette nouvelle offrande est aussi plus rock et légèrement plus musclée que What we all come to need. Il ne faut cependant pas y chercher de quelconque surprise, Forever Becoming voit sa créativité filer, peux être dû à sa touche frenchie qui n’est plus. Laurent Schroeder-Lebec, un des fondateurs, a quitté le navire depuis l’année dernière. Il a emmené l’inspiration et le savoir-faire avec lui, laissant un groupe inerte devenu pataud malgré lui, son remplaçant Dallas Thomas n’arrivant pas à combler le trou laissé vacant.

2 titres sortent du lot, et Pelican a eu l’intelligence de les placer en début et fin d’album. Une bonne première impression est toujours importante, et quitter en beauté l’est tout autant, donc sur ces 2 points, les américains n’ont pas été avares. Au milieu, du vent, enfin presque. Et je ne parle pas de belles bourrasques qui remuent tout sur leurs passages. Non, je parle du vent que l’on ne sent pas vraiment, qui ne t’oblige même pas à remettre ta jolie mèche en place. Tous les gimmicks du combo y sont pourtant exploités et usés jusqu'à la corde, ce qui ne perturbera personne. Mais les riffs sont vides, empruntés, engoncés dans des clichés à respecter, un cheminement à suivre, tous est déjà entendu, sans l’étincelle. Cette galette laisse un arrière-gout désagréable en bouche.

Cinquième opus d’une abondante discographie, Forever Becoming montre un groupe qui marque le pas, s’essouffle et ennuie. A son écoute, j’ai le sentiment que si Pelican est en panne d’idées, tous les riffs possibles ont déjà dû être joués, il n’en est pas possible autrement. N’avez-vous jamais eu ce sentiment bizarre qu’un jour tous les riffs auront été exploités ? Pelican n’infirme pas cette crainte.

Ma méchanceté n’a d’égale que mon attente très élevée envers ce monument de la scène instrumentale. Si l’on y prête attention de près, on pourra toujours en retirer du bon, où le manque d’inspiration passe au second plan devant quelques rares moments savoureux. Les filles moches sont souvent en couple, ce qui démontre que les attentes ne sont pas les mêmes pour tous. Cet album ravira ceux qui n’en attendent rien, ceux impressionnables par 2 ou 3 bonnes idées, ceux satisfaits devant 3 fois rien.

Pelican fait l’erreur de ternir son image en nous offrant un album fade, qui enfonce les portes qu’il avait lui-même ouvertes il y a de ça une décennie, et qui laisse son auditoire interloqué par si peu d’amour propre, par tant de banalité. Je doute que les 4 musiciens soient fiers de leur œuvre et excités à l’idée de la présenter live. Forever Becoming n’a rien de plus que ce qui a déjà été dit, en mieux et par le groupe lui-même.

myspace - 54 téléchargements


Rédigé par : Bras Cassé | 10/20 | Nb de lectures : 12005




Auteur
Commentaire
raziel
Membre enregistré
Posté le: 20/11/2013 à 08h50 - (109963)
Les deux premiers albums ont épuisé, à mon sens, tout ce que le combo avait à dire.

Deux albums purs, magnifiques.

City of Echoes sentait déjà très mauvais...

GeneralMono
Membre enregistré
Posté le: 20/11/2013 à 10h00 - (109966)
Tout pareil que raziel, c'est exactement ça !!

deathlikesilence
IP:91.88.217.146
Invité
Posté le: 20/11/2013 à 13h19 - (109969)
po d'accord, je le préfère à what we come to need

xmaxx TOOTH
IP:86.71.100.80
Invité
Posté le: 20/11/2013 à 13h50 - (109971)
Je trouve CoE et WWCTN très bons.

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 20/11/2013 à 14h29 - (109972)
Pareil que les copains...



Henrik the King
Membre enregistré
Posté le: 20/11/2013 à 18h22 - (109977)
10/20 je respecte ta notation mais je la trouve sévère. Si tu compares aux musts de Pelican, ok, tu peux passer d'un 18-19 à un bon 14-15 mais si tu compares cet album aux multitudes d'autres purges insipides qui reçoivent des 12 ou des 13, genre les ACDC et Motörhead like ou les groupes de blacks qui mangent régulièrement des 18/20 avec des trucs entendus depuis 20 ans.
Enfin la note n'est pas importante finalement mais tu répètes quand même une bonne dizaine de fois avec des expressions différentes que les riffs sont déjà entendus,éculés, ressortis... ça fait beaucoup dans une chronique. Moi je l'ai trouvé sympa cet album, plus simple que les premiers c'est vrai mais de là à le massacrer à ce point? Enfin voilà ce n'est que mon point de vue



Eazy-Ni
IP:126.204.44.32
Invité
Posté le: 25/11/2013 à 12h24 - (110058)
Pareille que YoupiOnEstLeMatin.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker