PATRIA - Individualism (Indie/Season of Mist) - 24/11/2014 @ 07h38
Etre brésilien et faire du black metal n’est pas une hérésie. L’Amérique du Sud est réputée pour sa folie, ses fans aux réactions démesurées et… sa scène thrash/death/black primitive. Je connais Patria depuis son passage chez Drakkar et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il fait honneur à ses couleurs.

Son nouvel album, sobrement intitulé Individualism, s’inscrit dans la lignée de ses efforts les plus récents, soit un black metal mid-tempo au son chaud et profond, davantage basé sur les ambiances ésotériques que sur l’agression pure, même si la plupart des titres n’est pas dénuée d’accélérations meurtrières. La majorité des titres baigne en effet dans une ambiance crépusculaire où les tempis enlevés le disputent aux ralentissements propices à la pose d’atmosphères ("Individualism", "Blood storm prophecy").

Si les structures sont un minimum travaillées, plusieurs points attirent selon moi la critique. D’une part, la voix passe-partout qui met d’entrée le combo dans le moule du black générique : ni agressive, ni lyrique, ni déchirée, cette voix n’évoque pas grand-chose d’autre que l’ennui. D’autre part, l’architecture des titres est finalement banale ; on ne retient que peu de choses des premières écoutes. Le mid-tempo, qui sied parfaitement à nombre de groupes de black, me semble ici handicaper la progression au lieu de la servir (par exemple, sur "Uncrowned God of Light", où les ralentissements cassent la dynamique du titre). La banalité s’installe, aucune aspérité ne ressortant vraiment. Enfin, même si le son est chaud, le tout reste – à fort volume sonore – assez brouillon. Là encore, là où d’autres combos en tirent une force chaotique particulière, Patria n’en sort qu’un pet de nonne. Car, et c’est là que le bât blesse, le son est mou de chez mou. Inoffensif.

Au-delà, le plus gros reproche tient au manque d’inspiration du tout, les titres se ressemblant fortement de sorte que l’on ne retient pas grand-chose une fois l’album achevé. L’alchimie entre violence et atmosphère n’est pas suffisamment équilibrée ("Outrage", où les parties blastées auraient pu être davantage développés au profit d’un mid-tempo miteux qui brise encore la dynamique) pour être satisfaisante. Les trouvailles musicales sont quasi inexistantes. En somme, Patria est un groupe de black comme il en existe des centaines, au pouvoir créatif assez faible et dont le disque ne contient aucun espoir de les voir se démarquer de la masse ("Orphan of emptiness", "Far beyond the scorn", titres génériques en diable… agrémentés parfois de semblants de chœurs minables et/ou son de cloches vu et revu).

Même l’artwork – directement piqué au Coma of Souls de Kreator – est moyen… L’absence de personnalité est la pire des fautes pour un combo, particulièrement dans ce style si exigeant et si surnuméraire qu’est le black. L’absence de puissance aussi.




Rédigé par : Raziel | 10/20 | Nb de lectures : 9766




Auteur
Commentaire
Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 25/11/2014 à 02h23 - (114929)
Autant zapper la musique et aller directement voir le très bon article sur Andreas Marschall, colonne de droite.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker