PARZIVAL - Casta (Mighty) - 31/07/2014 @ 08h51
Mighty Music bouffe vraiment à tous les râteliers et voilà que du coup nous nous retrouvons avec un disque qui à la base n’aurait rien à faire sur VS, site qui ne parle que de METAAAAAL BIEEEEERE SATAAAAAAN HELFEEEEEST BEUAAAAAARGH *headbang et fesses à l’air devant la caméra*. Bref, PARZIVAL, bien que déjà chroniqué sur VS pour son album Blut Und Jordan (2001) n’est pas un groupe de Metal ni même de Hardcore mais un groupe appartenant à la très vaste scène « industrielle », et encore une ramification qui s’éloigne bien des sons froids et durs de l’indus. La scène dite du « Martial Industrial » qui tend plus vers l’ambiant et le néoclassique. Ce groupe dano-russe a été formé en 1992 sous le nom STIFF MINERS, sortant deux albums sous ce nom (dont le premier chez l’illustre label Cleopatra Records) avant de devenir PARZIVAL en 1998. Depuis le groupe a fait un sacré bout de chemin et Casta est le 10ème album de la formation, tous patronymes confondus. Il compte d’ailleurs maintenant dans ses rangs Tim Ellegaard du célèbre groupe de neofolk :OF THE WAND AND THE MOON:. Avant ça PARZIVAL a été surtout écouté par les plus fins connaisseurs du genre Martial Indus. Et entre Anathema Maranatha (1999) et Urheimat (2010), soit 5 albums, PARZIVAL s’est surtout distingué comme étant un disciple de LAIBACH, voire même un rip-off tant le mimétisme avec la période Opus Dei des slovènes a été poussé loin, jusque dans la voix grave de Dimitrij Bablevskij, qui est hélas loin des qualités de celle de Milan Fras. Honnête clone de LAIBACH ou sous-LAIBACH sans grand intérêt, chacun choisira son camp quant à PARZIVAL, toujours est-il que depuis Die Kulturnacht (2012) le groupe évolue et se détache un peu de l’influence omniprésente de LAIBACH, et tant mieux.

Avec sa pochette ornée d’écritures façon sanscript, Casta va donc nous présenter un univers musical bien particulier. Il faut dire que les membres de PARZIVAL ont ici collaboré avec des musiciens sikhs et que le côté folklorique hindou apporté par les instruments typiques amène de la fraîcheur, de la nouveauté et de l’originalité au martial indus néoclassique de PARZIVAL. Entre chœurs, orchestrations, percussions et voix de baryton, le groupe dano-russe pose donc une musique majestueuse. Majestueuse ou pompeuse, chacun choisira son camp, Casta est tout de même plus moderne que la plupart des albums précédents et du coup moins kitsch ou grandiloquent. Il n’empêche que malgré la qualité de ses arrangements et de sa production, PARZIVAL n’est pas le groupe de martial indus néoclassique le plus passionnant de la Terre. Les 10 morceaux (hors intro) de Casta sont interchangeables et se résument tous aux mêmes schémas et instrumentations. Certes, pour une musique « cinématique » on ne demande pas forcément d’accroches, mais PARZIVAL prend néanmoins le parti de faire des vrais morceaux et pas un simple accompagnement de type « soundtrack », Casta n’étant pas du tout un album d’ambient. Du coup rien ne tire vraiment cet album vers le haut, la voix de Dimitrij s’est largement améliorée avec les années mais son chant n’est pas non plus exceptionnel bien que maîtrisé dans le genre « grosse voix d’opéra ». Casta finit par être très répétitif, les instrumentations hindoues apportent un plus par rapport à n’importe quel album de martial indus lambda mais finissent par lasser. Quitte à écouter quelque chose basé sur des sons de sitar, autant écouter n’importe quel album de SENMUTH qui a su pondre des choses assez variées dans sa discographie pléthorique. Ce 10ème album de PARZIVAL est tout de même bien fait mais se révèle au final terriblement anecdotique malgré l’apport évident du folklore hindou, le groupe ne semblant pas aller au bout de son sujet, restant à l’essentiel sur les instrumentations et orchestrations qu’il avait à sa disposition. Les fans du genre ou à la rigueur ceux qui ont touché à CHAOSTAR peuvent y jeter une oreille, peut-être y trouveront-ils leur bonheur mais Casta est un album peu passionnant, bien que l’effort est louable et surtout bien que PARZIVAL ait cessé de copier le LAIBACH de la fin des 80’s. Ceci étant fait, retournons à nos albums à guitares…



http://www.facebook.com/parzivalband - 126 visite(s)

Bandcamp - 80 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | Martial/20 | Nb de lectures : 11187




Auteur
Commentaire
lol
IP:82.227.184.93
Invité
Posté le: 31/07/2014 à 11h23 - (113039)
lol

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker