PAPA ROACH - The Connection (Eleven Seven) - 03/01/2013 @ 08h43
Je vous vois venir. Papa Roach, c’est de la merde, c’est commercial, c’est pourri, c’est pour les rebelles préadolescents. Oui, oui, je le conçois, mais restons un instant ne serait-ce qu’un tout petit peu ouverts d’esprit. S’il est vrai que Jacoby Shaddix et sa petite troupe ne sont pas à la pointe niveau recherche musicale, nul ne peut nier que le gaillard dispose d’une voix relativement solide et de morceaux terriblement accrocheurs. Certains titres de leur “Getting Away With Murder”, sorti en 2005 (sept ans déjà…) étaient par exemple loin d’être à jeter. Que l’on aime ou non le Néo-Pop-Rock développé par le combo californien, on ne peut lui nier une efficacité certaine et un excellent sens de la mélodie et du refrain. Alors, même si le dernier opus en date de la formation, “Metamorphosis”, sorti en 2009, était un concentré de mielleux et de “metal/rock” pour ados, gardons donc les oreilles ouvertes, ce “The Connection” pourrait se révéler surprenant.

Car oui, “The Connection” n’est pas aussi mauvais que son prédécesseur, voici déjà un très bon point à accorder à nos « chers » Papa Roach. On se rapproche au contraire de “Getting Away With Murder”, avec des titres ultra-efficaces et des passages presque Néo. Et oui. Ecoutez donc le premier couplet du morceau d’ouverture – et single – “Still Swinging”, du bon Néo. Bon, le refrain Poppy mignonnet – mais ultra catchy - ramène tout de suite l’auditeur sur terre, mais cela montre bien qu’il y a du potentiel. La piste suivante, également un single, tiens donc, “Where Did The Angels Go”, conforte toutes les premières opinions que l’on avait de Papa Roach. Une sorte de condensé de ce que le groupe peut proposer. Des gros riffs pas trop mal foutus, une construction simple, un refrain (trop) entêtant, un ou deux braillements de l’ami Jacoby, un petit break, quelques samples, et le tour est joué.

Si quelques chansons sortent du lot et se révèlent plutôt agréables, comme “Silence Is The Enemy”, les riffs assez sympas de “Walking Dead”, ou le trèès accrocheur “Wish You Never Met Me”, d’autres tombent clairement dans le sirupeux. Allergiques à la guimauve, fuyez l’horripilant “Before I Die” ou l’irritant “Leader Of Broken Hearts”. Ces petites ballades tapent vite sur le système, comme si elles étaient le passage forcé à placer quelque part dans chaque disque. On atteint d’ailleurs un niveau de nunuchitude assez impressionnant au niveau des paroles sur ces dernières (“But if I can I swear that I
will live for you before I die”…).

Malgré tout, ce “The Connection” est bien fait. C’est là sa force et sa faiblesse. La galette est chiadée et pensée dans le but de rester en tête, et à ce niveau, on peut difficilement reprocher quoi que ce soit à Papa Roach. Le souci, c’est que l’on se retrouve face à des morceaux lissés et policés, très stéréotypés, et donc malheureusement sans aucune authenticité. Mais c’est bien fait, et là-dessus, il n’y a rien à redire. Le tout se gobe d’une traite, ne se révèle pas désagréable, et sans même s’en rendre compte, on se retrouve à siffloter l’air d’un des titres quelques heures après. Pas de recherche musicale, pas de vrai renouvellement (avouons tout de même que le groupe a fait un effort sur le côté mielleux, un peu moins présent que l’album précédent). Papa Roach n’a jamais prétendu révolutionner le style, mais pour un groupe qui fêtera ses vingt ans en ce mois de janvier, on ne peut s’empêcher de se dire qu’il pourrait franchement aller ne serait-ce qu’un tout petit peu plus loin.


Rédigé par : Aris3Again | 12/20 | Nb de lectures : 13076




Auteur
Commentaire
Blind
Membre enregistré
Posté le: 05/01/2013 à 12h00 - (105377)
Ce n'est pas pour être mauvaise langue mais je me demande comment un groupe comme Papa Roach peut encore exister plus de 10 ans (on est même plus proche des 15) après l'explosion du neo metal. Car même si Infest était un très bon album (que je conçois pouvoir réécouter de temps en temps, surtout par nostalgie mais il y a quand même quelques excellents titres), le reste n'a jamais été au même niveau (je parle pour Lovehatetragedy que j'avais acheté à sa sortie mais je n'ai jamais accroché, je n'ai jamais écouté le reste de leur discographie). Surtout c'est leur revirement pop rock au moment où le neo se cassait la gueule qui m'a déçu, bien qu'à cette époque leur musique ne m'intéressait déjà plus. Bref comme je le disais je me demande bien qui pourra écouter ce nouvel album.

Ash_InHell
Membre enregistré
Posté le: 05/01/2013 à 15h29 - (105378)
Bah figure toi Blind que comme toi j'ai connu le groupe à l'époque d'Infest (qui reste leur meilleur album) mais j'ai continué à le suivre. J'étais aussi perplexe face au virage rock/metal initié avec "Getting Away With Murder", mais j'ai toujours trouvé qu'ils faisaient de la qualité et chaque album a marqué un pas en avant, ou du moins présentait quelques différences avec les prédécesseurs.

On pourra reproche le côté putassier de cet album en utilisant des éléments electro mais c'est tellement bien fait, je pense qu'après Infest et LoveHateTragedy, c'est leur meilleur album. Tout ici est parfaitement maîtrisé et interprété. C'est catchy, certes calibré mais c'est tellement bon.

Un vrai bon album de rock/metal!



Retardataire
IP:89.224.5.181
Invité
Posté le: 06/01/2013 à 18h23 - (105386)
Qui peut bien écouter cet album ? Et bien moi: fan de trash, death et black je trouve que ces styles tournent en rond depuis quelques temps et je suis tombé par hasard sur ce CD. Je ne connaissais pas du tout le groupe (loin de mes idoles Annihilator et Emperor) et je suis tombé de haut: les mélodies sont imparables, le chanteur est possédé et surtout les couplets sont d'enfer (avec un soupçon de rap qui colle bien à l'ensemble).
Alors je comprends très bien ceux qui suivent Papa Roach depuis longtemps: peut être que cet album n'apporte rien de plus en comparaison à leurs précédentes réalisations mais cela me fait penser à Kreator (groupe que je connais par coeur depuis des années) qui arrive dans le peloton de tête du référendum de VS alors que Phantom Antichrist répète les mêmes recettes et riffs déjà largement exploités dans tous leurs précédents albums.
Finalement, découvrir un groupe chevronné par l'intermédiaire de son dernier album est peut être un bon moyen de découvrir un style.

Blind
Membre enregistré
Posté le: 07/01/2013 à 00h11 - (105387)
Retardataire, je suis d'accord si ce nouvel album de Papa Roach te convient et te change des standards du death, du black ou thrash (ouais deux "h", c'est mieux). Moi en fait ce qui me dérange le plus dans ce genre de groupe (mais je peux me tromper), c'est que le peu d'âme qu'il possédait du temps de ses deux ou trois premières années d'exposition médiatique (entre 1999 et 2002, en gros) s'est envolé dès que le vent a tourné et j'ai un peu l'impression que c'est comme ça tous les deux ou trois ans (à chaque sortie d'album). Après ce n'est qu'une impression puisque je n'ai pas écouté ces albums. Et pour la comparaison avec Kreator, c'est vrai que l'ami Mille ne se renouvelle pas hyper follement d'album en album et si Phantom Antichrist est pas mal il n'égalera jamais Coma of Souls mais pourtant j'ai l'impression que le travail de Kreator est fait avec un peu plus de sincérité que celui de Papa Roach.

Après ce n'est peut-être finalement qu'une histoire de préférence musicale. Mais pour rester dans le genre neo qui a évolué, je considère toujours de la même manière un groupe comme Deftones, Papa Roach comme je le disais dans mon premier commentaire a toujours été un peu un second couteau, même en 2000/2001.

Mais ce n'est que mon impression et mon avis, je ne l'impose pas.

Rockoholic
Membre enregistré
Posté le: 07/01/2013 à 19h09 - (105404)
Si cet album-ci est plus homogène que le précédent, je ne comprend pas l'acharnement sur Metamorphosis.
S'il était certes bourré de balades à chier, il contenait quelques très bon titres rock dont on peut dire exactement la même chose que sur ceux de cet album. Je pense à Change or Die ou Into The Light.

Et je ne pense pas que Papa Roach soit un second couteau. Sa longévité et son succès témoignent du contraire. Un vrai second couteau serait un groupe comme Flaw qui a d'ailleurs disparu de la circulation et dont personne ne se souvient.

Pour e revenir à cet album, le retour d'un peu de rap fait du bien, les refrains sont toujours aussi catchy. Les balades restent très mauvaises, comme toujours avec le groupe, mais les titres rock bastonnent et Shadix est vraiment un putain de bon chanteur.

Un album de qualité, à la durée de vie évidemment limitée mais foutrement efficace et adictif.

Zero
Membre enregistré
Posté le: 08/01/2013 à 19h07 - (105441)
...Si je me souviens très bien de Flaw et j'adore (toujours) leur album "Through the eyes"...ça t'en bouche un coin hein, Rockoholic !.:-)..mais c'est vrai qu'ils n'ont pas pu réellement convertir l'essai par la suite. Pour cet album de Papa Roach, on en a dit tellement de bien sur la toile, que je suis au final assez déçu...je suis d'ailleurs heureux d'avoir pu me procurer la version limitée qui comporte des titres péchus en +, bien meilleurs que certains titres "officiels". Par ma part, le top 3 de Papa Roach est 1) Infest 2) Lovehatetragedy 3) Getting away...pour moi, ils n'ont jamais réussi à ratrapper leur début "mainsteam" tonitruant (car ils ont fait d'autres trucs + confidentiels avant). D'autres bons seconds couteaux : 40 below summer, Reveille ou Boyhitscar...



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker