OUÂKA - Ouâka (Autoproduction) - 23/01/2014 @ 07h27
Ce qui fait souvent la différence entre deux groupes de rock (quand les deux savent jouer évidement...) c'est leur capacité à insuffler de l'audace à leurs compostions. Se contenter de "juste" jouer selon les canons des barons de la discipline n'est évidemment pas (plus ?) suffisant, trop de musiciens s'étant laissé aller à maltraiter le binaire en le laissant végéter dans le marasme du "déjà vu" et du "déjà entendu".
De plus, lorsque notre cher "rock" n'était pas passé et repassé au travers de la moulinette de la "redite", certains venait le travestir en essayant de faire changer ses bottes terreuses pour de jolies petites ballerines. Misérable.

En effet, qu'est ce ce que veut dire rock de nos jours ? Putain même Obispo dit faire du rock, alors de quoi parle t’on à la fin ?
Est ce que "faire du rock" ne veut plus rien dire ou a-t-on tout simplement oublié l'essence de qu'est le Rock n'roll ? Pour le groupe qui nous intéresse aujourd'hui (à savoir Ouâka), c'est en tout cas sur des bases rock n'roll qu'ils échafaudent ce premier album auto produit, aventureux et avec de gros yeux portés vers la ligne de l'horizon... signe qu'en plus de leur ouverture d'esprit, ils n'ont pas peur de privilégier cette fameuse "audace" dont je parlais au début de mon propos.

Disponible depuis mai 2013 (eh oui, on est à la bourre !) ce premier album étonne au départ par la diversité de l'expression de son champ (chant ?) musical : 14 titres pour presque autant de directions empruntées !
Quand on est aussi "ouvert" et désireux de défricher autant de styles, la principale difficulté devient alors de garder un fil d’Ariane histoire de se retrouver dans cet enchevêtrement sinueux quasi labyrinthique. Pourtant, même si il y a des "styles" dans lesquels je trouve Ouâka plus pertinent que d'autres, on retrouve tout au long de l'album cette personnalité singulière qui interpelle dès les premières chansons.
Après une introduction de courte durée débarque le brûlot "Favourite Thing", bourrasque énergique et impétueuse qui est vraiment une excellente entrée en matière en plus d'être mon morceau préféré.
Muni d'une rythmique musclée (...et d'un solo renversant !) la chanson possède une belle énergie et une mélodie vraiment entêtante. Avec sa partie "atmosphérique" en guise de pont, on se croirait presque revenu dans les années 70... là où les rockeurs n'avaient pas peur d'expérimenter ! Cette fameuse audace dont je parlais plus haut fait ici sa première démonstration de force.

Mais ce deuxième morceau remuant ne reflète pas vraiment la suite de l'album. Dés "West Cost", Ouâka découvre un visage plus énigmatique et plus nuancé, désireux de varier avec autant de pertinence que possible la variété de ses expressions... y compris dans l'utilisation de la langue puisque pas mal de titres sont en français.
Dès lors, le groupe prendra le temps de poser le cadre et de planter le décor afin que leur mix furieux de rock n'roll aux ambiances planantes et psychédéliques réponde bien aux rythmiques groovy et aventureuses de la bonne section rythmique (la déflagration finale sur "Guitar master" est vraiment kiffante !).
On retrouve des traces de la folie QOTSA, l'évanescence de MUSE, la poésie d'un NOIR DESIR, l'expérimentation d'un RATM (on note une belle utilisation de la Whammy... fait suffisamment rare pour être souligné !). Le groupe écrit lui même "avoir méticuleusement construit son univers" et c'est une description qui me semble bien coller à l'album tant il faut préserver pour apprivoiser ses différentes humeurs.

Véritable caméléon, le chanteur se balade dans le champ de ses influences vocales en laissant tour à tour entendre une sonorité Vedder, une intonation Bellami ou un rugissement à la Corgan... mais c'est toujours dans de sombres tonalités qu'il entonne ses lignes vocales, le propos étant parfois illuminé par quelques lueurs salvatrices assez agréables.
Énigmatiques et poétiques, les paroles en Français changent considérablement la morphologie des chansons qui prennent alors un aspect plus incantatoire et théâtral que leurs amies anglophones, en général plus directes.
Niveau son, je regrette le son de la caisse claire qui ne sonne pas terrible à mes oreilles et ne rend pas hommage, à mon goût, au jeu fin du batteur qui propose en outre de supers grooves et de bons breaks. Costaud, le bassiste s'amuse bien grâce son aisance à jouer autant en slap qu'en finesse et la guitare tient une belle place, autant dans la nuance que dans la destruction (j'aurais d'ailleurs aimé plus de solos tant ceux proposés sont de bonne qualité !).

Techniquement maîtrisé, musicalement travaillé, ce premier album devra faire sa place parmi la meute de loups aux dents longues mais montre déjà un groupe motivé conscient de ses forces et de sa personnalité (écoutez la chaotique et dernière chanson "Deep Blue note" qui s'affaisse au fur et à mesure que les minutes s'égrenent dans un final dantesque). Muni d'un bel artwork simple et intriguant, l'album est en écoute intégrale donc ne vous privez pas ! Bon vent Ouâka !

http://ouaka.bandcamp.com/ - 170 visite(s)


Rédigé par : Pamalach | 14/20 | Nb de lectures : 12399




Auteur
Commentaire
noohmsul
Membre enregistré
Posté le: 23/01/2014 à 11h16 - (110796)
Ouâka Ouâka Hé ! Hé ! Ok désolé...
L'extrait que j'écoute est en effet bien technique (c'te basse !), à voir ce que donne tout l'album...

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 24/01/2014 à 19h42 - (110813)
Vraiment pas mal ce groupe !

Ouâka
IP:87.88.242.45
Invité
Posté le: 27/01/2014 à 14h32 - (110820)
Merci pour cette belle chronique!
Ça fait plaisir à lire tant c'est plein de vérité =)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker