ONIRISM - Cosmic Dream (Autoproduction) - 13/04/2016 @ 07h20
Onirism est un jeune groupe français qui sort, avec Cosmic Dream, son premier album. Près d’1 heure 16 de musique pour 12 titres de BM plutôt symphonique, l’exercice peut s’avérer délicat dans un style exigeant où les meilleurs sont déjà connus et où il peut paraître difficile de proposer du sang frais. D’autant que l’œuvre repose sur les seules épaules du seul Vrath (Antoine Guibert, ancien notamment de chez Belenos). Le pari est réussi. Haut la main.

L’introduction ("Purple Sky") est belle, spatiale, très mélodique et relativement immersive. Sa longueur (plus de 4 minutes) offre d’y introduire quelques expérimentations (tam-tam lointains, rythmes un brin syncopés, mandoline et flûte ?… ; "At the heart of the Desert for the Eternity"). L’enchaînement avec le second titre est intéressant ("Beginning of a new era"), qui souligne le niveau technique important et la richesse des structures ("The Curse of Ahriman", "The Old Man"). L’emphase est de mise, les claviers occupent l’espace sans pour autant laisser la portion congrue aux grattes. Le rythme est enlevé, la progression est rapide mais sans que jamais la profondeur des atmosphères ne soit reléguée au second plan.

Ces deux premiers titres donnent le ton. Les structures sont chargées en informations. Le propos musical est dense où les plans spatiaux le disputent aux accélérations brutales. Sans aller jusque là, il me semble que l’on pourrait tirer un pont avec le premier Bal Sagoth, dans l’esprit, en plus violent quand même. Dans cette volonté de proposer une juste mixture entre dimension spatiale des titres et violence débridée. Le niveau technique est en tout cas remarquable, comme l’interprétation ("From the End to the Origins", très beau morceau). Les cassures assurent une dynamique importante aux morceaux ; elles les relancent sans les dénaturer, sans artifice car elles sont parfaitement coulées dans les structures.

Les ponts plus ou moins centraux, plus ou moins réguliers, sont également à noter ("From the End to the Origins" par exemple en regorge). Non seulement ils aèrent parfaitement les titres mais en outre, ils offrent autant de reliefs où accrocher ses oreilles. Les orchestrations sont superbes, qui participent également à la densité et à l’intérêt desdits ponts ("From the End to the Origins" encore ; l’instrumentation orientalisante sur "Ephemeral World I", superbe et totalement envoûtante). La dimension épique et nostalgique qui s’en dégage est tout à fait remarquable ("Ephemeral World II" notamment).

Quant au son, il accompagne parfaitement les structures. Limpide, il accentue la profondeur des orchestrations et l’attaque des guitares. Il souligne chaque note, chaque pont, chaque solo. Cristallin, il accompagne le concept de rêve lucide avec bonheur. Il offre surtout d’entendre parfaitement la progression et le mélange entre parties ultra violentes et passages purement épiques (comme sur le beau "The Curse of Ahriman", "The Old Man", "Weavers of Time"), d’y repérer chaque instrument, de comprendre tout ce qui s’y passe.

Finalement, mon seul regret tient dans la durée un poil excessive. Car si l’ensemble est très qualitatif (et j’insiste), il n’est pas forcément évident de digérer le tout d’un bloc. La longueur des morceaux, la richesse des structures sont telles que l’obésité menace. Sans doute, mais ce n’est qu’un avis, il eut été opportun de ramasser davantage la durée de l’album en le purgeant de morceaux, certes intéressants, mais déjà entendus ("Darkness" et ses 9 minutes ; "Weavers of time" et ses 10 minutes en fin d’album, même s’il s’agit d’un beau titre, très progressif).

Onirism nous propose là un superbe premier album où la technique le dispute à l’emphase. Un premier essai tout à fait remarquable qui place le groupe dans le (très) haut du panier du BM sympho, style pourtant exigeant et saturé. A goûter sans arrière-pensée.




Rédigé par : Raziel | 16/20 | Nb de lectures : 6208




Auteur
Commentaire
OreLion
Membre enregistré
Posté le: 14/04/2016 à 09h06 - (119835)
Très bonne découverte! Je rentre complètement dedans. On sent presque une présence type Summoning version astrale :) j'achète!



Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 16/04/2016 à 11h04 - (119857)
En effet, très belle surprise. Mis à part ces sons de trompettes très kitsch et qui surprennent au début, le tout te fait voyager très loin.
Et au final, ces sons de trompettes participent pleinement à l'immersion, bien joué



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker