ONE BURNING MATCH - One Burning Match (Histrion) - 03/01/2014 @ 08h04
Le groupe vient de Clermont-Ferrand, ville qui depuis l’écoute de « La Fin de l’Espèce », le deuxième album de Klub Des Loosers est, pour moi, synonyme d’ennui profond. Peut-être est-ce pour briser cet ennui que quatre gars natifs du bled ont décidé de monter un groupe de hardcore. Briser l’ennui, s’occuper et peut-être au gré des tournées apercevoir un bout des lumières de la Ville. Chacun ses raisons de monter un groupe finalement, et peu importe la finalité de celles-ci, seule la musique compte. Et les quatre gars de ONE BURNING MATCH ont eu raison de se lancer dans le grand bain car leur premier album, sans titre, vive l’efficace simplicité, a ce qu’il faut pour ravir les amateurs de hardcore mélodique mais pas trop ou de hardcore musclé mais pas trop. A mi-chemin entre mélodie et bagarre. Quelque part ente les Comeback Kid et Ruiner. Ou pour citer des références franco-françaises, un groupe comme Nine Eleven ou The Great Divide. On a vu pire dans le genre.

Précédé d’une jolie pochette qui, au final, représente bien la musique, le disque démarre fort après un petit sample en guise d’intro. Samples qui serviront de fil rouge au disque et que l’on va retrouver à intervalles réguliers. Treize titres, trois samples et dix vrais morceaux, c’est une bonne moyenne, surtout que les titres sont de qualité. Pas de révolution, on reste dans du hardcore classique et typique de ce qui se fait chez Bridge Nine par exemple, mais bien exécuté. Les morceaux sont percutants, mélodiques et vifs à la fois. ONE BURNING MATCH parvient à arranger et mixer tout ça avec une vraie efficacité. On sent le travail derrière l’album. On sent aussi qu’ils ont voulu faire les choses bien, il suffit d’ailleurs de voir le nom des personnes qui ont travaillé sur ce disque pour s’en convaincre, Andrew Schneider et Carl Saff ne sont pas de jeunes perdreaux.

Le premier titre sert de point de repère, riff hardcore mélodique à la Comeback Kid, avec en plus une touche de spleen hardcore qui apporte une atmosphère plus sombre à la musique du groupe. Les guitares et la voix sonnent de façon un peu désespérée. Mais ONE BURNING MATCH n’est pas qu’un énième rip-off des Comeback Kid, ils savent varier les plaisirs et les atmosphères en alourdissant le propos, ralentissant le rythme et partant au combat toutes basses dehors comme sur « A Specist Holocaust » par exemple, un titre fort de l’album. Les titres défilent à un bon rythme sans réels temps morts, portés par une voix plus agressive que la moyenne dans ce style et qui, ma foi, sied bien à l’atmosphère véhiculée par le groupe. La voix apporte un petit côté bagarre qui, moi, me plait beaucoup. « On A Dripe » est un titre tout en muscles, rapide et nerveux. Le genre de compo à laquelle il ne faut pas chercher de noises. Mine de rien ce premier album est très prometteur et varié, on passe de titres hardcore mélo à des choses plus violentes. Juste un petit bémol au niveau du son où les guitares sont un peu trop en retrait par rapport à la voix et à la batterie notamment. Pour le reste ONE BURNING MATCH livre un premier album de qualité, aux influences certes audibles mais pas trop prégnantes. Du bon travail, efficace, incisif et maîtrisé de bout en bout.

http://www.oneburningmatch.com/ - 219 visite(s)

Banddcamp - 120 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 14/20 | Nb de lectures : 12002




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker