OKULAR - Probiotic (Regenerative) - 24/02/2012 @ 09h20
Et merdum, impossible de se débarrasser au moment d’attaquer la chronique de ce premier album de cette étiquette de ‘BORKNAGAR version death-metal’ avec laquelle on me l’a vendu. Pourtant, à part le fait que les membres d’OKULAR sont norvégiens et que, justement, Øystein G. Brun de BORKNAGAR ne semble pas rater une occasion de faire leur pub, je ne suis pas sûr de voir vraiment le lien entre le black sympho de, mettons, ‘The Archaic Course’ (1998) et donc ce ‘Probiotic’ que je rapprocherai surtout plus de DEATH dernière époque, voire de THE BLACK DALIHA MURDER si ces derniers s’étaient d’un seul coup mis à écouter du prog…

Et puis je me suis plongé dans l’épais livret qui accompagne ce premier album (oui messieurs les groupes, comme quoi cela sert d’envoyer un CD complet et non pas juste quelques mp3 pourris) et là j’ai compris. La voilà cette foutue connexion ! Oui, comme BORKNAGAR avait su le faire si bien pendant un temps, le créateur et parolier d’OKULAR dénommé Andreas Aubert s’est cassé le cul ici à torcher un disque complet (qui a dit concept ?), avec une illustration à l’avenant par chanson pour ceux qui aiment les livres avec beaucoup de beaux dessins dedans, sur la capacité qu’ont certains à voir par delà le monde réel, faisant ainsi évoluer leur niveau de conscience. Ou quelque chose comme ça…

Oui, je sais, tout cela est purement subjectif. Et si cela se trouve, une fois sur deux Aubert parle de sa recette préférée de Tartiflette mais disons que pour une fois qu’un disque dit de death essaye de faire fonctionner deux secondes nos cellules sans non plus sonner pédant ou chiant, on ne va pas se faire prier. Bizarrement, bien qu’ayant donc entièrement composé le tout, Aubert n’apparaît ici qu’aux backing vocals. Mais heureusement, en plus de sortir le résultat sur son propre label, il n’a pas choisi des manchots pour exécuter ses plans et bien que la basse soit hélas quelque peu absente du mix et la caisse claire pas très naturelle, ‘Probiotic’ réussit au final quand même à faire voyager pas mal. Du moins à condition de s’accrocher un minimum car bien qu’à la fois bien death et mélodique dans l’esprit, même si quelques pincées de polyrythmies par ci et là prouvent que l’on aime aussi écouter MESHUGGAH du côté d’Oslo, ces 46 minutes ne s’apprivoisent pas en deux temps trois mouvements.

Après, n’est pas OBSCURA qui veut non plus. Et puis la finalisation laisse un chouia à désirer, notamment avec un chanteur aux growls des plus bateaux et un chant mélodique (heureusement sporadique) pas toujours juste. Mais disons que par rapport, mettons, à un GORY BLISTER qui s’éreinte depuis trois skeuds à récupérer l’héritage Schuldiner de façon besogneuse, ces inconnus venus du Nord prennent clairement un ascendant, qui plus est avec un premier album.


Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 15/20 | Nb de lectures : 11289




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker