OBSIDIAN GATE - Colossal Christhunt (Skaldic Art/Napalm/SPV) - 13/08/2001 @ 08h39
Il serait dans l'air du temps de dire que la scène black germanique est un hospice à musiciens réactionnaires dépourvus de talent. Et bien si c'est vrai, Obsidian Gate doit certainement faire figure de vilain petit canard au pays des bretzels, parce que du talent, ce trio black-symphoniste (le néologisme est à la mode...) originaire de Düsseldorf en a à revendre, et de la créativité aussi par dessus le marché. "Colossal Christhunt" est déjà leur second assaut sous le jeune label Skaldic Art (tenu par le leader de Falkenbach), après un "The Nightspectral Voyage" à faire blêmir Limbonic Art.

La couverture, où on voit un gladiateur piétiner les restes de ce que l'on devine être un Chrétien, donne le ton d'un album qui fait la part belle au barbarisme épique. En effet, la violence quasi bestiale de la musique prendra d'entrée au dépourvu ceux qui s'attendent à voir leur petite orgie de synthés à la baguette.
Au lieu de ménager des plages de calme et autres breaks symphoniques comme la plupart de leurs concurrents, Obsidian Gate a choisi d'intégrer l'ensemble des arrangements orchestraux au coeur même du cyclone, aidé en cela par une production suffisamment sélective qui ne noie aucune nuance sous le mur de guitares. Pour sacrifier au petit jeu des comparaisons, essayez de vous représenter un hybride de Myrkskog et de Limbonic Art première époque, vous ne serez pas loin du compte.

Au final on se retrouve avec un produit d'une densité hors du commun, et il faut réellement investir un maximum de patience pour faire le tri et profiter à plein du travail de composition époustouflant réalisé par les deux (!!!) claviéristes. Et en guise de croûtons dans la salade on retrouve sur quelques passages de splendides choeurs réalisés par Martin Wiese, maître à jouer du groupe Enid et surtout brillant étudiant en Maîtrise de chant classique. Puisqu'il faut bien un petit reproche quand même, on ira le chercher du côté de la batterie, dont les blast-beats sonnent assez anonymes (genre boîte à rythme) lorsqu'on dépasse la vitesse de croisière - ce qui arrive plus que fréquemment. Mais ça reste bien léger pour prétendre endommager le niveau d'un album fort jouissif à l'esprit chaotique somme toute très fin de siècle - ou début de millénaire, allez savoir...




Rédigé par : Uriel | 8.5/10 | Nb de lectures : 6194




Auteur
Commentaire
baalberith
Invité
Posté le: 10/09/2001 à 15h31 - (113)
Hail!

j'essaie d'obtenir cet album depuis février (mois de sa sortie) et pas moyen! Est-ce que qqn pourrait m'aider!!!!!!!!?????????????

chocorem
Membre enregistré
Posté le: 14/07/2007 à 21h57 - (44228)
Non !! Personne ne t'as jamais entendu on dirait...
PS : je préfère the Nightspectral Voyage.

Quant à l'utilité d'un tel commentaire 6 ans après ? Pas le moindre sans doute ;-)



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker